Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Patrick Victor l’impulsion des Seychelles dans la création de l’Hymne de la COI

Seychelles | October 4, 2014, Saturday @ 13:38 in En français » ARTS & CULTURE | By: Rassin Vannier | Views: 2603
Patrick Victor l’impulsion des Seychelles dans la création de l’Hymne de la COI

Patrick Victor (Hubert Nugent)

Photo license  

(Seychelles News Agency) - L’auteur et le compositeur Patrick Victor est l’un des artistes seychellois qui a traversé les époques avec ses chansons, sans qu’elles prennent de rides.

Avec son expérience hors des frontières des Seychelles, il a été choisi pour être l’impulsion des Seychelles dans la création de l’hymne de la Commission de l’Océan Indien, COI.

Après 35 ans de carrière, Victor s’était lancé dans une nouvelle aventure.

« Le ministre des Affaires étrangères Jean Paul Adam m’a demandé si cela m’intéressait de participer dans le projet, que la COI était en train de mettre en place, et vu que j’avais déjà écrit une chanson qui s’intitule « Koste Peple Losean Endyen » alors, cela me convenait bien » a dit Patrick Victoria lors d’une interview avec la SNA.

Pour réaliser ce projet, la COI a réuni les artistes de renom de chaque pays membre (Salim Ali Amir des Comores, Eusebia Fatoma de Madagascar, Linzy Bacbotte de Maurice, David Sicard de la Réunion, et Partick Victor des Seychelles), pour mettre sur pied l’hymne de l’Océan Indien qui unit tous les peuples de cette région à travers une chanson.

Le groupe de chanteurs ayant contribué à l’hymne de l’Ocean Indien (photo Hubert Nugent)

La production et l’enregistrement se sont déroulés à l’Île de la Réunion un département français d’outre-mer dans la ville du Port.

« J’avais en tête une maquette, sur comment les choses devraient se dérouler et que sera  le produit final, je pensais que cet hymne devrait  souligner notre passé en commun et les craintes pour notre avenir » a dit Victor.

Les Seychelles ayant moins de connexions aériennes  avec les autres pays de la région, Victor nous a expliqué qu’il est arrivé le dernier à la Réunion et les autres artistes avaient déjà commencé le travail.

« Le premier jour fut difficile, car on devait harmoniser nos idées et c’était tendu, car on n’avait pas trop envie de faire de concessions pour la culture de notre pays. Mais à la fin de la journée, on s’est mis d’accord sur ce qui devait ressortir de cette chanson, comme l’unité, l’éducation le développement …  et chacun devait revenir le lendemain avec un texte exprimant nos idées » a dit Victor.  

Il a fallu 4 jours aux 5 chanteurs pour créer le texte de l’hymne de la COI, et ce fut autour de la création musicale.

« On voulait, tous incorporer nos instruments musicaux et, là aussi, on a dû faire des concessions. Pendant tout ce processus, on a eu des échanges avec les musiciens qui jouaient différents instruments et la musique a évolué aussi différemment, a-t-il ajouté.

L’avenir de l’hymne de la COI « Ensemble ».

L’hymne de la COI qui s’intitule « Ensemble » a été présenté aux 5 chefs d’états lors du sommet des chefs d’État la COI au mois d’août à Moroni la capitale des Comores.

« À plusieurs occasions, quand les chefs d'État de l’Océan Indien se rencontraient, au moment où il y avait la levée du drapeau, cela se faisait en silence, car il n’y avait rien qui nous unissait, il y a eu plusieurs discussions pour créer un hymne, et de même utiliser ma chanson « Koste Pep Losean Endyem »  mais ce n’était pas un hymne » a dit Victor.

« Vous savez la première fois que l'on a présenté cet hymne en présence des 5 chefs d'État, c’était un moment fort, car on n’était plus dans les studios, c’était du réel. Le président Michel avait demandé dans son discours, que dans chaque village dans les cantons, les enfants posent des questions pourquoi notre destin est lié » at-il dit.

Les 5 artistes avaient comme instruction de ne pas mettre en avant aucune revendication, la lutte, ou les problèmes de la colonisation, à la fin ils se sont mis d’accord pour que la chanson soit en français.

Le souhait de Patrick Victoria, c’est que l’on ne mette pas cette chanson de côté, il souhaite qu’elle soit jouée régulièrement pour que l’on se souvienne de notre identité.

Arts & Culture » Be a reporter: Write and send your article
Tags: Patrick Victor, COI

More from Arts & Culture →

Related Articles

Business →

Top news


Archives

» Advanced search