Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Interview du dirigeant de Lalyans Seselwa: les partis de l'opposition des Seychelles devraient s'unir pour la justice et la vérité

Victoria, Seychelles | | May 21, 2019, Tuesday @ 20:29 in En français » POLITIQUE | By: Patsy Athanase , Rassin Vannier, Betymie Bonnelame et Rudie Bastienne | Views: 2308
Interview du dirigeant de Lalyans Seselwa: les partis de l'opposition des Seychelles devraient s'unir pour la justice et la vérité

Patrick Pillay est l'actuel chef du parti Lalyans Seselwa.  (Rassin Vannier Seychelles News Agency) 

 

Photo license  

(Seychelles News Agency) - Alors que les Seychelles se préparent aux l'élections présidentielle de l'année prochaine, la SNA cherche à connaître le point de vue des dirigeants politiques de la nation insulaire.

Notre troisième interview de la série est avec Patrick Pillay, chef du parti Lalyans Seselwa.

Son parti politique avait réussi à se hisser à la troisième place lors des élections présidentielles.

SNA: Avant les élections présidentielle de l’année prochaine, quel est l’état du parti Lalyans Seselwa, son positionnement et sa composition?

PP: La seule chose constante dans la vie est le changement et tous les partis politiques, que ce soit en Europe, en Afrique ou même aux Seychelles, changent avec le temps. Oui, nous avons eu des hauts responsables du parti, à savoir notre secrétaire général et trésorier, qui ont choisi de partir pour poursuivre d'autres projets personnels. Mais nous avons aussi de nouveaux arrivants.

En tant que dirigeant de Lalyans Seselwa, j'ai une vision pour les Seychelles. Je crois fermement que les Seychelles peuvent prospérer et être un joyau si seulement nous avons des dirigeants qui peuvent faire passer les Seychelles et son peuple avant leurs intérêts personnels.

Depuis sa création en 2015, Lalyans Seselwa a toujours tenu son congrès chaque année pour élire un leader. Nous devons encore le faire cette année. Si je suis élu au congrès pour diriger le parti, je continuerai volontiers dans ce rôle. Je crois en la démocratie et non en l'autocratie. Par conséquent, je ne peux pas me nommer moi-même, choisir mon coéquipier et imposer ma conviction autocratique au parti. Malheureusement, c'est ce que font certains partis politiques aux Seychelles.

Notre parti est un parti démocratique, notre constitution est forte. Nous sommes en train de réviser notre manifeste pour le rendre plus pertinent aujourd'hui et nous mettons cette fois l'accent sur notre intégrité territoriale, que les Seychelles restent pour les Seychellois.

SNA: Le parti a remporté plus de 8 500 voix à l'élection présidentielle de 2015. Pensez-vous qu'il bénéficie toujours de ce type de soutien quatre ans plus tard et pouvez-vous vous en sortir sans LDS (Linyon Demokratik Seselwa)?

PP: Notre parti est toujours fort. Il y a des rumeurs selon lesquelles nous avons rejoint un autre parti politique. Ce n'est pas le cas. Notre parti défendra toujours la vérité, la justice et la démocratie. Ce sont nos pierres angulaires. J'ai expliqué pourquoi nous avons quitté LDS l'année dernière et cela tient toujours. Notre philosophie n'est pas compatible avec la leur. Je peux citer quelques exemples. Premièrement, le conseil régional contre lequel notre parti est opposé.

Le plan initial sur lequel Lalyans avait convenu était de mettre en place un conseil de district où toute personne désireuse de se présenter pourrait le faire et devenir un conseiller de leur district. Mais qu'avons-nous vu? Les gens ont été nommés. C'était antidémocratique, inconstitutionnel et illégal. Ce n'est pas conforme à l'esprit de vérité, de justice et de démocratie en lequel nous croyons.

Deuxièmement, nous parlons de ce nouveau chapitre de la politique aux Seychelles. Nous devons donc faire preuve d’esprit d’homme d’état. Vous ne pouvez pas dire que vous voulez diriger les Seychelles en tant que politicien. Après 2020, les Seychelles n'auront plus besoin d'un politicien à la présidence, mais d'un homme d'État.

Comment pouvez-vous être un homme d'État et boycotter les funérailles d'un ancien président? Peu importe ce que vous pensez, vous devez être respectueux. C’est ce que signifie être un homme d’État. Vous ne pouvez pas bénéficier de tous les privilèges associés à cette fonction, y compris votre salaire, qui est payé par l’argent des contribuables, sans pour autant respecter les objectifs de votre bureau. C'est inacceptable.

SNA: Lorsque Lalyans Seselwa a divorcé du LDS, ses membres à l'Assemblée nationale ont choisi de rester avec le LDS. Y a-t-il eu des discussions pour les ramener ?

PP: Non, nous n’avons pas eu cette discussion. Je respecte le choix des personnes. Il y en a que, je le croyais fermement, étaient assez loyaux pour rester avec notre parti, mais ils ont décidé de rester avec LDS. Ils pensent peut être que l’autre leader est plus fiable et peut apporter plus de changement que je ne le pourrais.

Certains m'ont approché par l'intermédiaire d'un tiers parti pour me demander de revenir dans la coalition d'opposition, mais j'ai refusé. Lalyans Seselwa est à l'aise là où il se trouve actuellement. Nous sommes un parti d'opposition, luttant pour le changement, un parti inclusif et nous n'avons aucune intention de rejoindre LDS.

SNA: Si Lalyans Seselwa vous nomme comme prochain candidat à la présidence, relèverez-vous le défi?

PP: Certainement. Comme je l’ai dit plus tôt, cela ne dépend pas de moi, mais du party. Et j'ai toujours dit que je me présenterais pour un mandat de cinq ans et que je ferais ensuite place aux autres dirigeants du parti. Le parti organise une campagne de recrutement pour obtenir du sang neuf.

Je crois fermement que je peux apporter le changement dont les Seychelles ont besoin. Si pendant trois ans, 1986-1989, j’ai pu changer la culture organisationnelle de l’école polytechnique et pendant un an et demi la façon dont les choses se déroulaient à l’Assemblée nationale, vous pouvez imaginer ce que je pourrais faire durant un mandat de cinq ans.

Les Seychelles n'ont pas besoin d'argent ni d'or. Ce dont le pays a besoin, c'est d'un leadership.

Archives: M. Pillay faisait partie d'une manifestation réclamant une nouvelle élection présidentielle en août 2017 (Rassin Vannier Seychelles News Agency ) Photo License: CC-BY

SNA: Êtes-vous prêt pour le travail vu que vous avez été récemment hospitalisé?

PP: En politique, il existe un jeu appelé campagne diffamatoire. Chaque fois que je suis hospitalisé, il y a des rumeurs selon lesquelles je suis très malade. Je viens d'avoir 70 ans. Le Premier ministre indien, Narendra Modi, a un an de moins que moi. Le cheikh Mohammad Bin Rashid Al Maktoum de Dubaï aura 70 ans au mois de juillet. Ils dirigent toujours leur pays. Qu'est-ce qui fait que les gens pensent que je ne pourrai pas faire la même chose?

Les pays qui ont réussi sont ceux qui ont connu un leadership avec discipline.

SNA: Quel sera le manifeste de votre parti lors des prochaines élections présidentielles?

PP: Nous avons dix points sur notre liste cette fois-ci. Tout d'abord, notre territoire. Je voudrais lancer un défi aux dirigeants pour savoir quelles îles nous appartiennent et lesquelles ne nous appartiennent pas. Qu'est-il arrivé à l'île d’Assumption? Y a-t-il eu un accord et, le cas échéant, quelles sont les conditions énoncées? Est-ce que île Platte appartient aux Seychelles ou pas? Nous voulons un audit de l’ensemble des îles et nous souhaitons une restructuration totale de la Société de développement des îles (IDC), chargée de gérer nos îles périphériques. Chaque fois que IDC se présente à l'Assemblée nationale, tout le monde se tait, comme si nous avions tous peur.

Deuxièmement, parler franchement des questions touchant l’économie du pays. Je fais référence à la récente annonce d’une augmentation des salaires des secteurs public et privé. Une augmentation n'affectera certainement pas une grande entreprise, mais avons-nous examiné l'impact sur les petites et moyennes entreprises? Comment une petite entreprise employant 20 travailleurs trouverait-elle l’argent nécessaire pour payer cette augmentation? Nous devrions placer l’économie avant la politique et non la politique avant l’économie.

Troisièmement, la discipline. Aux Seychelles, il existe une attitude de «laisser-faire» où les gens se sentent en droit de faire ce qu’ils veulent, quand ils le souhaitent. Prenons l'exemple de la vente d'alcool et de la publicité. On a beaucoup parlé de la question, mais très peu d’action jusqu’à présent. Nous continuons simplement à nommer des comités de haut niveau pour continuer à parler de la question. En un mois, j'aurais demandé à tous les magasins de supprimer toutes les publicités de leur magasin. La culture de la consommation d'alcool ne se terminera pas du jour au lendemain, mais nous devons commencer quelque part. Nous devons mettre en place des mesures concrètes pour résoudre des problèmes tels que la conduite en état d'ivresse et les personnes qui consomment de l'alcool en public.

Un autre exemple est la toxicomanie. Il semble que tout le monde sache qui fait le trafic de drogue et pourtant, aucune mesure n'est prise contre les trafiquants. Partout dans le monde, des pays comme Singapour et Dubaï, qui ont réussi à maintenir l'ordre public, ont réussi à le faire grâce à leur discipline et à leur leadership.

SNA: Lors des dernières élections législatives, les partis d'opposition se sont réunis pour obtenir une majorité à l'Assemblée nationale. Pensez-vous qu'il sera facile pour Lalyans Seselwa de contester seul les élections ou est-ce que le parti rejoindra d'autres partis politiques?

PP: Je pense que ce sera facile. Un parti nouvellement formé - One Seychelles - nous a déjà approché pour discuter de la manière dont nous pouvons travailler ensemble, mais nous n’avons encore formé aucune alliance. Nous restons en tant que Lalyans Seselwa avec notre propre identité.

Cependant, je pense que davantage de partis politiques seront créés avant les élections présidentielles. Bien sûr, avoir autant de petits partis luttant contre ces gros partis avec plus d’argent pour faire campagne peut être un désavantage. Lalyans Seselwa ne reçoit pas de contribution du gouvernement par rapport à United Seychelles et à LDS, qui reçoivent 750 000 SCR (55 000 USD) par mois.

Je pense donc que la solution consisterait à faire en sorte que les petits partis d'opposition s'unissent pour éliminer ceux qui induisent la population en erreur et prétendent défendre la démocratie. Lalyans ne sera pas en mesure de le faire seul, alors oui, nous allons parler à ceux qui sont intéressés à discuter afin d’instaurer la démocratie, la justice et la vérité.

 

Politique » Be a reporter: Write and send your article
Tags: Patrick pilay, Lalyans Seselwa

More from Politique →

Related Articles

general →

Top news


Archives

» Advanced search