Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Projet de loi sur la protection des données présenté à l'Assemblée nationale des Seychelles pour approbation

Victoria, Mahé, Seychelles | December 5, 2023, Tuesday @ 12:48 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Betymie Bonnelame Traduit par: Rudie Bastienne | Views: 1587
Projet de loi sur la protection des données présenté à l'Assemblée nationale des Seychelles pour approbation

Il a souligné que lorsque le projet de loi deviendra une loi, il ne permettra pas à un individu d'utiliser des informations personnelles à des fins d'activités personnelles.  (Stock Catalog,Flickr) Photo License: CC BY 2.0 

 

(Seychelles News Agency) - Pour protéger les informations personnelles des citoyens seychellois, un projet de loi sur la protection des données est devant l'Assemblée nationale pour approbation après avoir été présenté lundi par le vice-président Ahmed Afif.

M. Afif a déclaré : « L'article 20 de notre Constitution prévoit le droit à la vie privée, ce qui montre l'importance de protéger nos informations personnelles. Cependant, notre Constitution ne donne pas beaucoup d'informations sur la manière dont cela doit être fait. Ainsi, comme toutes les autres dispositions de notre Constitution, il est important d'avoir d'autres lois pour guider la mise en œuvre de ces dispositions et garantir le respect des droits.

Il a déclaré que "en tant qu'individus, nous nous voyons très souvent dans des situations où nous devons fournir nos informations personnelles pour pouvoir accéder à un service privé ou public. Cela signifie que chaque jour, nos informations personnelles sont manipulées par des individus ou des entités".

Le projet de loi remplacera la loi sur la protection des données de 2003, qui, selonM. Afif, a été approuvée mais n'est jamais entrée en vigueur pour plusieurs raisons.

Celles-ci comprenaient le fait de ne pas couvrir tous les aspects de la protection des informations personnelles telles que celles transférées vers un autre pays et de ne pas prévoir que les entités disposent d'un agent chargé de veiller à la protection des informations personnelles.

Le nouveau projet de loi prévoit des dispositions pour des officiers à la protection des données et est conforme aux meilleures pratiques et normes internationales en matière de protection des informations personnelles.

"Pour garantir que nous nous conformons aux meilleures pratiques internationales et que les droits de nos citoyens en vertu de notre Constitution soient respectés, il est important que nous disposions d'une telle loi pour protéger les informations personnelles des individus. En outre, pour garantir que les informations sont bien utilisées et ne tombe pas entre de mauvaises mains", a expliqué M. Afif.

Dans le projet de loi sur la protection des données 2023, le terme « informations personnelles » fait référence à toute information relative à un individu et peut permettre l'identification de l'individu, comme son nom, son prénom, son numéro d'identité nationale et son adresse résidentielle, entre autres.

Il définit également le traitement, qui est la procédure qui permet la manipulation des informations personnelles, et cela inclut la collecte des informations, là où elles sont stockées, si elles sont transférées à d'autres entités ou individus, jusqu'à ce que les informations soient détruites ou effacées.

M. Afif a déclaré que le projet de loi remplit trois rôles importants : une personne concernée est la personne qui fournit les informations personnelles, un contrôleur de données collecte les informations personnelles et détermine comment elles seront utilisées, et un processeur de données est la personne ou l'entité qui manipule les informations.

"Le projet de loi définit clairement que tout responsable du traitement ou sous-traitant doit s'assurer que son fonctionnement est conforme aux dispositions prises et aux conditions dans lesquelles les informations personnelles peuvent être manipulées. Celles-ci incluent le consentement de la personne concernée, toute autre loi où le responsable doit manipuler les informations afin de le rendre conforme aux dispositions du projet de loi", a déclaré le vice-président.

Il a souligné que lorsque le projet de loi entrera en vigueur, il ne permettra pas à un individu d'utiliser des informations personnelles pour des activités personnelles, ou toute activité liée à la sécurité nationale, et lorsque ces informations seront nécessaires à une autorité menant une enquête criminelle.

La Commission de l'information des Seychelles aura pour mandat de mettre en œuvre la loi et, en vertu de la loi, des dispositions ont été prises pour qu'elle puisse infliger des amendes aux personnes ou entités qui ne respectent pas les avis donnés pour ne pas avoir fonctionné conformément aux dispositions de cette loi.

Toutefois, si une personne ou une entité n'est pas d'accord avec une décision prise par la Commission, elle dispose de 21 jours pour porter son cas devant la Cour d'appel.

"Les personnes qui fournissent leurs informations personnelles ont également des droits prévus par la loi, tels que le droit d'être informées par le responsable du traitement des raisons pour lesquelles les informations sont utilisées, comment elles sont utilisées et combien de temps elles seront utilisées oblige le responsable du traitement à fournir toute autre information permettant de garantir que l'individu peut exercer ses droits en vertu de cette loi", a-t-il ajouté.

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article

More from Actualités Nationales →

general →

Top news


Archives

» Advanced search