Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Le projet d'un nouveau barrage aux Seychelles suscite des inquiétudes quant à l'impact sur un arbre rare et unique

Victoria, Seychelles | | September 9, 2021, Thursday @ 20:02 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Sharon Enesta, Traduit par: Rudie Bastienne | Views: 4292
Le projet d'un nouveau barrage aux Seychelles suscite des inquiétudes quant à l'impact sur un arbre rare et unique

La construction du barrage dans le district ouest de Grand Anse Mahé pourrait entraîner l'extinction des arbres méduses en danger critique d'extinction.  (Public Utilities Corporation)

 

(Seychelles News Agency) - La construction d'un nouveau barrage aux Seychelles est une fois de plus considérée comme une menace pour l'un des arbres les plus rares au monde.

Les écologistes affirment que l'impact de la construction du barrage dans le district ouest de Grand Anse Mahé pourrait entraîner l'extinction des arbres méduses, connues localement sous le nom de bwa mediz, en danger critique d'extinction.

La préoccupation vient maintenant que l'évaluation de l'impact environnemental du projet est terminée et attend une décision finale sur la mise en œuvre du projet.

"Ma grande inquiétude est que ces anciennes endémiques ne puissent pas s'en sortir. Pouvez-vous imaginer qu’à l’endroit où se trouve la seule population viable de cette espèce rare et unique, ils vont faire exploser les rochers pour construire un barrage", a déclaré l'écologiste locale Lindsay Chong Seng à la chaine de télévision Seychelles Broadcasting Corporation récemment.

La construction du barrage est prévue dans une zone où le bwa mediz pousse à l'état naturel. La plante ne se trouve que dans trois autres endroits de Mahé - l'île principale des Seychelles - 115 îles de l'océan Indien occidental.

Les quatre zones dans lesquelles on peut trouver l'arbre incluent Bernica, où le nouveau barrage devrait être construit, et dans la zone montagneuse du Mont Sebert, du Mont Copolia et du Mont Jasmin.

L'arbre est connu sous le nom d'arbre méduses car les fleurs ressemblent aux tentacules d'une méduse ou aux serpents qui forment les cheveux de l'ancienne déesse grecque Médusa, ce qui explique son nom scientifique Medusagyne oppositifolia.
« Le Bwa mediz est emblématique des Seychelles car il était autrefois considéré comme l'une des plantes les plus rares au monde », avait déclaré M. Chong Seng à la SNA dans une précédente interview.

L'arbre est connu sous le nom d'arbre méduses car les fleurs ressemblent aux tentacules d'une méduse.  (Christopher Kaiser-Bunbury) Photo license: CC-BY   

Pendant des décennies, on a cru que l'espèce était éteinte. Aucun spécimen n'a été vu aux Seychelles entre 1903 et 1970 quand il a été redécouvert. Il reste sur la liste des espèces en danger critique d'extinction de l'Union internationale pour la conservation de la nature.

En 2016, on estimait que la population de l'arbre méduses ne comptait qu'une centaine d'individus matures.

"Les Seychelles disposent d'un financement énorme basé sur des programmes de biodiversité, si nous nous retournons maintenant et tuons l'une de nos espèces phares, cela ternira notre réputation", a expliqué M. Chong Seng, membre du Plant Action Conservation Group.

M. Chong Seng a ajouté que les autorités doivent tenir compte du fait que la nation insulaire se vante d'être un champion et un défenseur de l'environnement et doit être à la hauteur de sa réputation.

Cependant, la décision finale pour le feu vert de ce projet revient au ministère de l'Environnement des Seychelles. C'est une décision qui ne sera pas prise à la légère, selon le directeur général des déchets, de l'application et des permis du ministère.

"Pour nous, c'est une grande décision à prendre, une décision très importante. L’arbre méduse est une espèce en voie de disparition et nous sommes très inquiets donc nous n'avons pas encore pris de décision", a déclaré Nanette Laure.

Avec les arbres, d'autres espèces endémiques et rares de la flore et de la faune telles que le caméléon tigre et le hibou des champs sont également menacées par ce développement.

« Nous évaluerons la quantité de biodiversité dans la région et proposerons un protocole de conservation approprié », a expliqué Ashley Dias, qui a ajouté que « tous les efforts seront déployés par le gouvernement pour garantir que les plantes et les animaux en voie de disparition ne soient pas affectés ».
Le directeur pour la conservation de la biodiversité avait déclaré à la SNA dans une interview précédente que l'impact sur l'environnement et la biodiversité de la région est quelque chose qui recevra beaucoup d'attention.

Dans une déclaration à la presse cette semaine, la Public Utilities Corporation (PUC) a déclaré que « la conception du barrage de Grand Anse n'a pas encore été finalisée. Les questions environnementales sont prises en charge par le service compétent et c'est à lui de décider de la conduite à tenir."

La construction d'un troisième barrage a été annoncée par la société de services publics de la nation insulaire en novembre 2017. On estime que le barrage sera en forme d'arche, en béton et d'une hauteur d'environ 40 mètres avec une capacité d'un million de mètres cubes.

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: barrage, Bwa mediz

More from Actualités Nationales →

Related Articles

general →

Top news


Archives

» Advanced search