Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

L’huile de noix de coco des Seychelles retrouve une nouvelle vie, à l’exportation

Coetivy, Seychelles | September 5, 2014, Friday @ 21:58 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Brigitte Mendes et Rassin Vannier | Views: 5676
L’huile de noix de coco des Seychelles retrouve une nouvelle vie, à l’exportation

La nouvelle bouteille d'huile de coco produite par IDC (IDC) Photo License: CC-BY

Photo license  

(Seychelles News Agency) - Les cocotiers se trouvent en abondance sur presque toutes les pages des 115 îles de l’archipel des Seychelles, situées dans l’Océan Indien.

Autrefois à l’époque coloniale, la noix de coco était l’un des piliers de l’économie du pays.

La noix de coco - souvent désignée comme l'arbre de vie, est utilisée pour son l'huile de coprah qui fournit non seulement une source fiable d'emplois, et de revenus pour les habitants des îles, mais injectée aussi des millions de roupies dans l'économie grâce à l'exportation de produits de la noix de coco dans diverses parties du monde.

Au fil des années, le coût élevé de la production de l'huile de la noix de coco et la concurrence féroce de la part des pays- principalement du continent- asiatique a rendu l'industrie de la noix de coco des Seychelles, plus ou moins en sommeil malgré les efforts de l'Island Développement Company (IDC) pour relancer cette industrie autrefois prospère.

"Le prix de l'huile de noix de coco sur le marché international a considérablement baissé et il n'était pas rentable alors de la vendre sur le marché international, donc, nous avions arrêté l'exportation de l'huile de noix de coco» a dit à la SNA le directeur général adjoint d'IDC, Ronny Renaud dans une interview.

À cette époque, la noix de coco des Seychelles s’exportait partout à travers le monde, en Europe en Afrique, d’après les dossiers des archives des Seychelles.

 



Une abondance de cocotiers borde les plateaux des îles Seychelles (IDC) photo License: CC-BY(IDC) Photo License: CC-BY

La relance de l'industrie

Après un intérêt manifesté par un importateur au Kenya, durant ces deux dernières années, IDC a repris ses exportations d'huile de noix de coco pure à destination de Mombasa, où elle est populaire dans les zones rurales où elle est utilisée principalement pour la cuisson et l'éclairage.

"En 2012, nous avons commencé avec environ 30 barils par an, maintenant nous fournissons de 72 à 74 barils dans un conteneur qui représente environ 13 tonnes d'huile de noix de coco par envoi" a déclaré Renaud.

Il a ajouté que la demande pour huile de noix de coco des Seychelles est en hausse avec l'importateur actuel au Kenya demandant "au moins deux conteneurs d'huile de noix de coco par mois."

«Nous avons également reçu de nouvelles demandes, mais pour l'instant nous ne pouvons pas y répondre."
Actuellement, IDC est en train de construction deux usines de production d'huile de noix de coco; une dans l'île de Farquhar situé 770 km de Mahé, l'île principale des Seychelles, et l'autre à Coetivy, situé 290 km de Mahé.

Il faut une journée pour atteindre Coetivy en bateau, alors que pour se rendre à Farquhar cela prendre environ deux à trois jours.

L'un des principaux défis dans cette production, c’est le transport de l'huile de noix de coco, des îles jusqu’à Mahé.

"Notre limitation est la fréquence des transports entre les îles. Tous les trois mois, notre bateau va à Farquhar alors que nous avons des voyages à Coetivy tous les deux mois, ce qui équivaut à environ quatre voyages par an à Farquhar, et six voyages à Coetivy chaque année.

Puis, à partir de Mahé, nous devons parfois attendre le bateau pour connecter à Mombasa. Durant tout ce temps, il faut prendre en compte la durée de vie de l'huile dont la qualité peut se détériorer ", a fait remarquer Renaud.

"Nous avons besoin de plus de travailleurs, si nous voulons augmenter la production, cela signifie plus d'hébergement sur les îles."


Actuelle, IDC emploie 35 Seychellois pour travailler dans les deux usines de raffinement.


IDC emploie 35 Seychellois pour travailler dans les deux usines de raffinement.(IDC) Photo License: CC-BY 

Un nouvel emballage pour l'huile de noix de coco sur le marché local

Localement, l'huile noix de coco est encore utilisée pour la cuisson, dans certaines maisons,s et à des fins esthétiques tels que les soins de cheveux pour enlever les pellicules, apaiser le cuir chevelu et hydrater la peau sèche. L'huile de coco est censée aussi avoir de grands avantages pour la santé telle que le soulagement de divers maux et guérir les maladies de la peau. Aux Seychelles, elle est couramment utilisée par les personnes âgées pour guérir les malaises chez les nourrissons.

Jusqu'à présent, l'IDC vendait l'huile de noix de coco en vrac à 10 Roupies seychelloises par litre (0,80 $).

Cette huile est utilisée pour faire des savons, des bougies et des produits artisanaux ou simplement mettre de l'huile dans des bouteilles de 750 ml pour la vente de 35 à 45 roupies par bouteille.

"Certaines entreprises de fabrication de savon achetaient l'huile de noix de coco en vrac tous les six mois, pour l’utiliser dans les produits de savon. Il n'y avait pas de nécessité de faire plus d'efforts pour produire plus d'huile de noix de coco, car le marché local ne suffisait pas à satisfaire la capacité de production ", a déclaré Renaud.

Dans le but de relancer la production et l'utilisation de l'huile de noix de coco sur place, IDC s’est maintenant lancée dans la mise en bouteilles de son huile de noix de coco au lieu de simplement la vendre en vrac.

La bouteille de 200 ml qui est déjà disponible chez IDC est vendue à 15 roupies seychelloises l’unité soit à environ 1,15$.

Il sera également en vente dans les magasins et des boutiques de souvenirs à travers le pays dans les prochains mois.

«Nous avons vendu et donné des échantillons gratuits de l'huile de noix de coco en bouteille au public au cours de l'exposition nationale de 2013, et les commentaires ont été positifs", a dit Renaud ajoutant qu'ils ciblent à la fois les touristes et les seychellois.

"Les touristes peuvent acheter ces petites bouteilles comme un souvenir à ramener à la maison tandis que les habitants peuvent les envoyer à l'étranger comme cadeaux ou les acheter pour un usage personnel car le produit en bouteille est plus attrayant". «Parfois, les gens ne veulent pas acheter de grandes quantités de l'huile pour un usage personnel (......). C'est idéal et bien emballé." 


 l'huile de noix de coco était extraite à l'aide d'une presse à huile artisanale alimentée par un bœuf. (Gerard Larose, STB) Photo License: CC-BY

Le processus de fabrication de l’huile

Dans le passé, l'huile de noix de coco était extraite à l'aide d'une presse à huile artisanale alimentée par un bœuf.
La noix de coco séchée était triée sur le volet et empilée par les travailleurs dans l'île. Les noix de coco étaient alors décortiquées et brisées pour enlever l'eau.

Elles sont ensuite placées dans un four et chauffées à une température constante pendant plusieurs jours. Une fois refroidit et laissé à sécher au soleil, un processus qui prend plus de trois jours - la noix de coco est maintenant connu sous le nom de coprah, elle est ensuite coupée manuellement en petits morceaux et envoyé dans à un broyeur électrique.

Finalement, l'huile qui est extraite, recueilli dans des récipients et laissé au repos pendant certains jours.

"Ce processus est important de séparer la matière brune de l'huile de noix de coco", a expliqué Renaud. "Le liquide clair est ensuite stocké dans des fûts pour être expédiés à notre entrepôt à Mahé où ils sont mis en bouteilles ou vendus en vrac".

Renaud a souligné que l'huile de noix de coco des Seychelles est considérée comme étant l'une des meilleurs au monde et d’après plusieurs «experts et agronomes du ministère des ressources naturelles». Cela a été «confirmé en outre par l'importateur actuellement au Kenya", a ajouté Renaud.

"La différence entre notre huile de noix de coco et celles des autres pays comme les Philippines et l'Indonésie, c'est que nous laissons la noix de coco dans les arbres arrivés à maturité. (.....) Une fois que cela se produit, la noix de coco tombe, et elle est ensuite empilée pendant un certain temps avant d’être utilisée ".

"Contrairement à nous, ces pays récoltent les noix de coco de l'arbre lui-même quand elles n’ont pas atteint la maturité."

Afin de maintenir la qualité de l'huile de noix de coco des Seychelles et de soutenir cette industrie, Renaud a expliqué qu'ils ont constamment planté de nouveaux cocotiers pour remplacer la plantation vieillissement en même temps d'explorer d'autres îles où les noix de coco peuvent être ramassées.

Les noix de coco sont ensuite placées dans un four et chauffées à une température constante pendant plusieurs jours(IDC) Photo License: CC-BY 

Expansion

Compte tenu de la demande croissante pour l'huile de noix de coco des Seychelles et l'augmentation du prix du produit sur le marché international qui se situe a environ 1400$ dollars la tonne, Renaud dit qu'ils ont comme plans à l'avenir d'étendre l'activité de production de l'huile de noix de coco et la diversification du produit aussi.
"Nous avons déjà investi en achetant deux nouvelles machines de raffinement de l'huile de noix de coco. Le système que nous utilisons à l'heure actuelle est démodé, il date des années 80. Nous avons déjà testé les nouveaux appareils dans notre atelier », a dit Renaud.

"Une fois en service, nous prévoyons de doubler notre capacité de production. Actuellement Coetivy produit 75 pour cent de notre production ".

À l'avenir IDC veut explorer d'autres projets tels que la production de l'huile de coco vierge (VCO), à travers le système de séparateur d'huile Alfa Laval. Cela va créer un produit plus clair et plus raffiné.


"Mais nous devons d'abord voir si c'est économiquement viable. Nous devons voir s'il y a un marché pour cela », a averti Renaud.

Selon la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, la production de l'huile de noix de coco sur le marché mondial a été à la hausse depuis la dernière décennie. Il estime avoir dépassé 6 millions de tonnes par an, avec les Philippines, l'Indonésie et l'Inde étant les trois principaux pays producteurs d'huile de noix de coco au monde. Les principaux marchés de destination de l'huile de noix de coco sont les États-Unis et l’Europe.

IDC a été crée en 1980, avec comme mission de gérer et développer les 14 îles, de l'archipel des Seychelles.

Autre que l'huile de noix de coco, la société produit également du poisson salé, du charbon de bois, de la noix de coco, etc….

Tas de coco (IDC) Photo License: CC-BY 

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: noix de coco, IDC, Coetivy, Farquhar

More from Actualités Nationales →

Related Articles

general →

Top news


Archives

» Advanced search