Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Après les tensions, Biden et Macron tentent d'arrondir les angles sur le plan climat américain

USA | December 2, 2022, Friday @ 11:27 in En français » MONDE | By: AFP | Views: 546
Après les tensions, Biden et Macron tentent d'arrondir les angles sur le plan climat américain

Le président américain Joe Biden et le président français Emmanuel Macron tiennent une conférence de presse conjointe dans la salle Est de la Maison Blanche à Washington, DC, le 1er décembre 2022.  (Photo by Ludovic MARIN / AFP)

(AFP) - Après plusieurs semaines de tension entre les Etats-Unis et l'Europe autour des conséquences du grand plan climat de Joe Biden, ce dernier et son homologue français Emmanuel Macron ont cherché à apaiser les choses, affirmant vouloir "synchroniser" les approches des deux côtés de l'Atlantique.

"Nous nous sommes mis d'accord pour discuter de moyens pratiques afin de synchroniser nos approches pour renforcer la chaîne d'approvisionnement, la production et l'innovation des deux côtés de l'Atlantique", a déclaré le président américain lors d'une conférence de presse commune à la Maison Blanche.

Une position à laquelle a fait écho le président français, qui a assuré que les deux partenaires allaient "synchroniser (leurs) approches et (leurs) agendas pour investir dans les industries émergentes critiques telles que les semiconducteurs, l'hydrogène, les batteries".

Les tensions s'étaient accentuées entre l'Union européenne (UE) et les Etats-Unis après le vote à l'été par le Congrès américain du plan climat de Joe Biden, qui prévoit 420 milliards de dollars d'investissements dont une part importante sous forme de subventions et de réductions d'impôts, en particulier pour les véhicules électriques, les batteries et les projets d'énergies renouvelables qui favorisent le "made in USA".

Ce plan a fait bondir tant Bruxelles que les capitales européennes, qui voient ces diverses subventions comme des mesures "discriminatoires" et "contraires aux règles de l'Organisation mondiale du commerce".

Un ton "offensif" jugé "indispensable" par l'entourage du président français, les Américain n'ayant "absolument pas conscience" que ces investissements risquent d'affaiblir l'industrie européenne.

"Ils s'aperçoivent que ça peut toucher l'industrie européenne et ce n'est pas du tout leur objectif", estime-t-on de même source, voulant désormais croire à une "vraie prise de conscience au plus haut sommet de l'Etat américain".

Lors de la conférence de presse commune avec Emmanuel Macron jeudi, le président Biden s'est défendu de vouloir que les créations d'emplois espérées aux Etats-Unis par ces investissements se fassent "aux dépens de l'Europe".

"Les Etats-Unis n'ont pas à s'excuser pour la législation à laquelle vous faites référence", a-t-il cependant répondu à une question, évoquant plutôt des "défauts" dans le texte législatif, qu'il restera à corriger.

 

- Peu d'évolution à attendre -

 

"Le principe de ce texte est de faire en sorte que les Etats-Unis -- et j'espère que l'Europe pourra en faire autant -- n'aient plus à se reposer sur qui que ce soit en termes d'approvisionnement", a expliqué Joe Biden.

Pour le président américain, la pandémie a souligné la dépendance de l'économie américaine aux chaînes approvisionnement en provenance d'Asie, une dépendance que son plan vise également à réduire.

Pour Emmanuel Macron, l'Europe doit "aller plus vite et plus fort" pour avoir "la même ambition" industrielle que Washington. "On veut réussir ensemble, pas l'un contre l'autre", a-t-il insisté.

"Il faut une réponse européenne. Il faut que l'Europe se secoue les puces", appuie-t-on dans l'entourage présidentiel.

Américains et Européens tentent de rapprocher leurs positions sur le sujet, mais il y a peu de chance voir les Etats-Unis toucher à un texte très populaire dans certains Etats désormais considérés comme des Etats clés et qui se veut l'un des marqueurs du mandat du président démocrate, d'autant qu'il a été arraché de haute lutte.

En outre, le démocrate de 80 ans ne disposera plus, à partir de janvier, de sa majorité à la Chambre des représentants, résultat des élections de début novembre qui rend d'autant plus hasardeux toute tentative de modification de la loi, alors que les républicains ont dénoncé le coût du plan et rejettent les objectifs climatiques qui y sont associés.

A l'issue d'un échange lundi avec le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, l'ambassadrice américaine au Commerce Katherine Tai avait rappelé la volonté de "travailler ensemble afin de renforcer la compréhension mutuelle de la législation".

Mme Tai ainsi que le secrétaire d'Etat Antony Blinken et la ministre américaine du Commerce Gina Raimondo doivent rencontrer lundi, dans la banlieue de Washington, les vice-présidents de la Commission européenne Valdis Dombrovskis et Margrethe Vestager, dans le cadre du conseil ministériel du commerce et des technologies (TCC) entre les Etats-Unis et l'UE.

Le TCC a été lancé mi-juin 2021 afin, selon le site du ministère américain du Commerce, de mettre en place des politiques communes dans le domaine du commerce et des nouvelles technologies pour "améliorer la compétitivité de l'économie transatlantique".

aue-fff-cjc-els/vgr

© Agence France-Presse

Monde » Be a reporter: Write and send your article

More from Monde →

general →

Top news


Archives

» Advanced search