Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Les Seychelles demandent plus de soutien pour amener les pêcheurs à cesser d'utiliser les filets dérivants interdits

Victoria, Seychelles | | February 24, 2021, Wednesday @ 21:05 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Salifa Karapetyan édité par Betymie Bonnelame et traduit par Rudie Bastienne | Views: 823
Les Seychelles demandent plus de soutien pour amener les pêcheurs à cesser d'utiliser les filets dérivants interdits

Les grands filets dérivants pélagiques sont ceux de plus de 2,5 kilomètres de long et de plusieurs mètres de profondeur qui dérivent dans l'océan. (Alec Haley/Flickr) Photo License: CC BY-NC-ND 2.0

 

Photo license  

(Seychelles News Agency) - Les Seychelles demandent à la Commission des thons de l'océan Indien (CTOI) de s’impliquer pour que tous ses membres régionaux s'engagent en faveur d'une pêche durable et à cesser d'utiliser des engins interdits, une position que soutient un organisme européen représentant les pêcheurs.

La déclaration faite mercredi par le ministre pour la pêche des Seychelles, Jean-François Ferrari, lors d'une conférence de presse, fait suite à un communiqué de presse d'Europêche, l'organe représentatif des pêcheurs de l'Union européenne la semaine dernière.

Une résolution a été adoptée en 1991 par l'Assemblée générale des Nations Unies demandant à tous les membres de la communauté internationale de mettre en œuvre un moratoire mondial sur toute pêche à grande échelle au filet dérivant pélagique dans les océans et les mers du monde.

Le secrétaire exécutif du secrétariat de la CTOI basé aux Seychelles, Christopher O'Brien, a déclaré à la SNA qu '"en 2012, la CTOI par la résolution 12/12, a interdit l'utilisation de filets dérivants à grande échelle en haute mer dans la zone de compétence de la CTOI. "

Europêche a déclaré que malgré les interdictions, la pêche aux filets dérivants est toujours utilisée, "en particulier dans l'océan Indien, responsable aujourd'hui d'environ 20 pour cent des captures totales d'albacore et des niveaux élevés de capture accessoire d'espèces menacées et protégées telles que les requins, les mammifères et tortues. "

La pêche au filet dérivant est une technique de pêche où les filets pendent verticalement dans la colonne d'eau sans être ancrés au fond.

Les grands filets dérivants pélagiques sont ceux de plus de 2,5 kilomètres de long et de plusieurs mètres de profondeur qui dérivent dans l'océan pour attraper toute créature vivante qui passe.

Selon le communiqué, le secteur européen de la pêche est fermement convaincu qu'il est grand temps que la CTOI et les autres RFMO thonières rendent les pêcheries aux filets dérivants responsables de leurs actions, plutôt que de les récompenser après 30 ans de feux rouges pour intrusion.

"L'UE devrait également envisager de prendre des mesures de marché contre les pays de la CTOI qui ne se conforment pas aux règles internationales, sinon, il pourrait être trop tard pour le stock d'albacore de se reconstituer et pour la protection des espèces sensibles, malgré les efforts et les réductions imposés sur la flotte de pêche au thon européenne », a déclaré Europêche.

Le ministre seychellois de la pêche a déclaré que, bien qu'Europêche demande que des mesures soient prises contre les pays qui ne respectent pas l'interdiction, la grande question est de savoir qui prendra ces mesures.

"Dans l'océan Indien, ces filets sont principalement utilisés dans le nord. Un pays que je peux citer comme vrai coupable est l'Iran. Les Seychelles ne peuvent pas faire pression sur l'Iran, car nous ne faisons pas de commerce avec eux et n'avons donc pas de négociations à faire. Nous sommes d'accord avec Europêche lorsqu'elle demande à l'UE, qui est beaucoup plus grande et fait du commerce avec l'Iran, de faire pression sur ce dernier pour qu'il cesse d'utiliser les filets dérivants qui ont été interdits », a déclaré M. Ferrari.

"Nous attendons de l'UE, membre de la CTOI en tant que pays de pêche lointaine et qui a beaucoup plus de force que nous, de se mobiliser et de garantir que ces engins qui ont été interdits cessent d'être utilisés et que nous ayons une pêche propre et durable pour de nombreuses années encore », a-t-il ajouté.

Le secrétaire exécutif de la CTOI a déclaré que la prochaine réunion de la CTOI - une session spéciale qui se tiendra en mars - se concentrera sur l'état des stocks d'albacore et du thon listao.

Il a ajouté que cette année, les membres de la CTOI par le biais de la Résolution 17/07 ont encore renforcé l'action visant à interdire l'utilisation de filets dérivants à grande échelle dans toute la zone de compétence de la CTOI qui comprend les zones économiques exclusives. Cela devrait être mis en œuvre d'ici janvier 2022.

Le président d'Europêche, Javier Garat, a déclaré que "l'UE et les Maldives ont formellement présenté des propositions à la réunion".

Europêche a exprimé que cette réunion pourrait représenter une bonne occasion pour la commission d'utiliser le bâton plutôt que la carotte.

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: CTOI, thon, Europêche

More from Actualités Nationales →

Related Articles

general →

Top news


Archives

» Advanced search