Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Sustainability for Seychelles entreprend des recherches sur la surveillance de la qualité de l'air

Victoria, Mahé, Seychelles | January 3, 2024, Wednesday @ 20:38 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Rita Joubert édité par: Betymie Bonnelame, traduit par Rudie Bastienne | Views: 1391
Sustainability for Seychelles entreprend des recherches sur la surveillance de la qualité de l'air

Victoria est la zone la plus polluée de Mahé, l'île principale.  (Gerard Larose) 

 

(Seychelles News Agency) - Une ONG environnementale des Seychelles entreprend un projet de surveillance de la qualité de l'air pour avoir une idée complète de la qualité de l'air de la nation insulaire et déterminer les mesures à prendre.

Sustainability for Seychelles (S4S) a lancé le projet il y a deux mois, ajoutant la nation insulaire à la liste des 117 pays dans le monde surveillant la qualité de l'air.

"Début novembre, nous n'avions clairement pas le meilleur air du monde, mais ce n'est pas non plus une catastrophe", a déclaré le responsable du projet, le Dr Laurent Sam.

La qualité de l'air est mesurée avec l'indice de qualité de l'air (IQA), qui fonctionne comme un thermomètre de 0 à 500 degrés. Au lieu de montrer les changements de température, il montre les changements de quantité de pollution dans l’air – classés en couleurs.

Le rapport 2016 de l'Indice de performance environnementale (EPI) indique que les Seychelles ont la meilleure qualité de l'air de la planète, même si celle-ci a légèrement diminué.

"Même à un niveau que vous ne pouvez pas voir ou que vous ne sentez pas, la pollution est à un niveau qui peut nuire à votre santé à long terme", a déclaré M. Sam.

Il a ajouté que beaucoup dépend du vent ou de la météo, c'est pourquoi S4S travaille également en étroite collaboration avec l'Autorité météorologique des Seychelles (SMA) lorsqu'elle mène ses recherches.

"Le vent peut pousser la pollution vers vous ou la chasser loin de vous", a expliqué M. Sam.

Il a ajouté qu'au cours des deux mois où S4S a commencé à mesurer la qualité de l'air dans le pays, "Étonnamment, La Misere que vous pouvez associer à la nature et au beau temps, mais ce qui est intéressant, selon la direction du vent, peut parfois souffler sur La Misere" et comme c'est une vallée, les polluants se concentrent et parfois ils peuvent être plus élevés qu'en ville", a expliqué M. Sam.

En raison du trafic intense et de la présence de la station de test des véhicules en ville, Victoria est la zone la plus polluée de Mahé, l'île principale.

Les chercheurs ont également enregistré une forte pollution dans le pays après l’explosion massive survenue le 7 décembre dans les installations de stockage CCCL de la zone industrielle de Providence.

"On ne le voit pas immédiatement, mais deux jours plus tard, l'air était mauvais partout à Mahé, Praslin et La Digue", a-t-il expliqué.

Le premier jour, les données étaient jaunes parce qu'il pleuvait et cela contrôlait les polluants, mais le troisième jour, elles montraient que l'air était mauvais.

L'étude vise à obtenir une image précise de la qualité de l'air dans le pays « pour voir si elle est aussi bonne que nous le pensons », a déclaré M. Sam.

Il a également averti que les Seychelles avaient le 40ème rang mondial en matière de pneumonie entre 2000 et 2019 et que "nous aimerions savoir s'il existe un lien entre la qualité de l'air et la pneumonie, et si c'est le cas, alors nous devons évidemment être attentifs".

Les données collectées peuvent ensuite être utilisées pour plaider auprès des décideurs du pays afin d'aider à améliorer la qualité de l'air.

"Je pense que la population voudra un air aussi pur que possible et c'est également bon pour le tourisme car les touristes peuvent bénéficier du meilleur air, de l'air le plus pur ; meilleur que celui qu'ils ont dans les pays d'où ils viennent", a déclaré M. Sam.

Les deux premiers mois de collecte de données sur la qualité de l'air aux Seychelles ont été mitigés, parfois c'est très bon, même meilleur que les normes de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), mais d'autres fois, comme début novembre, c'était jaune, ce qui est comme fumer une demi-cigarette par jour.

Les données collectées par S4S sont accessibles au public et M. Sam a déclaré qu '"ils peuvent décider et voir si cet air leur convient, et sinon, ils peuvent agir par l'intermédiaire d'acteurs tels que des ONG et des influenceurs".

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article

More from Actualités Nationales →

business →

Top news


Archives

» Advanced search