Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Des experts seychellois étudient le problème des déchets marins aux côtés d'autres gestionnaires de sites du patrimoine mondial de l'UNESCO

Victoria, Seychelles | | December 6, 2018, Thursday @ 21:32 in En français » ENVIRONNEMENT | By: Salifa Karapetyan Edité par: Betymie Bonnelame Traduit par: Rudie Bastienne | Views: 335
Des experts seychellois étudient le problème des déchets marins aux côtés d'autres gestionnaires de sites du patrimoine mondial de l'UNESCO

Aldabra est un atoll éloigné et l'équipe sur l'île ne fait pas le poids face à la quantité de détritus s’échouant sur ses rives. (Seychelles Island Fondation)

 

Photo license  

(Seychelles News Agency) - Des représentants des Seychelles se sont associés à d'autres gestionnaires de la marine et experts en déchets marins lors du premier atelier au monde consacré aux déchets dans les sites marins classés au patrimoine mondial de l'UNESCO.

L’atelier, qui s’est déroulé le mois dernier sur l’île de Norderney, dans la mer des Wadden, site marin du patrimoine mondial, a donné aux pays gérant ces zones l’occasion de partager leurs meilleures pratiques, leurs campagnes de nettoyage et leur sensibilisation.

Des directeurs maritimes de l'atoll d’Aldabra aux Seychelles, de la mer des Wadden aux Pays-Bas / Allemagne / et Danemark, des îles de l'Atlantique brésilien - Fernando de Noronha et les réserves de l'Atol das Rocas, du parc national de Komodo (Indonésie) et de Papahānaumokuākea aux États-Unis ont participé à l'atelier.

Les experts ont partagé leur expertise et leur expérience avec les gestionnaires de sites marins du patrimoine mondial sur la manière de lutter contre les déchets marins qui s’échouent sur les plages de ces sites.

Selon un communiqué de presse de l'UNESCO, «En 2016, des scientifiques ont déterminé qu'au moins 8 millions de tonnes de plastiques se rependaient dans l'océan chaque année et que, d'ici 2050, l'océan pourrait contenir plus de plastique que de poisson».

La Directrice du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, Mechtild Rössler, a déclaré que les sites du patrimoine mondial ont une importance mondiale et nécessitent une protection particulière pour la conservation et le maintien de leur valeur universelle exceptionnelle.

«Les déchets marins augmentant chaque année, les impacts potentiels suscitent de plus en plus d’inquiétudes et nécessitent une attention particulière», a déclaré Mme. Rössler.

Les déchets qui finissent sur les côtes des îles éloignées des Seychelles ne proviennent pas nécessairement de la nation insulaire de l’océan Indien occidental. Certains débris marins peuvent provenir d’autres pays, entraînés par les courants océaniques sur les côtes des îles Seychelles.

Aux Seychelles, le nettoyage régulier des plages est organisé par des organisations à but non lucratif pour lutter contre les déchets marins. Aldabra, un site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO aux Seychelles, est un atoll éloigné et l'équipe sur l'île ne fait pas le poids face à la quantité de détritus s’échouant sur ses rives.

Au mois de mai de cette année, la Seychelles Islands Foundation (SIF) a lancé le projet Aldabra Clean-Up, visant à constituer une équipe de 12 volontaires pour nettoyer Aldabra, qui abrite une population de tortues géantes endémiques d’Aldabra.

«L'ampleur du problème que nous avons aux Seychelles est beaucoup plus grande que dans des pays tels que le Demark, les Pays-Bas et l'Allemagne. Leur principal problème est de collecter les déchets car ils ont des usines de recyclage. Pour des pays comme les Seychelles, le plus gros défi consiste à éliminer les déchets une fois qu'ils ont été collectés », a déclaré Christina Quanz, coordinatrice du projet Aldabra Clean-Up Project.

Mme. Quanz, qui a assisté à l'atelier, a ajouté que les Seychelles devaient trouver d'autres moyens de traiter les déchets collectés car les décharges se remplissaient rapidement.

"Nous avons peu d'espace sur la décharge et la meilleure option pour les Seychelles est de travailler en réseau avec différents partenaires pour étudier les technologies de recyclage", a ajouté Mme. Quanz.

Il a été souligné que les débris marins sont un problème mondial qui nécessite des solutions globales.

«De tels ateliers offrent une plate-forme pour sensibiliser le monde au problème, en permettant aux gens de prendre conscience de son ampleur et du rôle que chaque individu a à jouer pour le résoudre», a déclaré Mme. Quanz.

 

Environnement » Be a reporter: Write and send your article
Tags: Aldabra, UNESCO, SIF

More from Environnement →

Related Articles

arts&culture →

Top news


Archives

» Advanced search