Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Les environnementalistes appellent à une meilleure gestion des amphibiens des Seychelles

Victoria, Seychelles | | January 23, 2019, Wednesday @ 20:20 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Daniel Laurence Édité par: Betymie Bonnelame Traduit par: Rudie Bastienne | Views: 839
Les environnementalistes appellent à une meilleure gestion des amphibiens des Seychelles

La grenouille seychelloise endémique (Sooglossus sechellensis) est l’une des espèces surveillées dans la Vallée de Mai.  (Seychelles Islands Foundation)

 

(Seychelles News Agency) - Les écologistes aux Seychelles ont appelé à une approche de recherche plus coordonnée et à une meilleure gestion des amphibiens de la nation insulaire.

La nécessité de collecter des données plus précises et fiables et de mettre en place de meilleurs programmes de gestion de la population de ces espèces a été évoquée lors du Symposium sur les amphibiens des Seychelles qui s'est tenu la semaine dernière à l'Université des Seychelles (UNISEY).

Gerard Rocamora, Ornithologue et biologiste de la conservation de la Island Conservation Society, a déclaré que l'objectif du symposium était de garder tous les partenaires motivés pour la conservation des amphibiens, qui jouent un rôle essentiel dans l'éco-système.

«Les amphibiens sont aussi importants que tout le reste de l'environnement et ils sont de plus en plus confrontés aux menaces mondiales, notamment aux maladies, aux virus et au réchauffement de la planète. Ce symposium permettra à toutes les parties prenantes et à toutes les personnes impliquées dans la conservation de voir ce qui a été accompli jusqu'à présent et de décider de la voie à suivre », a déclaré M. Rocamora.

La réunion organisée par le Centre de biodiversité et de conservation insulaires d'UNISEY a réuni des participants locaux et internationaux de groupes de défense de l'environnement, notamment la Marine Conservation Society des Seychelles, la Seychelles Islands Foundation, le Natural History Museum de Londres, l'Université de Wolverhampton et l'Institut de Durrell pour la conservation et l'écologie.

Les conférenciers participant au symposium ont été engagés dans la collecte de données sur les amphibiens ou ont tenté de mettre à l'essai des programmes de gestion de la population. Tous ont convenu qu'il était difficile de recenser et de quantifier les populations d'espèces différentes d'amphibiens et de caeciliens et que la connaissance de leur écologie est très limitée.

Photo : L'Hypogeophis pti, appelé localement petite Praslin caecilian, a été découvert sur Praslin à la fin de 2017. (Salifa Karapetyan, Agence de presse des Seychelles)

Réputées pour leur beauté naturelle, leur riche biodiversité, leur flore et leur faune uniques, les Seychelles - un groupe de 115 îles de l’océan Indien occidental - abritent 14 espèces d’amphibiens endémiques. Ceux-ci incluent huit caecilians et six grenouilles.
David Gower, du Muséum d'histoire naturelle, a souligné l'importance de la collecte de données fiables et des diverses limites à la réalisation de telles recherches sur les îles.

M. Gower, qui participait au suivi quantitatif des caecilians sur l'île de Fregate, a déclaré: "davantage d'efforts sont nécessaires pour assurer la crédibilité et la fiabilité des données, ce qui est utile pour concevoir des programmes de gestion de la population".

M. Gower a ajouté que "les données de base sont presque inexistantes et que les lacunes dans la connaissance de l'histoire naturelle peuvent être limitées."

La Seychelles Islands Foundation, qui gère la Vallée de Mai, site du patrimoine mondial de l’UNESCO, a partagé les progrès accomplis par l’équipe dans la gestion des amphibiens dans la réserve naturelle.

«Un système de surveillance a été mis en place à la Vallée de Mai en 2008 pour surveiller les cinq espèces d'amphibiens dans la réserve. Les défis à relever consistent à identifier les méthodes de recherche appropriées et à lutter contre les espèces envahissantes, notamment les fourmis fous jaunes et les rats », a expliqué Jenifer Appoo.

Les participants au symposium ont également eu la chance d’approfondir leurs connaissances sur Amphibian Ark, principale organisation de conservation des amphibiens dans le monde. L'organisation propose des cours de formation en ligne et d'autres supports de formation, ainsi que des subventions pour des projets liés à la conservation des amphibiens.

Dans une vidéo, il a été révélé qu'environ 40% des amphibiens dans le monde sont en danger en raison de la perte d'habitat, de la pollution et de maladies.

Selon Anna Baker, directrice exécutive d'Amphibian Ark, les organisations de protection de l'environnement doivent procéder à des évaluations des besoins en matière de conservation afin d'identifier les différentes espèces et définir les actions à entreprendre pour la sauvegarde des populations locales.

«Nous sommes impatients de soutenir les projets de conservation des amphibiens aux Seychelles de toutes les manières possibles», a promis Mme. Baker dans le message vidéo.

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: amphibiens, Island Conservation Society

More from Actualités Nationales →

Related Articles

Business →

Top news


Archives

» Advanced search