Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Opération Yellowfin : les Seychelles et Maurice interceptent un navire suspect sur le plateau des Mascareignes

Victoria, Seychelles | | December 5, 2022, Monday @ 20:32 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Salifa Karapetyan Edité par: Betymie Bonnelame Traduit par: Rudie Bastienne | Views: 1452
Opération Yellowfin : les Seychelles et Maurice interceptent un navire suspect sur le plateau des Mascareignes

L'interception s'est produite lors de la première opération bilatérale du centre dans la zone de gestion conjointe. .(Seychelles Nation)

 

Photo license  

(Seychelles News Agency) - Une enquête a été ouverte sur un navire d'intérêt après son interception dans la zone de gestion conjointe de la région du plateau des Mascareignes, cogérée par les Seychelles et Maurice.

Selon le directeur du Centre régional des opérations de coordination (RCOC), Sam Gonthier, l'interception s'est produite lors de la première opération bilatérale du centre dans la zone entreprise par les militaires des deux pays.

Surnommée l'opération Yellowfin, la mission a vu le déploiement de ressources des Seychelles et des garde-côtes et de l'armée de l'air mauriciens. L'opération, qui s'est déroulée du 14 au 21 novembre, a conduit un navire de pêche taïwanais à se rendre à Maurice pour une enquête plus approfondie par les autorités compétentes.

L'opération a été lancée et coordonnée par RCOC, un centre basé aux Seychelles. Il bénéficie du renseignement et des informations en temps réel du Centre régional de fusion d'informations maritimes (RMIFC) à Madagascar permettant aux moyens de surface et aériens de mener leurs missions avec détermination et précision, selon le centre.

Lors d'une conférence de presse vendredi, M. Gonthier a déclaré : "Les autorités mauriciennes mènent actuellement une enquête pour déterminer l'infraction commise par le navire en vue de s'assurer que la finition légale nécessaire est atteinte."

Le but de l'opération Yellowfin était d'établir une présence dans la zone de gestion conjointe ainsi que d'identifier les activités menées par les navires dans la zone. Il promeut la sécurité maritime régionale et l'interopérabilité entre les parties signataires des accords régionaux de 2018 facilités par la Commission de l'océan Indien dans le cadre du programme de sécurité maritime (MASE) financé par l'UE.

L'officier responsable du programme MASE, Rahj Mohabeer, a souligné que "lors de la surveillance que nous menons dans la zone depuis un an et demi, nous avons constaté qu'il y a des dizaines, voire des centaines de navires qui viennent à la zone."

Il a dit ne pas comprendre ce que les navires faisaient là-bas.

"Par exemple, nous avons vu des pétroliers quitter la région de Singapour et, selon leur itinéraire, ils sont censés se rendre aux États-Unis, mais nous les voyons se rendre dans cette région particulière et y rester pendant plusieurs semaines. Nous avons constaté qu'il existe au moins 16 différents types d'infractions aux règles de l'OMI parmi les navires que nous avons observés dans la région. Cette première opération est essentielle car elle enverra le message que nous observons », a déclaré M. Mohabeer.

Parlant de l'interception, le directeur du Centre national de partage et de coordination de l'information (NISSC), Gerard Wong Pool, a expliqué que lors des patrouilles aériennes de l'armée de l'air des Seychelles et de l'armée de l'air mauricienne, des navires d'intérêt ont été détectés et le navire de pêche taïwanais intercepté a été l'un d'eux.

"Le navire des garde-côtes des Seychelles, PS Etoile, a effectué la première interception où le navire d'intérêt a été arraisonné au cours de laquelle ses documents ont été vérifiés. Lors de l'inspection, il a été établi que le navire n'avait pas de pavillon. Toutes les informations recueillies ont été envoyées au NISCC, qui l'a partagé avec le RCOC. Le RCOC l'a partagé avec tous les centres régionaux participant à l'opération », a-t-il ajouté.

"L'île Maurice a mené certaines enquêtes de son côté. C'est alors que nous avons constaté des anomalies dans le mouvement du navire et nous avons demandé que le CGS Barracuda procède également à une interception", a déclaré M. Wong Pool.

Le navire a ensuite été dirigé de force vers le port mauricien avec 18 membres d'équipage de différentes nationalités à bord.

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: pêche illégale

More from Actualités Nationales →

Related Articles

general →

Top news


Archives

» Advanced search