Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Nouvelle alliance pour la conservation des tortues géantes d’Aldabra aux Seychelles

Victoria, Seychelles | | November 20, 2018, Tuesday @ 01:51 in En français » ENVIRONNEMENT | By: Daniel Laurence Édité par: Betymie Bonnelame Traduit par: Rudie Bastienne | Views: 383
Nouvelle alliance pour la conservation des tortues géantes d’Aldabra aux Seychelles

L’alliance est un organisme à but non lucratif inclusif et basé aux Seychelles, qui se consacre à la conservation de la tortue Aldabra.(Department of Foreign Affairs) 

(Seychelles News Agency) - Afin de souligner l’importance des tortues géantes d’Aldabra aux Seychelles et de faire la lumière sur le sort de l’espèce, un groupe de défenseurs de la nature et de philanthropes a mis en place une Alliance pour la tortue dans l’océan Indien (IOTA).

L’alliance, qui a été lancée lors de la récente Conférence pour la paix à Paris, est une organisation à but non lucratif et solidaire basée aux Seychelles qui se consacre à la conservation de la légendaire tortue d’Aldabra, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

S'exprimant lors du lancement, Thomas S. Kaplan, fondateur et président de l'IOTA, a déclaré que les tortues géantes avaient réussi à survivre dans de nombreuses îles du monde jusqu'à l'arrivée des humains.

«L’homme a été le moteur de l’extinction de cette créature enchanteresse. Ce que notre espèce a défait peut cependant être corrigé. Dans un esprit de collaboration et de camaraderie, l’IOTA s’emploiera à réunir les personnes et les organisations de l’Organisation mondiale de l’industrie (WIO) pour conserver et gérer la tortue d’Aldabra, ainsi que d’autres espèces menacées pouvant être préservées grâce à cette initiative », a déclaré M. Kaplan.

Dans le même ordre d'idées, Maurice Loustau-Lalanne, président de la Fondation des Îles des Seychelles, a déclaré à la SNA que «la conservation n'est pas une question de choix mais de survie, pas seulement pour les tortues, mais pour nous, êtres humains. Nous devons tous assumer nos responsabilités et modifier notre mode de vie pour lutter contre les extinctions d'espèces et le changement climatique, les deux étant étroitement liés. "

M. Loustau-Lalanne a déclaré que les Seychelles soutenaient pleinement les initiatives telles que l'IOTA.

L’atoll d’Aldabra est un site du patrimoine mondial de l'UNESCO situé aux Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental. L’atoll abrite la plus grande population de tortues géantes sauvages d’Aldabra au monde. La population actuelle est d’environ 100 000 habitants, ce qui est supérieur à la population humaine totale de la nation insulaire, qui compte 95 000 habitants. L'espèce est surveillée par la fondation tous les mois depuis 1998.

  Les tortues géantes sont surveillées tous les mois par la Fondation des Îles des Seychelles depuis 1998.   (SIF) Photo License: CC-BY       

L'IOTA, dont le démarrage est prévu pour le début de l'année prochaine, appuiera et dirigera des programmes de recherche sur l'atoll éloigné d'Aldabra et dans l'océan Indien occidental où les tortues géantes ont été éradiquées. En partenariat avec des organisations partageant les mêmes idées, l'IOTA fera également la promotion de la tortue d'Aldabra en tant que symbole de l'écotourisme et soutiendra les activités de sensibilisation et d'éducation.

«Les tortues géantes sont les ingénieurs du futur pour la restauration des écosystèmes dans les petites îles du monde entier. IOTA a pour objectif d’être un moteur essentiel des actions de relance des tortues d’Aldabra sur les îles de l’océan Indien occidental », a déclaré Dennis Hansen, scientifique en conservation et conseiller de l’IOTA.

Historiquement, les tortues terrestres géantes étaient des herbivores dominants dans la plupart des îles de l'océan Indien. Les sept espèces qui vivaient autrefois à Madagascar, à Maurice et à la Réunion, un département français d'outre-mer, ont été tuées vers les années 1800 par les premiers colons et marins qui voulaient leur viande.

Après plus de 100 ans d'exploitation, la population de tortues géantes d'Aldabra était tout aussi sérieusement menacée de disparition. La situation se poursuivit jusqu’en 1900, date à laquelle Charles Darwin, un naturaliste britannique, proposa de payer la moitié du bail de l’atoll à toute personne pouvant s’assurer que l’exploitation des tortues de terre cesse.

La Seychelles Islands Foundation (SIF) gère l’atoll en tant que réserve spéciale depuis 1981 en vertu de la loi sur les parcs nationaux et la protection de la nature. Cela signifie qu'Aldabra est complètement protégé depuis 36 ans sans aucune extraction des ressources, aucune destruction d'habitat et une protection renforcée de la zone marine protégée.

 

 

Environnement » Be a reporter: Write and send your article

More from Environnement →

arts&culture →

Top news


Archives

» Advanced search