Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

L’UNESCO aide les Seychelles à protéger leurs biens culturels contre la traite

Victoria, Seychelles | | August 1, 2019, Thursday @ 21:13 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Sharon Enesta, Traduit par: Rudie Bastienne | Views: 1104
L’UNESCO aide les Seychelles à protéger leurs biens culturels contre la traite

Photo : Le coco de mer endémique et tous les objets ayant une importance historique sont des exemples de biens culturels des îles qui peuvent être victimes de la traite.  (Gerard Larose, Seychelles Tourism Board) 

 

(Seychelles News Agency) - Le département de la culture des Seychelles a demandé à l’UNESCO de contribuer à la protection de ses biens culturels contre le trafic illicite.

Dans cette perspective, la nation insulaire a commencé à travailler sur une politique à utiliser comme outil de travail pour lutter contre le transport, l'exportation et l'importation illicites, mais rejoint également la communauté internationale pour prévenir le trafic transfrontalier.

Le coco de mer endémique et tous les objets ayant une importance historique sont des exemples de biens culturels des îles qui peuvent être victimes de la traite.

Le processus a débuté par une séance de sensibilisation visant à améliorer la prise de conscience et la connaissance de la Convention de 1970 sur les moyens d'interdire et de prévenir l'importation, l'exportation et le transport de propriété illicites.

«Nous espérons sincèrement que cet atelier dotera un large éventail de parties prenantes clés aux Seychelles de connaissances, de compétences et de réseaux pour lutter contre le trafic illicite de biens culturels par la prévention, la collaboration et la restitution», a déclaré Julienne Barra, directrice générale de le département de la culture.

Les biens culturels comprennent tout ce qui a une signification scientifique, historique, artistique ou religieuse.

Outre les responsables de l'application de la loi, des représentants de différents secteurs du département de la culture et d'autres partenaires ont assisté à la session technique de trois jours la semaine dernière.  (Seychelles Nation) Photo License: CC-BY    

Selon Tony Mathiot, historien local et président de la Seychelles Heritage Foundation, cela signifie que le pays insulaire sera désormais mieux placé pour détecter de tels cas de traite.

«Disons que nous avons une personne arrivant ici et en sa possession est une très ancienne figurine religieuse. Maintenant, nos officiers peuvent enquêter un peu plus, disons que cette personne vient de Thaïlande en route pour l'Afrique du Sud, alors nous pouvons faire ce qui est juste. Si, par exemple, la figurine à cent ans et à été volée dans un temple. ”

«Il est très important que les Seychelles protègent leurs biens culturels. C'est pourquoi nous avons réuni la police, les agents des douanes et les représentants des musées afin qu'ils puissent travailler ensemble pour éliminer le trafic illicite et protéger les biens culturels du pays», a déclaré Karalyn Monteil, un représentant du Bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique de l'Est, basé au Kenya.

Outre des responsables de l'application de la loi, des représentants de différents secteurs du département de la culture, le musée national d'histoire SEYMAS (association regroupant des artistes), l'Autorité de l'aviation civile des Seychelles a assisté à la session technique de trois jours la semaine dernière à l'hôtel Coral Strand à Beau Vallon.

Aux Seychelles, nous avons des cas où des personnes ont tenté de faire passer en contrebande des biens culturels, mais les parties prenantes ignorent ce que sont ces artefacts et ces biens culturels», a déclaré Beryl Ondiek, directrice des musées nationaux.

Mme. Ondiek, cependant, a déclaré que cette formation informerait également les partenaires sur ce qui est classé comme un artefact culturel et ce qui est un souvenir.

Les Seychelles - 115 îles de l'océan Indien occidental - comptent 45 monuments protégés par la loi. M. Mathiot a déclaré que ces monuments sont plus ou moins volumineux et ne peuvent pas être déplacés, mais a ajouté qu'au fil des ans, de nombreux biens culturels de l'île ont quitté le pays, notamment des instruments de musique, des artefacts et des meubles.

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: UNESCO, coco de mer

More from Actualités Nationales →

Related Articles

buisness →

Top news


Archives

» Advanced search