Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Les procédures de travail pour les ressortissants bangladais doivent être approuvées avant la levée du moratoire, selon un responsable seychellois

Victoria, Seychelles | | May 3, 2019, Friday @ 22:14 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Daniel Laurence Édité par: Betymie Bonnelame Traduit par: Rudie Bastienne | Views: 965
Les procédures de travail pour les ressortissants bangladais doivent être approuvées avant la levée du moratoire, selon un responsable seychellois

Les travailleurs migrants aux Seychelles proviennent principalement de pays asiatiques tels que l'Inde, le Bangladesh, le Sri Lanka et les Philippines et sont principalement employés dans le secteur de la construction. (Rajib Ghosh/flickr) Photo License: CC-BY 2.0 

 

(Seychelles News Agency) - Des procédures pour les ressortissants du Bangladesh doivent être mises en place et suivies avant que les Seychelles ne lèvent le moratoire sur les travailleurs de ce pays asiatique, a déclaré vendredi un responsable gouvernemental. Un mémorandum d'accord devrait bientôt être signé entre les deux pays.

Un ressortissant bangladais doit posséder un contrat valide, un permis d'occupation, un passeport valide et une carte à puce avant d'être recruté pour travailler aux Seychelles, a déclaré vendredi Jules Baker, secrétaire principal à l'emploi des Seychelles.

"Ces procédures devront être en place pour permettre aux Seychelles de lever le moratoire en vigueur depuis le mois d’octobre dernier sur le recrutement de Bangladais pour travailler aux Seychelles", a déclaré M. Baker lors d'une conférence de presse.

Le ministère de l'Emploi a mis en place un moratoire l'an dernier pour dissuader les employeurs de violer les lois sur l'emploi. Le resserrement des mesures de recrutement est intervenu après que six employés bangladais d'une entreprise de sécurité aient pris contact avec des maisons de presse pour exprimer leur frustration, leurs employeurs n'ayant pas réussi à payer leur salaire.

Le moratoire a été annoncé au mois d’octobre dernier par Jules Baker (à droite), secrétaire principal à l'emploi.  (Seychelles Nation) Photo License: CC-BY

M. Baker a présenté les nouvelles procédures qui ont été approuvées jeudi par le Conseil des ministres des Seychelles. Les procédures seront incluses dans un projet de mémorandum d’accord qui devrait être signé par le Bangladesh et les Seychelles.

Dans le cadre des nouvelles procédures, tout travailleur bangladais devra avoir un contrat de travail validé par le ministère de l'Emploi avant de venir travailler aux Seychelles, un groupe de 115 îles situées dans l'océan Indien occidental.

«Aujourd'hui, les travailleurs bangladais entrent dans le pays avant la validation de leur contrat. Nous voulons maintenant que leur contrat soit validé en premier », a déclaré M. Baker.

Concernant le permis d'occupation rémunéré (GOP), M. Baker a déclaré que celui-ci est délivré par le département de l'immigration et qu'il doit désormais être approuvé par le consul honoraire des Seychelles au Bangladesh.

En venant travailler aux Seychelles, un travailleur bangladais devra également être en possession d'un passeport valide couvrant la durée de son contrat, a ajouté le secrétaire principal.

«La loi dit que vous ne devriez pas entrer dans le pays si votre passeport n'est pas valide pendant six mois. Dans certaines circonstances, un passeport est valide pendant neuf mois, mais la personne a signé un contrat de deux ans. Face à une situation où une personne a besoin de rentrer immédiatement dans son pays, cela est devenu problématique car le passeport a expiré. Maintenant, nous voulons un passeport valide pour la durée du contrat », a déclaré M. Baker.

Un autre document important sera une carte à puce personnelle.

«Nous aurons deux moyens pour contrôler cela. La personne aura une carte d'identité locale qui sera contrôlée par le ministère de l'Immigration et une carte à puce fournie par les autorités bangladaises. La carte contiendra tous les détails biométriques de cette personne », a déclaré M. Baker.

Une autre mesure que les autorités aux Seychelles établiront permettra le recrutement au Bangladesh par seulement deux agences approuvées par le gouvernement.

M. Baker a déclaré que le moratoire était toujours en vigueur car "nous avions le sentiment que les procédures n'étaient pas suivies ou que des intermédiaires prenaient d’énormes sommes d'argents avec des travailleurs bangladais avant qu’ils puissent trouver un emploi aux Seychelles".

«Nous avons également constaté que de nombreux travailleurs bangladais venant aux Seychelles n’avaient pas les compétences requises pour le travail qu’ils sont venus accomplir. À la fin, ils finissent par faire un autre travail et ne sont pas payés aux conditions initialement convenues », a-t-il ajouté.

Au mois de novembre dernier, la première condamnation pour traite de personnes avait été enregistrée dans le pays insulaire depuis l'adoption en 2014 d'une loi sur la question. La Cour suprême des Seychelles a condamné un ressortissant bangladais à trois ans de prison pour avoir fraudé quatre personnes pour de l'argent et les avoir forcé dans le travaille et dans la maltraitance.

Les Seychelles comptent de nombreux travailleurs migrants provenant principalement de pays asiatiques tels que l’Inde, le Bangladesh, le Sri Lanka et les Philippines. Ils travaillent principalement dans le secteur de la construction.

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: Bangladesh

More from Actualités Nationales →

Related Articles

Environment →

Top news


Archives

» Advanced search