Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

L'ancien président dit à la commission vérité et réconciliation des Seychelles que le coup d'État de 1977 était nécessaire pour la justice sociale

Victoria, Seychelles | | November 5, 2019, Tuesday @ 20:32 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Patsy Athanase , Betymie Bonnelame et Rudie Bastienne | Views: 1410
L'ancien président dit à la commission vérité et réconciliation des Seychelles que le coup d'État de 1977 était nécessaire pour la justice sociale

M. Michel a témoigné devant la Commission de Vérité, Réconciliation et Unité nationale mardi matin par vidéoconférence depuis Abou Dhabi.

 

Photo license  

(Seychelles News Agency) - L’ancien président James Michel a déclaré que le coup d’État du 5 juin 1977 était nécessaire pour opérer un changement radical aux Seychelles et instaurer la justice sociale pour tous.

M. Michel a fait cette déclaration devant la Commission de Vérité, Réconciliation et Unité nationale mardi matin dans un témoignage par vidéo conférence depuis Abou Dhabi.

Il avait été invité à faire la lumière sur les événements qui ont conduit au coup d'État, ce qui s'est passé ce jour-là et ses conséquences.

Dans une déclaration lue avant de répondre aux questions des commissaires, M. Michel a déclaré qu'il avait décidé de se présenter de son plein gré, qu'il n'avait pas été contraint de comparaître devant la commission et qu'il n'avait pas d'agenda caché. Il a déclaré qu’il était à l’étranger pour des engagements personnels, mais qu’il n’avait pas voulu retarder le travail de la commission, il avait donc opté pour la téléconférence.

"Je n'ai pas peur de la vérité et je n'ai rien à cacher, malgré les mensonges et les rumeurs allant dans le sens contraire sur les médias sociaux", a déclaré M. Michel.

Au début, il a invité tous ceux qui souhaitaient connaître son compte-rendu du coup d’État à lire son livre ‘Distant Horizons’ dans lequel il a relaté ses expériences concernant le coup.

M. Michel a confirmé que son rôle principal le 5 juin consistait à relayer les informations de l'ancien président Albert René - qui était le commandant en chef - aux deux groupes impliqués dans les opérations.

«J'étais responsable des communications et je n'avais qu'un talkie-walkie pour le faire. Je n’avais pas de fusils. Le pistolet vu en ma possession sur certaines photos prises ce jour-là provenait de l'arsenal de la police », a déclaré M. Michel.

Il a déclaré à la Commission que seule une poignée de personnes était au courant du coup et que certaines avaient appris l'existence du coup le jour même.

«M. René était un stratège expert et un leader puissant qui a veillé à ce que chaque membre de l'équipe ne connaisse que ce qu'il devait savoir et au moment opportun. Lorsque le moment du coup d'État est arrivé, nous avons tous été réunis pour l'exécution du plan », a-t-il déclaré.

M. Michel a également informé la Commission que seule une poignée d'hommes avait été formée à l'opération.

«Je pense qu'il y a eu quelques personnes, peut-être quatre, qui ont été formées. Dans mon cas, on m'a montré comment assembler et désassembler une arme à feu lors d'un voyage en Tanzanie. J'ai également expliqué dans mon livre que des exercices avaient été effectués sur l'île du Souette, où les cibles étaient des lapins. L'un d'eux a même été offert au président James Mancham lorsqu'il s'est enquis de la fusillade », a déclaré M. Michel.

L’ancien président a également été prié d’authentifier un discours qui aurait été prononcé par M. René à la veille du coup d’État, dans lequel il a informé les deux hommes du coup d’État et du premier projet de saisie de l’arsenal dans les postes de police.

Un extrait du discours a été diffusé devant la commission et M. Michel a confirmé que le contenu de l'enregistrement était ce qui avait été dit par M. René à la veille du 5 juin.

M. Michel a également été interrogé sur le décès de plusieurs personnes qui avaient été tuées avant et pendant le coup d'État, ainsi que pendant le système de parti unique mis en place à partir du 5 juin 1977 et au cours des 16 prochaines années.

Il a déclaré à la Commission qu'il ne savait pas comment ces hommes étaient morts et qu'il n'était pas impliqué dans les enquêtes relatives à leur décès, car il n'était ni ministre des Affaires intérieures ni responsable de la police.

En ce qui concerne la mort du militant du parti démocrate Davidson Chang Him, abattu au commissariat central dans l'après-midi du 5 juin, M. Michel a déclaré qu'il n'avait pas été témoin de l'incident.

«Dans l'après-midi, on m'avait donné un fusil et on m'avait demandé de sécuriser le port et l'aéroport, ainsi que de patrouiller dans la région sud de l'île principale de Mahé. Donc, je n'étais pas au poste de police quand il a été abattu », a déclaré M. Michel.

Il a qualifié de "tragique et regrettable" la mort de M. Chang Him et deux autres personnes survenues ce jour-là, celle de Bérard Jeannie et Francis Rachel.

«Je connaissais M. Jeannie personnellement car sa famille vivait à côté de la mienne, à Anse Boileau, et dans l'armée, j'étais l'officier pour l'éducation politique et c'est donc moi qui avait recruté personnellement Francis Rachel.
Leur mort a donc été tragique et regrettable », a-t-il ajouté.

M. Michel soutient également que le coup d’État était justifié, car il était nécessaire pour apporter un changement radical au pays après l’indépendance, où le statu quo demeurait.

«C'est à la suite du coup d'État que nous avons aujourd'hui l'égalité des chances pour tous. Une personne peut avoir son propre domicile, ses propres biens, un accès à l'éducation et à la santé pour tous. C'est grâce au coup d'État que le système de classe a été interdit. Je pense donc que ce changement radical était nécessaire », a déclaré M. Michel.

La Commission de vérité, réconciliation et unité nationale a annoncé son intention d'inviter M. Michel plus tard à répondre aux questions relatives à la sécurité et au renseignement dans le pays après le coup d'État, à la suite de nombreuses plaintes d'abus par l'armée.

La Commission est à l’écoute des plaintes et griefs liés au coup d’État et a un mandat de trois ans.

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: James Micel

More from Actualités Nationales →

Related Articles

buisness →

Top news


Archives

» Advanced search