Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Les États-Unis reconnaissent les efforts des Seychelles dans la lutte contre le trafic humain.

Victoria, Seychelles | | June 27, 2019, Thursday @ 21:14 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Betymie Bonnelame Traduit par: Rudie Bastienne | Views: 1256
Les États-Unis reconnaissent les efforts des Seychelles dans la lutte contre le trafic humain.

Parmi les cas signalés figurent des travailleurs migrants provenant principalement de pays asiatiques tels que l'Inde, le Bangladesh, le Sri Lanka et les Philippines.  (Adam Jones, Flickr) Photo License: CC BY-SA 2.0

 

(Seychelles News Agency) - En reconnaissance de leurs efforts pour lutter contre la traite de l’être humain, les Seychelles ont été mieux classées dans le rapport des États-Unis sur la traite des êtres humains pour 2019, a annoncé mardi le ministère des Affaires étrangères.

Le rapport annuel publié par le département d'État américain décrit les mesures prises par les gouvernements du monde entier pour lutter contre la traite de l’être humain.

Le surclassement des Seychelles est dû au fait que, bien que le gouvernement de la nation insulaire n’atteigne pas pleinement les normes minimales pour l'élimination de la traite des personnes, il fait des efforts importants pour y arriver.

Sur le plan technique à l’échelle américaine, les Seychelles sont passées de la liste de rang 2 avec surveillance au rang 2.

Le rapport publié la semaine dernière indique que le gouvernement des Seychelles "a démontré des efforts croissants en enquêtant et en poursuivant de plus en plus d'affaires, ainsi qu'en condamnant son premier trafiquant en vertu de la loi de 2014 sur l'interdiction de la traite des personnes".

Le rapport a été bien accueilli par le vice-président des Seychelles, Vincent Meriton, qui a déclaré: «Les Seychelles poursuivront leur combat contre de tels crimes et nous partageons le message du secrétaire d'État américain qui dit que nous envoyons le message le plus fort possible aux trafiquants, à savoir que nous ne tolérerons pas leurs crimes étant des actes méprisables et criminels. "

Dans le premier cas de traite des personnes enregistré aux Seychelles depuis l'adoption d'une loi sur la question en 2014, un ressortissant bangladais a été condamné à trois ans d'emprisonnement au mois de novembre dernier pour avoir fraudé quatre personnes et les avoir forcées au travail et aux mauvais traitements.

De son côté, Lucianne Sofola, présidente de l’Association pour les droits, l’information et la démocratie (ARID) aux Seychelles, a déclaré à la SNA que «nous prenons note du fait que nous sommes maintenant hors de la liste de surveillance, mais nous, ARID, le voyant autrement sur le terrain. "

Elle a déclaré que «la coercition est forte, il y a aussi le surmenage et le paiement insuffisant. Les employés sont battus par leurs patrons et les conditions de vie de certains travailleurs sont très très pauvres. ”

Parmi les cas signalés figurent des travailleurs migrants provenant principalement de pays asiatiques tels que l'Inde, le Bangladesh, le Sri Lanka et les Philippines. Les travailleurs migrants sont principalement employés dans le secteur de la construction.

Les Seychelles ont également déployé des efforts au cours de la période considérée incluant des enquêtes sur un haut responsable gouvernemental; identifier et aider davantage de victimes et allouer des fonds pour aider les victimes cette année.

«Pour la première fois, le gouvernement a accordé aux victimes des dédommagements de leurs trafiquants. Il a également créé un groupe de travail spécial chargé d'inspecter les conditions de travail des travailleurs migrants, notamment dans la zone de commerce international des Seychelles (SITZ) au cours de la période considérée», indique le rapport.

M. Meriton a déclaré que "compte tenu de la nature aveugle et imperméable de ce crime, ainsi que des importantes contraintes de ressources humaines et financières auxquelles est confronté un petit État insulaire en développement comme les Seychelles, des défis subsistent néanmoins".

Selon le rapport, le gouvernement des Seychelles n'a pas respecté les normes minimales dans plusieurs domaines clés relatifs aux victimes de la traite.

Celles-ci incluent avoir à disposition des abris ou des installations de soins complets; ne pas avoir mis en œuvre les procédures opératoires standard pour l'identification et l'orientation des victimes ou son mécanisme d'assistance aux victimes; ne pas avoir dispensé une formation adéquate à son personnel en matière de lutte contre la traite et ne pas avoir utilisé un outil national centralisé de collecte et de communication de données sur la lutte contre la traite.

En outre, le gouvernement n'a pas fourni suffisamment de ressources pour l'assistance aux victimes et n'a pas adopté de plan d'action national (PAN) pour lutter contre la traite et les responsables gouvernementaux ont nié l'existence et font des efforts négligeables pour lutter contre la traite à des fins sexuelles aux Seychelles.

Les zones clés ont été répertoriées comme recommandation prioritaire à traiter par le gouvernement des Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental.

Mme. Sofola a déclaré: «Nous avons beaucoup à faire face à ce problème de traite des êtres humains aux Seychelles. Le groupe de travail gouvernemental n'est pas opérationnel pour le moment et tous les cas sont traités par ARID. ”

Dans le même temps, M. Meriton a déclaré que «les Seychelles sont déterminées à identifier et à combler les lacunes de sa stratégie de lutte contre la traite des personnes, notamment en mettant en place des stratégies appropriées à court et à long terme pour l'autonomisation, la réhabilitation, la réinsertion et l'inclusion sociale des victimes de la traite. ”

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: Trafic humain, ARID

More from Actualités Nationales →

Related Articles

Environment →

Top news


Archives

» Advanced search