Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Cinq espèces menacées sont stables aux Seychelles, mais les conservationnistes veulent des études plus complètes

Victoria, Seychelles | | December 28, 2020, Monday @ 21:40 in En français » ENVIRONNEMENT | By: Sharon Enesta, Traduit par: Rudie Bastienne | Views: 1317
Cinq espèces menacées sont stables aux Seychelles, mais les conservationnistes veulent des études plus complètes

Mme. Henriette a déclaré que les preuves ont montré que la population de certaines espèces, notamment le « zwazo linet » (œil blanc des Seychelles), a diminué au fil des ans. . (Julie Gane) 

 

Photo license  Purchase photo

(Seychelles News Agency) - Le statut de cinq espèces endémiques classées en danger aux Seychelles est stable, mais les défenseurs de l'environnement veulent une étude plus complète pour mieux protéger ces espèces.

Chaque année, la Section de la conservation de la biodiversité du ministère de l'Environnement organise un recensement de la chouette scops des Seychelles (Syer), du martinet des cavernes des Seychelles (Irondel), de l'œil blanc des Seychelles (zwazo linet), du crécerelle des Seychelles (katiti) et de la chauve-souris à queue des Seychelles (sousouri bannann).

Le prochain recensement devrait avoir lieu l'année prochaine, coïncidant avec la saison de reproduction de l'espèce. Le rapport mis à jour est soumis au ministère au début de décembre.

« Le recensement fait partie des efforts de la section pour protéger la biodiversité des Seychelles et pour obtenir des informations à jour sur la population et la répartition de ces espèces. Les données recueillies guident les actions et les activités du ministère qui réduiront les menaces et augmenteront la population de l’espèce », a expliqué Ashley Pothin - agent de conservation.

M. Pothin a ajouté que le recensement annuel est mené par des consultants experts dans le domaine de la conservation ayant des connaissances en matière de suivi et de gestion des espèces. Le recensement coïncide généralement avec la saison de reproduction de ces espèces.

« Les mises à jour annuelles permettent des mesures de conservation et de préservation rapides si nécessaire. Le recensement annuel nous offre également la possibilité d'établir une tendance dans la population des espèces qui confirmera finalement si les programmes de conservation en place fonctionnent », a déclaré l'agent de conservation.

Le petit-duc des Seychelles est répertorié comme en voie de disparition.(Jeff Watson) Photo License: All Rights Reserved

Cependant, M. Pothin estime qu'une étude approfondie est nécessaire pour assurer plus de protection et de conservation. M. Pothin a expliqué que bien que le rapport couvre la répartition des espèces, l'état de la population et des recommandations sur la façon de mieux gérer la population de l'espèce, une étude fournirait des informations approfondies sur les espèces.

La biologiste de la conservation Elvina Henriette a déclaré à la SNA qu'un recensement est une bonne chose, mais pour elle, la manière dont les données collectées sont utilisées est plus importante.

« Par exemple, comment les données se traduisent-elles en informations concrètes en termes de biologie des espèces, leurs habitudes ainsi que les modes de reproduction et d'alimentation. Cela devrait ensuite se traduire par des actions concrètes ou des plans de travail pour une protection supplémentaire », a déclaré Mme. Henriette.

Parmi la liste figure le Swiflet des Seychelles classé comme vulnérable par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Les cinq espèces sont menacées par la perte d'habitat et de zones d'alimentation, des prédateurs tels que les rats ainsi que des perturbations humaines.

« Dans l'ensemble, la Section de la conservation de la biodiversité est assez satisfaite des informations annuelles recueillies sur les différentes espèces et il reste encore beaucoup à faire pour préserver nos espèces menacées et leurs habitats », a déclaré M. Pothin.

M. Pothin a ajouté que le pays se développe très rapidement, «la demande d'infrastructures augmente. Nous devons maintenir cet équilibre et viser toujours le développement durable. Le ministère sera toujours ferme sur la protection des espèces en voie de disparition ainsi que des zones considérées comme des territoires pour ces espèces.

D'autre part, Mme. Henriette prévient que le ministère devrait être plus proactif car elle a déclaré que les preuves ont montré que la population de certaines espèces, notamment le « zwazo linet », a diminué au fil des ans. « Nous avions autrefois une population saine sur l'île de la Conception, mais la plupart des oiseaux ont été tués par des rats introduits sur l'île peut-être par des braconniers. Heureusement, avant que la population ne soit détruite, certains des oiseaux ont été transférés sur deux autres îles », explique Mme. Henriette.

L'île du Nord et Fregate sont deux des 115 îles des Seychelles dans l'océan Indien occidental - où les oiseaux ont été transférés en 2007. Il y a deux ans, certains des oiseaux ont également été amenés sur l'île de Grande Soeur.

 

Environnement » Be a reporter: Write and send your article
Tags: espèces endémiques, UICN

More from Environnement →

Related Articles

Business →

Top news


Archives

» Advanced search