Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Les Seychelles ont ratifié l'accord de l'UE visant à poursuivre et à incarcérer les personnes arrêtées pour trafic de drogue et d'armes

Victoria, Mahé, Seychelles | October 26, 2023, Thursday @ 23:45 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Betymie Bonnelame Traduit par: Rudie Bastienne | Views: 1981
Les Seychelles ont ratifié l'accord de l'UE visant à poursuivre et à incarcérer les personnes arrêtées pour trafic de drogue et d'armes

Des trafiquants d'héroïne arrêtés dans les eaux des Seychelles en octobre 2022. (Seychelles Defence Forces)  

 

(Seychelles News Agency) - L'Assemblée nationale des Seychelles a ratifié un accord avec l'Union européenne qui permettra aux personnes arrêtées pour trafic de drogue et d'armes au large des côtes somaliennes par un État membre de l'UE d'être jugées, poursuivies et emprisonnées aux Seychelles.

La motion demandant à l'Assemblée de ratifier l'accord signé par les Seychelles le 3 août a été présentée mercredi par le chef des affaires gouvernementales, Bernard Georges.

Dix-sept membres de l'Assemblée nationale ont voté pour la ratification et neuf membres se sont abstenus.

Dans un aperçu de l'accord, le directeur général des affaires régionales du ministère des Affaires étrangères, Christian Faure, a déclaré qu'il avait été initié par l'opération Atalante de l'EU NAVFOR Somalie.

La mission a été déployée en 2008 pour lutter contre la piraterie en mer au large de la Corne de l’Afrique et dans l’ouest de l’océan Indien.

"À mesure que la piraterie a été réprimée, nous constatons l'émergence de nouveaux problèmes post-piraterie, comme l'augmentation du trafic de drogue et d'éléments d'armes. Ainsi, lorsque nous avons tenu plusieurs réunions sur la sécurité maritime, nous avons réalisé que nous devons maintenant regarder au-delà de la piraterie et aux menaces émergentes dans un contexte plus large de manière plus holistique et plus globale", a expliqué M. Faure.

Il a déclaré que l'UE, de son côté, avait réajusté le mandat de l'opération Atalante pour opérer davantage dans la région de l'océan Indien et examiner les menaces émergentes, notamment le trafic de drogue et d'armes.

"Nous avons donc entamé des négociations pour conclure cet accord qui permettra à l'opération Atalante d'arrêter les trafiquants de drogue et d'armes et de les livrer aux Seychelles. Nous assurerons l'aboutissement juridique, qui impliquera des poursuites et des emprisonnements", a-t-il ajouté.

Le ministre de l'Intérieur, Errol Fonseka, a déclaré que les Seychelles « profitent de l'opportunité d'utiliser ce déploiement des divers moyens maritimes dont nous n'avons pas afin de couvrir l'espace non seulement pour notre propre zone économique exclusive mais aussi en dehors de celle-ci. "

Les Seychelles, un groupe de 115 îles réparties sur une zone économique exclusive de 1,4 million de kilomètres carrés, ont du mal à dissuader et à réprimer les activités illégales en mer, en raison de leur immense espace maritime.

M. Fonseka a déclaré que cet accord "nous permettra d'utiliser ces actifs de l'UE que nous pouvons autoriser à opérer dans nos eaux territoriales, à la fois pour les navires battant pavillon des Seychelles et pour les navires battant pavillon non seychellois avec un Seychellois à bord, sans aucun frais pour nous".

Il a déclaré que ces opérations sont déjà contrôlées par le Centre régional de coordination des opérations des Seychelles (RCOC) à Bois De Rose.

Des questions ont été soulevées sur la capacité des Seychelles à finaliser légalement une fois les prisonniers arrêtés.

George Thachett, avocat principal de l'État, a déclaré : « Une fois cet accord ratifié, nous devrons peut-être modifier certaines lois, notamment la loi sur l'abus de drogues et la loi sur les armes à feu et les munitions, ce qui permettra aux Seychelles de juger de tels cas. Le procureur général doit examiner les dossiers qui nous ont été fournis pour vérifier le caractère suffisant des preuves. Il existe également un droit selon lequel les Seychelles peuvent à tout moment décider de ne pas poursuivre un prisonnier transféré.

M. Thachett a ajouté que "d'après notre expérience avec les pirates, nous sommes sûrs de pouvoir couvrir cette affaire jusqu’à l’aboutissement juridique".

Quant à l'incarcération des prisonniers, ils devraient se situer à Marie-Louise, une île située à 310 kilomètres de l'île principale de Mahé. Un établissement pénitentiaire construit sur l'île en 2012 pour héberger des trafiquants de drogue condamnés qui a fermé ses portes en septembre 2017.

M. Fonseka a déclaré que l'ensemble de l'opération serait financé par l'UE.

« Cette opération s'apparente au programme MASE (Maritime Security in the Eastern and Southern Africa and Indian Ocean Region), où tous les coûts des opérations sanctionnées par l'UE sont pris en charge. Dans un premier temps, nous avons bénéficié d'une avance de 1,5 million d'euros pour la facilitation, comme l'amélioration de nos domaines juridiques. Cela sera dans le cadre d'une autre partie de l'accord appelée gestion du programme", a déclaré M. Fonseka.

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: EU NAVFOR

More from Actualités Nationales →

Related Articles

business →

Top news


Archives

» Advanced search