Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Combien de carbone bleu ont les Seychelles? Des experts locaux travaillent sur le suivi et la sensibilisation

Victoria, Seychelles | | April 11, 2022, Monday @ 20:21 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Salifa Karapetyan édité par Betymie Bonnelame et traduit par Rudie Bastienne | Views: 628
Combien de carbone bleu ont les Seychelles? Des experts locaux travaillent sur le suivi et la sensibilisation

Le carbone stocké dans les écosystèmes côtiers et marins - habitats de mangroves, herbiers marins et marais salants - est connu sous le nom de carbone bleu.  (Mathew Morgan) 

 

Photo license  

(Seychelles News Agency) - Comprendre combien de carbone bleu il y a aux Seychelles aidera à placer la nation insulaire sur la carte mondiale et facilitera l'accès au financement, a déclaré lundi un expert local lors d'un atelier citoyen.

L'atelier fait partie d'un projet - la Feuille de route vers les opportunités de carbone bleu aux Seychelles - mené par la Fondation James Michel (JMF) en partenariat avec l'Université Deakin en Australie et le ministère du changement climatique des Seychelles.

Le projet est financé par une subvention du Seychelles Conservation and Climate Adaptation Trust (SeyCCAT).

Ameer Ebrahim, coordinateur du projet et principal expert local, a déclaré à la presse qu'"une fois que nous aurons compris combien de carbone bleu il y a aux Seychelles, cela pourra être évoqué au niveau international, comme lors des négociations de l'Accord de Paris et des négociations sur l'atténuation du changement climatique pour montrer au monde : quel est la quantité de dioxyde de carbone stocké par les Seychelles. »

M. Ebrahim a déclaré que "si nous recherchons des financements internationaux pour aider à préserver ces environnements et aider à placer les Seychelles sur une carte mondiale, ce type de données et de projets contribuera à ce processus".

Alors que le projet entre dans sa phase finale, l'équipe a organisé lundi un atelier de science citoyenne, pour donner une introduction aux écosystèmes de carbone bleu et démontrer les techniques de surveillance axées sur les forêts de mangroves.

"Une série de conférences a été donnée par l'équipe du carbone bleu en Australie, et plus tard dans l'après-midi, les participants se sont dirigés vers la forêt de mangrove de Port Launay où on leur a montré comment les données sur le carbone bleu sont collectées et comment cela pourrait influencer la contribution nationale nette déterminée du pays », a déclaré M. Ebrahim.

Le carbone stocké dans les écosystèmes côtiers et marins - habitats de mangroves, herbiers marins et marais salants - est connu sous le nom de carbone bleu. Ceux stockés par les forêts tropicales sont appelés carbone vert. Aux Seychelles, un archipel de l'ouest de l'océan Indien, le carbone bleu est pertinent pour les herbiers marins et les habitats de mangroves.

« Ceci est tellement important parce que la science montre maintenant que les herbiers marins et les habitats de mangroves absorbent 40 à 50 fois plus de carbone que les forêts tropicales humides", a déclaré M. Ebrahim.

La zone humide de Port Launay est un habitat naturel pour les sept espèces de mangroves qui poussent aux Seychelles. Le fait d'avoir été déclaré site Ramsar en 2004 signifie que la zone humide est protégée et revêt une importance internationale. Ramsar est une convention internationale qui préserve les zones humides.

Dans sa remarque virtuelle lors de l'atelier, l'ancien président des Seychelles et fondateur de JMF, James Michel, a déclaré que consacrer 30 % de l'espace marin à des aires protégées témoigne de l'importance que les Seychelles accordent à la protection de la biodiversité.

"Les Seychelles se sont en outre engagées à protéger au moins 50 % de leurs écosystèmes d'herbiers marins et de mangroves d'ici 2025 et 100 % d'ici 2030. Il s'agit d'un progrès remarquable dans la lutte contre le changement climatique et cela souligne l'importance de ces écosystèmes en tant que solutions fondées sur la nature", dit M. Michel.

Lancé en mai 2019, le projet a commencé par une revue de la littérature, qui a examiné tout type de recherche sur le carbone bleu en cours aux Seychelles.

"Étonnamment, nous avons trouvé très peu d'articles de recherche disponibles, nous avons donc dû le déplacer vers la région générale de l'océan Indien occidental. Cela a été publié en mai 2021", a déclaré M. Ebrahim.

La deuxième composante du projet impliquait un processus d'entretien avec les parties prenantes, capturant la compréhension du public de ce qu'est réellement le carbone bleu.
Troisièmement, à travers l'atelier de terrain qui s'est tenu lundi, les différentes techniques utilisées pour collecter le carbone bleu ont été examinées. La dernière composante est l'élaboration d'une de feuille de route qui sera soumis au gouvernement des Seychelles à la fin du projet.

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: carbon bleu, SeyCCAT

More from Actualités Nationales →

Related Articles

general →

Top news


Archives

» Advanced search