Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Des habitants font part de leurs préoccupations pour la protection de l’environnement, face à un projet hôtelier aux Seychelles.

Victoria, Seychelles | | February 13, 2021, Saturday @ 19:38 in En français » ENVIRONNEMENT | By: Salifa Karapetyan édité par Betymie Bonnelame et traduit par Rassin Vannier | Views: 918
Des habitants font part de leurs préoccupations pour la protection de l’environnement, face à un projet hôtelier aux Seychelles.

 Une cinquantaine de personnes se sont rendus sur la route de l'Anse à la Mouche,  pour protester pacifiquement contre la construction d'un hôtel de 120 chambres dans la région.(Salifa Karapetyan, Seychelles News Agency)

 

 

(Seychelles News Agency) - Une cinquantaine de personnes se sont rendus sur la route de l'Anse à la Mouche, dans le sud-ouest de l'île principale de Mahé, pour protester pacifiquement contre la construction d'un hôtel de 120 chambres dans la région.

Le lieu où sera construit l’immense complexe hôtelier se trouve sur une des dernières zones humides encore vierges des Seychelles.

Les manifestants ont exprimé leurs inquiétudes quant au fait que le développement affecterait la protection de la mare, l'accès à la plage, le détournement de la route et les moyens de subsistance des habitants.

Le développement de l'Anse à la Mouche est un projet à usage mixte qui comprendra une zone pour le tourisme, le commerce de détail, des résidences et des divertissements. Il appartient à la société de développement de l'Anse à la Mouche (ALDMC) et sera développé par la société royale de développement.
De nombreux manifestants présents portaient des banderoles demandant "Sauvons nos zones humides" et "Non à la déviation des routes" et "La planète contre le profit", entre autres.

 Les manifestants ont exprimé leurs inquiétudes quant au fait que le développement affecterait la protection de la mare, (Rassin Vaanier Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY

Une manifestante, une habitante de l'Anse à la Mouche et membre de Sustainability for Seychelles (S4S), Marie-Thérèse Purvis, a déclaré que depuis que le projet a été proposé, plusieurs réunions ont eu lieu avec les parties concernées, y compris les ONG et les habitants, où "nous avons exprimé nos préoccupations".

"Cela est toujours resté à l'ordre du jour du CEPS (Citizen Engagement Platform Seychelles) et ils nous soutiennent car ils voient aussi que le développement va diviser la communauté en deux, et détruire la zone humide malgré le fait que les Seychelles soient signataires de la Convention de Ramsar depuis 2005. Il reste environ 10 % des zones humides sur Mahé", a déclaré Purvis.

Elle a expliqué qu'"à la suite de la réunion, un rapport de cadrage a été envoyé au ministère de l'environnement dans le cadre du processus d'EIE (évaluation des impacts environnementaux) pour exprimer nos préoccupations et proposer une alternative".

"Le ministère ne nous a jamais répondu, même si nous avons appelé à différentes occasions. Ce n'est qu'au début de 2020 que Mme Nanette Laure nous a répondu en disant que leur seule réserve était que la nouvelle route détruirait une trop grande partie de la zone humide et qu'elle avait demandé que la zone soit à nouveau étudiée et qu'elle soit plus élevée en amont", a déclaré M. Purvis.

Au début de ce mois, Purvis a présenté une pétition au président des Seychelles, Wavel Ramkalawan, disant qu'"il y a toujours la possibilité de négocier".

"Nous voulons que nos préoccupations soient prises en considération, que le processus d'EIE et les autres procédures soient correctement suivis", a-t-elle poursuivi.

Anael Bodwell, membre de SYAH (SIDS Youth AIMS Hub) Seychelles, a déclaré que même si elle est une habitante du district nord de l'Anse Etoile, elle est venue pour montrer sa solidarité aux habitants de l'Anse à la Mouche.

 Les travaux pour la construction de la nouvelle routes ont commencé  (SBC YouTube) Photo License: CC-BY

"En tant que SYAH Seychelles, nous plaidons pour le développement durable et nous sommes ici pour apporter notre soutien. Nous aimerions que le gouvernement prenne position et écoute les jeunes qui s'expriment aujourd'hui. Nous aimerions que notre génération future profite de cette zone humide", a déclaré M. Bodwell.
Se référant à la construction d'une déviation de la route qui a déjà commencé sur le site, M. Bodwell a ajouté : "D'après ce que nous avons appris, la construction devait commencer en mars et nous nous demandons pourquoi ils se précipitent avec cela".

Elle a ajouté qu'"il est dommage que les autorités concernées n'aient pas pris en compte ce qui a été exprimé par les habitants".

"Il y a des arguments pour dire que ce projet apportera des avantages économiques aux Seychelles, mais en même temps, nous pouvons réaliser un développement économique sans nuire à l'environnement. Ils auraient pu réduire le projet, et il y a d'autres endroits où ils auraient pu construire cet hôtel", a poursuivi M. Bodwell.
Le membre de la SYAH a ajouté : " Il est temps de freiner la construction d'hôtels maintenant et de penser à l'environnement et à notre avenir".

Le député du district de l'Anse Boileau, Philip Arrisol, était également présent. Il a déclaré qu'il ne pouvait pas prendre parti dans cette affaire, car il a été élu par le peuple de l'Anse Boileau et doit représenter tout le monde équitablement.

"Je pense que le point de vue des deux parties - ceux qui sont pour et ceux qui sont contre le développement - doit être pris en compte et s'il est nécessaire de revenir sur la table pour discuter de certaines questions, cela peut être fait de sorte que lorsque le projet se poursuit, les deux parties puissent obtenir ce qu'elles veulent", a déclaré Arrisol.

Lorsqu'on lui a demandé si c'est un sujet qu'il allait soumettre à l'Assemblée nationale, Arrisol a répondu : "Je vais faire valoir le point de vue des personnes qui vont m'approcher. Je le présenterai à l'assemblée sous forme de motion ou de question selon ce qu'on me conseillera de faire".

Alors que le tourisme est le premier contributeur à l'économie de la nation insulaire dans l'ouest de l'océan Indien, il existe déjà plusieurs grands établissements touristiques sur la côte ouest de Mahé, notamment Anantara Maia Seychelles Villas, Kempinski Seychelles Resort, Four Seasons Resort Seychelles et Constance Ephelia.

 

Environnement » Be a reporter: Write and send your article
Tags: zone humide, Anse La Mouche, Sustainability for Seychelles

More from Environnement →

Related Articles

general →

Top news


Archives

» Advanced search