Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

L'escalade entre l'Iran et les Etats-Unis

Iran | May 21, 2019, Tuesday @ 09:51 in En français » MONDE | By: AFP | Views: 2857
L'escalade entre l'Iran et les Etats-Unis

Les tensions entre l'Iran et les Etats-Unis se sont intensifiées depuis que l'administration de Donald Trump a inscrit les Gardiens de la Révolution sur sa liste noire (STR / afp)

 

Photo license  Purchase photo

(AFP) - Les tensions entre l'Iran et les Etats-Unis se sont intensifiées depuis que l'administration de Donald Trump a inscrit les Gardiens de la Révolution sur sa liste noire des "organisations terroristes" et renforcé ses sanctions contre Téhéran.

 

- Liste noire -

 

Le 8 avril, Washington place les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique du régime iranien, sur sa liste noire des "organisations terroristes étrangères". C'est "la première fois" qu'une organisation "faisant partie d'un gouvernement étranger" est ainsi visée par Washington, déclare Donald Trump.

La force Qods, chargée des opérations extérieures des Gardiens, est également placée sur cette liste.

Le lendemain, l'Iran accuse les Etats-Unis d'être un "Etat parrain du terrorisme" et les forces américaines déployées au Moyen-Orient, dans la Corne de l'Afrique et en Asie centrale, de "groupes terroristes".

 

- Déploiement américain -

 

Le 5 mai, le conseiller à la sécurité nationale américain John Bolton annonce le déploiement du porte-avions USS Abraham Lincoln et d'une force de bombardiers dans la région du Moyen-Orient.

"Les Etats-Unis ne cherchent pas la guerre avec le régime iranien, mais nous sommes totalement préparés à répondre à toute attaque, qu'elle soit menée par procuration, par le corps des Gardiens de la Révolution islamique ou par les forces régulières iraniennes", déclare-t-il. 

Le 7, les Etats-Unis annoncent dépêcher plusieurs bombardiers B-52 dans le Golfe. Depuis, le Pentagone a annoncé l'envoi d'un navire de guerre et d'une batterie de missiles Patriot.

 

- Sanctions -

 

Le 8 mai, l'Iran décide de cesser de limiter ses réserves d'eau lourde et d'uranium enrichi, des mesures auxquelles il s'était engagé dans le cadre de l'accord international de 2015 limitant son programme nucléaire.

Un an après la dénonciation de l'accord par les Etats-Unis, qui ont rétabli leurs sanctions contre l'Iran, Donald Trump impose de nouvelles sanctions contre "les secteurs iraniens du fer, de l'acier, de l'aluminium et du cuivre".

Le 9, le président américain affirme que les Iraniens se sont montrés "très menaçants" pour expliquer sa décision d'envoyer un porte-avions et des bombardiers. "Je voudrais qu'ils m'appellent (...) Nous sommes prêts à la discussion", ajoute-t-il.

Le 13 mai, il met en garde l'Iran contre tout passage à l'acte contre les intérêts américains. "On va voir ce qui va se passer avec l'Iran". "S'ils font quelque chose, ils vont souffrir énormément".

 

- Ni guerre ni négociations -

 

Le 14 mai, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo réfute toute volonté de guerre avec l'Iran.

"Il n'y aura pas de guerre", affirme de son côté le guide suprême de la République islamique d'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei. "Ni nous ni eux cherchons la guerre, ils savent qu'elle ne serait pas dans leur intérêt".

Le 15, Washington annonce le rappel de diplomates d'Irak, en raison, selon un haut responsable américain d'une "menace imminente" en "lien direct avec l'Iran".

De son côté, Donald Trump se dit "sûr que l'Iran voudra bientôt discuter" avec les Etats-Unis.

Mais le lendemain, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, écarte "toute possibilité" de négociations, accusant Washington de provoquer une escalade "inacceptable".

Ryad accuse l'Iran d'être derrière une attaque de drones revendiquée par les rebelles Houthis du Yémen contre un oléoduc saoudien. L'attaque intervenait après des "actes de sabotage" non revendiqués dans le Golfe qui ont touché entre autres des pétroliers saoudiens.

 

- "Fin officielle de l'Iran" -

 

Le 19, Donald Trump menace l'Iran de destruction en cas d'attaque contre des intérêts américains. "Si l'Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran. Plus jamais de menaces à l'encontre des Etats-Unis".

"Les railleries génocidaires" du président américain ne mettront "pas fin à l'Iran", répond le lendemain Mohammad Javad Zarif.

acm/ber/tp

Monde » Be a reporter: Write and send your article

More from Monde →

Business →

Top news


Archives

» Advanced search