Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Une nouvelle politique visant à expliquer aux chercheurs et aux entreprises comment les ressources génétiques des Seychelles pourraient être utilisées

Victoria, Seychelles | | February 20, 2019, Wednesday @ 18:10 in En français » ENVIRONNEMENT | By: Salifa Karapetyan édité par Betymie Bonnelame et traduit par Rudie Bastienne | Views: 423
Une nouvelle politique visant à expliquer aux chercheurs et aux entreprises comment les ressources génétiques des Seychelles pourraient être utilisées

Les Seychelles abritent de nombreuses espèces de plantes et d'animaux que l'on ne trouve nulle part ailleurs, à l'instar du célèbre coco de mer. (Gerard Larose, Seychelles Tourism Board)

 

Photo license  

(Seychelles News Agency) - Les Seychelles ont lancé une politique qui indiquera aux chercheurs et aux institutions étrangères comment accéder aux ressources génétiques du pays et aux connaissances locales associées à leur utilisation traditionnelle.

En vertu de la Convention sur la diversité biologique - un traité international signé par 198 pays, dont les Seychelles -, les ressources génétiques désignent tout matériel d'origine végétale, animale, microbienne ou autre contenant des unités d'hérédité. Ces ressources peuvent être utilisées à des fins de recherche et à des fins commerciales car les plantes et les animaux peuvent avoir des composés potentiels pouvant profiter à l'homme.

Les Seychelles abritent de nombreuses espèces de plantes et d'animaux que l'on ne trouve nulle part ailleurs. Parmi ces espèces, citons le célèbre coco de mer - la plus grosse noix du monde. Bien que l’origine mystérieuse de la noix ait finalement été établie après que les îles Seychelles aient été explorées et installées, de nombreuses questions sur l’utilisation potentielle du noyau de coco de mer échappent à l’esprit de nos jours.

Denis Matatiken, le point focal du projet, a déclaré qu '«il existe un intérêt croissant des chercheurs pour approfondir leurs connaissances et leur compréhension des espèces endémiques uniques aux Seychelles et des interactions complexes qui existent avec leur environnement."

M. Matatiken a ajouté que "pour d'autres, leurs intérêts sont différents et ils veulent connaître le potentiel économique des espèces présentes dans les environnements marin et terrestre".

En ce qui concerne les plantes aux propriétés médicinales, il a ajouté qu'il était important de noter que «nos arrière-grands-parents utilisaient des plantes médicinales et autres pour leur survie».

Dans le passé, il était très courant de trouver une variété de plantes médicinales poussant parmi d'autres feuillages et fleurs dans les jardins de nombreuses maisons des Insulaires.

   

Photo : Des plantes aux propriétés médicinales ont été trouvées dans de nombreux jardins potagers des insulaires dans le passé (Gilly Jean, Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY

«Nos arrière-grands-parents ont utilisé la biodiversité pour traiter et soigner diverses maladies. Ces connaissances sur l'utilisation traditionnelle de la biodiversité ont été transférées à de nombreuses générations et aujourd'hui, nous sommes nombreux, y compris les herboristes, à utiliser ces connaissances héritées de nos ancêtres », a-t-il déclaré.

C'est pourquoi la mise en place d'une politique est cruciale pour un hotspot biologique comme les Seychelles, car de nombreuses grandes sociétés multinationales recherchent une telle connaissance pour la commercialisation.

La nouvelle politique établit le cadre permettant d'accéder aux ressources génétiques des Seychelles et un mécanisme permettant de partager les avantages pouvant découler de leur utilisation. La politique d'accès et de partage des avantages a été élaborée dans le cadre d'un projet mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le développement (UNDP) et financé par le Fonds pour l'environnement mondial (GEF).

À l'heure actuelle, les Seychelles ne disposent que de mesures provisoires pour protéger leurs ressources génétiques et les connaissances traditionnelles qui leur sont associées, a déclaré le ministre de l'Environnement, de l'Energie et du Changement climatique, Wallace Cosgrow, lors de la cérémonie de lancement qui a eu lieu récemment.

«La politique nous fournira les outils et les actions nécessaires pour garantir que nous recevons des avantages justes et équitables découlant de la recherche ou de l'utilisation commerciale de nos ressources génétiques», a déclaré M. Cosgrow.

Il a ajouté que "la flore et la faune sont si uniques, dont certaines ne poussant et ne vivant que dans cette partie reculée du monde, donnant aux Seychelles le statut de" points chauds biologiques ".

M. Cosgrow a déclaré qu'actuellement, le gouvernement "a désigné près de 50% de notre zone terrestre en tant que zones protégées et s'est engagé à augmenter les zones marines sous protection juridique de 0,01% à 30% de notre ZEE (zone économique exclusive) d'ici 2022".

Les Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, sont l'un des 24 pays du monde à bénéficier d'une assistance dans le cadre du projet pour mettre en œuvre leurs obligations nationales en vertu du Protocole de Nagoya sur l'accès et le partage des avantages. Le protocole mis en place en 2010 est un accord complémentaire à la Convention sur la diversité biologique.

Le Protocole de Nagoya vise un partage juste et équitable des avantages découlant de l'utilisation des ressources génétiques, afin de contribuer à la conservation et à l'utilisation durable de la biodiversité.

En vertu de cette politique, l’île aura la possibilité d’établir un cadre législatif et institutionnel lui permettant de s’acquitter de ses obligations en vertu de divers accords multilatéraux.

 

Environnement » Be a reporter: Write and send your article
Tags: Nagoya Protocol

More from Environnement →

buisness →

Top news


Archives

» Advanced search