Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

La Seychelles Island Foundation prévoit une étude de faisabilité pour éradiquer les chats et les rats d'Aldabra

Victoria, Mahé, Seychelles | January 8, 2024, Monday @ 20:44 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Sharon Enesta, Traduit par: Rudie Bastienne | Views: 1207
La Seychelles Island Foundation prévoit une étude de faisabilité pour éradiquer les chats et les rats d'Aldabra

Cette première phase, qui durera trois ans, comprendra des enquêtes sur les rats et les chats (Seychelles Islands Foundation) 

(Seychelles News Agency) - La Fondation des Îles Seychelles (SIF) envisage d'entreprendre une étude de faisabilité sur l'éradication des chats et des rats sur l'atoll d'Aldabra, un site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le SIF espère collecter des informations vitales qui aideront à décider si l'éradication est possible et comment elle doit être réalisée. Cette première phase, qui durera trois ans, comprendra des enquêtes sur les rats et les chats ainsi que des recherches sur leur comportement et leur habitat afin de comprendre comment les rats et les chats utilisent l'île et comment ils peuvent être contrôlés.

Un autre volet de l'exercice consistera à tester différentes formulations d'appâts, l'approche la plus efficace pour distribuer des appâts tout en minimisant l'impact sur les espèces indigènes. Les résultats éclaireront également le plan chiffré de l'éradication et le plan opérationnel de l'éradication si cela est jugé réalisable.

Menace des chats et des rats

L'atoll, le plus grand du monde, abrite la tortue terrestre géante endémique d'Aldabra, avec une population estimée à plus de 150 000 individus, ainsi que plusieurs autres espèces endémiques d'oiseaux, de lézards et d'insectes.

La présence de chats et de rats est responsable de l'extinction d'espèces de l'île.

Le SIF a déclaré à la SNA que malgré sa biodiversité élevée et son statut de protection, l'écosystème d'Aldabra a été extrêmement touché par les rats et les chats qui ne sont pas originaires de ses îles, car les rats ont été introduits accidentellement. Les chats ont probablement été introduits exprès pour contrôler les rats.

"Cependant, au lieu de manger les rats, les chats se nourrissent d'espèces indigènes et endémiques, notamment des oiseaux de mer, des oiseaux terrestres, de petits reptiles comme les scinques et les geckos, des invertébrés comme les coléoptères, des larves de papillons et de mites, des escargots et des crabes, ainsi que des nouveau-nés de tortues et de tortues de mer. ", selon le SIF.

La Fondation a expliqué que les chats ont provoqué l'extinction locale du râle d'Aldabra - le dernier oiseau incapable de voler dans l'océan Indien - sur toutes les îles où ils étaient tous deux présents.

Les râles ont depuis été réintroduits sur l'île Picard, l'un des quatre atolls de l'Aldabra, où il n'y a désormais plus de chats. Il reste absent de la Grande Terre, la plus grande île d'Aldabra, qui abrite encore des chats.

"Il suffirait qu'un seul chat atteigne une île munie de rails pour anéantir une grande partie de la population, voire la totalité, conduisant à l'extinction potentielle de cet oiseau unique", a ajouté le SIF.

L'autre menace pour l'écosystème de l'atoll est constituée par les rats qui mangent presque tout ce qu'ils rencontrent et ont un impact énorme sur l'écosystème natif d'Aldabra.

Planification de l'éradication – méthodes d'appâtage

Le SIF a déclaré que les impacts négatifs des rats et des chats sur l'écosystème d'Aldabra sont connus des scientifiques depuis longtemps et que leur éradication a donc été classée parmi les actions prioritaires dans les deux plans de gestion les plus récents.

Bien que jugée cruciale pour la protection de l'atoll, l'éradication a été retardée car la Fondation était confrontée à plusieurs défis.

"Il ne sert à rien de mener une éradication très coûteuse s'il n'y a pas de mesures de biosécurité extrêmement strictes pour empêcher une réinvasion. Le SIF a développé un système de biosécurité de classe mondiale pour Aldabra, aboutissant à une décennie de travail, de recherche et de projets supplémentaires. "Une fois mis en place, le SIF est convaincu que nous pouvons procéder à une éradication avec un risque minimal de réinvasion", a déclaré l'organisation.

En outre, les vastes forêts de mangroves d'Aldabra constituent le plus grand défi pour une éradication réussie, car ces habitats sont inondés par les marées et les rats prospèrent dans les mangroves car il y a tellement de nourriture pour eux.

"Les méthodes d'appâtage traditionnelles consistant à larguer des pellets depuis des hélicoptères ne fonctionneront pas pour les mangroves, mais des méthodes ont été développées pour s'occuper des mangroves, et des équipes du monde entier développent de nouvelles façons d'appâter de vastes zones de mangroves", a déclaré le SIF.

L'atoll d'Aldabra a été désigné site du patrimoine mondial de l'UNESCO en décembre 1982. C'est l'un des deux sites patrimoniaux gérés par la Seychelles Island Foundation (SIF). L'autre est la Vallée de Mai à Praslin, la deuxième île la plus peuplée de l'archipel de l'ouest de l'océan Indien.

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: Aldabra

More from Actualités Nationales →

Related Articles

business →

Top news


Archives

» Advanced search