Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Crimes contre l'humanité : la communauté chagossienne des Seychelles réagit au rapport de HRW

Victoria, Seychelles | | February 20, 2023, Monday @ 22:07 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Sedrick Nicette, Betymie Bonnelame Traduit par: Rudie Bastienne | Views: 1721
Crimes contre l'humanité : la communauté chagossienne des Seychelles réagit au rapport de HRW

Plus de 2 000 Chagossiens se battent pour rentrer chez eux depuis qu'ils ont été expulsés des îles entre 1967 et 1973

 

(Seychelles News Agency) - La communauté chagossienne doit être incluse dans toute négociation sur l'avenir de l'île, a déclaré le président du comité chagossien des Seychelles après des discussions avec Human Rights Watch (HRW).

Pierre Prosper a déclaré vendredi à la SNA que les Seychelles étaient représentées dans les discussions qui ont conduit au rapport.

"Lors des discussions avec HRW, nous avons évoqué la nécessité de donner aux Chagossiens la possibilité de participer aux négociations sur l'avenir des îles, plutôt qu'aux seuls gouvernements britannique et mauricien", a déclaré M. Prosper.

Le rapport de Human Rights Watch intervient alors que la plus haute juridiction des Nations Unies, la Cour internationale de Justice, a statué que l'occupation continue de l'archipel par la Grande-Bretagne était illégale. En conséquence, la Grande-Bretagne subit une pression internationale croissante pour maintenir ce qu'elle appelle le Territoire britannique de l'océan Indien (BIOT).

Selon le service d'information de la BBC, le rapport de Human Rights Watch a déclaré que "le Royaume-Uni commet des crimes contre l'humanité après avoir expulsé des personnes des îles Chagos, un territoire britannique dans l'océan Indien".

La BBC a déclaré que "Human Rights Watch a appelé la Grande-Bretagne à payer des réparations aux Chagossiens et à leur permettre de retourner dans les îles, d'où plus de 1 000 personnes ont été forcées de partir dans les années 1960 et 1970".

M. Prosper a déclaré que le rapport a déclaré que des réparations complètes doivent être versées non seulement aux Chagossiens déplacés mais également à leurs descendants et que les États-Unis doivent également payer les réparations.

"C'est parce que les habitants de l'île de l'océan Indien ont été chassés de chez eux après l'installation d'une base militaire louée aux États-Unis sur la plus grande île de l'archipel, Diego Garcia", a-t-il ajouté.

M. Prosper a déclaré que les Chagossiens demandent un accès prioritaire aux îles s'ils choisissent d'y retourner, ainsi qu'une autonomie pour les Chagos similaire à celle de Rodrigues, une autre île qui fait partie de Maurice.

Dans le rapport de 106 pages de HRW, le Royaume-Uni a également été accusé de trois crimes contre l'humanité - l'expulsion forcée en cours de citoyens chagossiens, l'empêchement de retourner chez eux et la persécution en raison de leur race et de leur appartenance ethnique.

Selon le Statut de Rome de 1998, qui a créé la Cour pénale internationale, les actes commis dans le cadre d'une agression généralisée ou systématique visant toute population civile sont considérés comme des crimes contre l'humanité.

Le rapport indiquait également que des excuses complètes et inconditionnelles du roi Charles pour les crimes commis par le Royaume-Uni contre les Chagossiens avaient également été conseillées par Human Rights Watch.

The Last Colony, un livre écrit par l'historien et avocat Philippe Sands, affirme que les Britanniques ont fermé les plantations de l'île et coupé l'approvisionnement alimentaire, disant aux familles qu'elles devaient partir par bateau avant le 27 avril 1973, sinon elles finiraient par mourir de faim.

Sans compensation, la majorité des personnes vivant dans les îles Chagos ont été transférées à Maurice. Certains d'entre eux ont déménagé en Grande-Bretagne, où beaucoup résident maintenant à Crawley, dans le West Sussex et aux Seychelles.

Plus de 2 000 Chagossiens se battent pour rentrer chez eux depuis qu'ils ont été expulsés des îles entre 1967 et 1973 pour permettre aux États-Unis de construire une base militaire à Diego Garcia.

Plus de 200 ont été déportés vers Mahé, l'île principale des Seychelles lorsque le pays était encore une colonie britannique. Les autres ont été déportés à Maurice, également colonie britannique à l'époque.

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: Chagos, droits de l’homme

More from Actualités Nationales →

Related Articles

Business →

Top news


Archives

» Advanced search