Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

La Cour suprême des Seychelles rouvre ses portes sous le thème «Sans crainte ni faveur»

Victoria, Seychelles | | January 10, 2019, Thursday @ 20:06 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Salifa Karapetyan édité par: Sharon Ernesta traduit par Rudie Bastienne | Views: 857
La Cour suprême des Seychelles rouvre ses portes sous le thème «Sans crainte ni faveur»

"La Cour suprême des Seychelles a rouvert ses portes pour 2019 jeudi, sous le thème sans peur ni faveur", (Thomas Meriton) 

(Seychelles News Agency) - "La Cour suprême des Seychelles a rouvert ses portes pour 2019 jeudi, sous le thème sans peur ni faveur", un thème qui se concentrera sur les décisions prises par la constitution. «Pour 2019, nous nous concentrons davantage sur les décisions plutôt que sur les institutions et le physique.

Nous nous concentrons cette année sur le principe fondamental du constitutionnalisme, à savoir l’exigence d’une démocratie fonctionnelle selon laquelle les juges et les magistrats doivent prendre des décisions «sans crainte ni faveur», a déclaré la juge en chef Mathilda Twomey.

Mme. Twomey a ajouté que le thème ne concernait pas seulement les juges et les avocats, mais également les autres membres du personnel judiciaire.

Comme à l'accoutumée, la réouverture de la cour a commencé par le service religieux traditionnel qui s'est tenu à la cathédrale de l'Immaculée Conception.

C’est l’évêque Denis Wiehe qui a dirigé le service interconfessionnel, qui a été suivi d’une procession dans la capitale de la nation, dirigée par la juge en chef.

La procession s'est terminée par un cortège motorisé jusqu'au Palais de Justice de l'Ile du Port, une île artificielle située à la périphérie de Victoria, la capitale des Seychelles, un archipel situé dans l'ouest de l'océan Indien.

  La procession s'est terminée par un cortège motorisé jusqu'au Palais de Justice de l'Ile du Port,         (Thomas Meriton) Photo License: CC-BY

Mme. Twomey a rappelé qu'au cours de l'année écoulée, le nombre de dossiers en instance avait diminué, ce qui lui avait permis, à elle et à son équipe, de réduire encore le nombre de dossiers en retard, conformément à leur plan stratégique.

«Sur les 3 705 affaires réglées devant nos tribunaux en 2018, soit un montant qui n'inclut pas les tribunaux de la famille et de l'emploi, 258 étaient des affaires en retard», a déclaré Mme. Twomey.

Une affaire est considérée comme étant en retard si «elle a été déposée au cours d’une année antérieure de trois ans ou plus à l’année en cours». En d’autres termes, les affaires déposées en 2016 ou avant constituent notre «arriéré» en 2019.

«En janvier 2019, nous n'avions que 282 affaires en attente sur la liste des causes, ce qui représente une baisse importante par rapport aux 409 affaires en attente en janvier 2018», a ajouté Mme. Twomey.

La juge en chef a ajouté que «pour qu'un tribunal soit considéré comme« en bonne santé », l'objectif est d'atteindre un niveau où nos arriérés correspondent à un pourcentage nominal du nombre total d'affaires et où le nombre d'affaires terminées est largement égal au nombre d'affaires déposée. "

«Nous excellons dans les deux domaines et obtenons de meilleurs résultats chaque année. Cela est dû en grande partie au travail acharné de chacun de nos juges et magistrats », a déclaré Mme. Twomey.

Il a été souligné qu'en 2018, les mouvements de juges et de magistrats étaient considérablement moins nombreux que les années précédentes. Au cours de la même année, la première pierre du nouveau tribunal d’instance a été posée, dont la construction devrait être achevée l’année prochaine. Le personnel a également bénéficié de nombreuses formations, tant au niveau local qu'international.

La nouvelle année donne à la haute cour un nouveau départ après les controverses de 2018. En octobre de l'année dernière, un tribunal chargé d'enquêter sur les plaintes d'inconduite de la juge en chef a conclu que les preuves ne corroboraient pas les allégations.

Le Tribunal devait examiner quatre chefs d’accusation, notamment le fait que la Juge en chef avait abusé de l’autorité de son bureau, la destruction de preuves dans une affaire entendue par le juge Durai Karunakaran, la publication d’un rapport recommandant la destitution du juge de la Cour suprême au président, et les communications entre la juge en chef et l'Autorité des nominations constitutionnelles (CAA) au sujet de l'aptitude de M. Karunakaran à exercer ses fonctions.

Le juge Karunakaran avait également engagé une procédure contre l'ex-CAA, affirmant qu'il n'avait pas eu la possibilité d'être entendu après sa suspension le 10 octobre 2016. L'affaire avait été classée en juin par la Cour suprême au motif que la CAA n’avait aucune obligation légale de permettre à Karunakaran d'être entendu.

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: Mathilda Twomey, cour suprême

More from Actualités Nationales →

Related Articles

general →

Top news


Archives

» Advanced search