Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Les Seychelles accueillent une réunion CITES pour examiner les mesures de survie des requins et des raies

Victoria, Seychelles | | October 28, 2022, Friday @ 20:57 in En français » ENVIRONNEMENT | By: Sedrick Nicette, Betymie Bonnelame Traduit par: Rassin Vannier | Views: 742
Les Seychelles accueillent une réunion CITES pour examiner les mesures de survie des requins et des raies

Les participants discuteront également des différentes approches pour mettre en œuvre la liste existante des requins et des raies, qui est en préparation pour la 19ème Conférence des Parties, (Fondation Save our Seas). 

(Seychelles News Agency) - Des responsables de la pêche, de la biosécurité, de la conservation et des douanes des États de l'Océan Indien occidental se réunissent aux Seychelles pendant deux jours pour examiner les espèces proposées pour l'annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faunes et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).

L'atelier de deux jours, au cours duquel les participants discuteront également des différentes approches pour mettre en œuvre l'inscription actuelle des requins et des raies, est en préparation de la 19e Conférence des Parties (CoP19) qui se tiendra du 14 au 25 novembre à Panama.

Dans son discours d'ouverture, le ministre de l'environnement, Flavien Joubert, a déclaré que "les requins et les raies font partie des espèces les plus menacées de notre planète et, ces dernières années, un élan croissant a été donné pour faire progresser leur conservation. En tant que prédateurs apex, ils ont un rôle important à jouer dans le fonctionnement des écosystèmes et sont essentiels à l'équilibre de la chaîne alimentaire. La disparition des requins et des raies dans nos océans peut avoir des conséquences imprévisibles, notamment l'effondrement possible d'importantes pêcheries."

Lors de la réunion, les participants auront également l'occasion de présenter des exemples de réussite et d'exprimer leurs besoins et préoccupations concernant les espèces CITES existantes et proposées. Ils discuteront également de l'utilité des stratégies internationales, régionales et nationales de gestion des requins, en mettant l'accent sur les aspects techniques de la mise en œuvre.

En dehors des théories, il y aura également une combinaison de démonstrations pratiques et de présentations d'experts pour améliorer la réglementation des douanes et du commerce. L'accent sera mis sur l'identification des ailerons de requins pour les espèces actuelles et proposées de l'annexe II de la CITES et sur les nouveaux outils pour améliorer le suivi des espèces marines et terrestres protégées commercialisées.

Les Seychelles ont adhéré à la CITES en 1977, un accord mondial entre les gouvernements visant à réglementer ou à interdire le commerce international des espèces menacées. Depuis lors, elles se sont jointes aux efforts des autres parties pour veiller à ce que le commerce des espèces inscrites soit biologiquement durable et ne nuise pas à leur survie. Ce faisant, la nation insulaire continue d'être un leader dans la promotion de la conservation et de la gestion de la biodiversité au niveau mondial.

M. Joubert a déclaré que son ministère travaille en étroite collaboration avec le ministère de la pêche et d'autres partenaires pour s'assurer que les Seychelles remplissent les conditions requises pour mettre en œuvre l'inscription des requins et des raies aux annexes de la CITES.

"Un certain nombre de mesures de précaution, de projets et de programmes sont mis en œuvre afin de permettre une meilleure conservation et une gestion durable de ces espèces. En 2007, les Seychelles ont élaboré leur premier plan d'action national pour la conservation et la gestion des requins afin de répondre aux préoccupations liées à la pêche au requin aux Seychelles", a-t-il ajouté.

Le ministre a souligné que les Seychelles, en tant que petit État insulaire, "sont conscientes des difficultés de mise en œuvre de la CITES, notamment le manque de ressources financières et humaines, le manque de capacité au niveau national pour élaborer des avis de commerce non préjudiciable, les difficultés d'identification des espèces, etc. Néanmoins, nous restons engagés envers les objectifs de la Convention".

L'atelier, qui est le premier d'une série de trois, se terminera vendredi. Le prochain sera organisé pour les organisations non gouvernementales et d'autres partenaires locaux impliqués dans la conservation et la gestion des requins.

 

Environnement » Be a reporter: Write and send your article

More from Environnement →

general →

Top news


Archives

» Advanced search