Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Les dirigeants de l'Assemblée nationale des Seychelles répondent au SONA 2024 du président

Victoria, Mahé, Seychelles | February 27, 2024, Tuesday @ 21:18 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Betymie Bonnelame Traduit par: Rudie Bastienne | Views: 805
Les dirigeants de l'Assemblée nationale des Seychelles répondent au SONA 2024 du président

Les dirigeants ont donné mardi leurs réponses au discours sur l'état de la nation.  (Seychelles News Agency)

 

(Seychelles News Agency) - Les deux dirigeants de l'Assemblée nationale des Seychelles ont donné mardi leurs réponses au discours sur l'état de la nation prononcé la semaine dernière par le président Wavel Ramkalawan.

Le chef de l'opposition, Sébastien Pillay, qui représente le parti United Seychelles, a déclaré que c'était l'occasion pour le président "de présenter le plan de son gouvernement pour aborder les sujets qui préoccupent notre nation, présenter des solutions aux problèmes auxquels la nation est confrontée et proposer une voie à suivre et donner une idée de la direction que le gouvernement souhaite nous donner.

M. Pillay a déclaré que le véritable état de la nation est que le coût de la vie atteint des sommets, que le secteur des affaires est en pause et que les agriculteurs sont frustrés, entre autres.

Il a déclaré qu'en juillet 2019, le président, qui était alors chef de l'opposition à l'Assemblée nationale, avait déclaré avoir une solution sur la façon dont la Seychelles Trading Company (STC) pourrait réduire le prix des matières premières de 30 pour cent. La réalité est qu’en 2024, le prix des matières premières a augmenté de 30 pour cent, a déclaré M. Pillay.

"Nous attendions du Président qu'il parle concrètement du coût de la vie et qu'il nous donne son plan pour redresser la situation actuelle et soulager les familles seychelloises. C'est le strict minimum que nous attendions de lui", a-t-il ajouté.

Il a réitéré que "c'est le rôle du gouvernement d'examiner la sécurité sociale dont bénéficient les personnes âgées et c'est le rôle du gouvernement d'augmenter la sécurité sociale par rapport au coût de la vie dans notre pays aujourd'hui".

M. Pillay a parlé de la position du gouvernement sur la scène internationale, qui, selon lui, se fait sans informer la population, en particulier de l'implication des Seychelles dans la coalition dirigée par les États-Unis pour contrer l'attaque des rebelles Houthis dans la mer Rouge.

Il a déclaré que récemment, la même chose s'était produite lorsque les Seychelles avaient signé un protocole avec l'Organisation mondiale de la santé sur les pandémies et que, bien que de nombreuses personnes aient exprimé leurs inquiétudes à ce sujet, aucune explication n'a été donnée.

"C'est le rôle du gouvernement d'agir et les citoyens ont le droit de les interroger, de leur demander d'agir et de chercher un recours", a déclaré M. Pillay.

Il a dit que les gens étaient déçus du discours du Président car il y avait beaucoup de problèmes mais pas assez de solutions et c'étaient les sujets que le Président aurait dû aborder.

"La conversation que nous avons est nécessaire parce qu'en tant que nation, nous n'avons pas peur de demander des comptes au gouvernement sur ses promesses. Nous attendons toujours la diversification économique qui a été promise", a déclaré M. Pillay.

Il a conclu en disant qu'il existe une seule option pour que les Seychelles retrouvent leur dignité sur la scène internationale, qu'il existe une seule option pour rétablir la justice sociale dans le pays et que le Parti Seychelles Unies est la seule option.

Réponse du leader des affaires gouvernementales

Le chef des affaires gouvernementales, Bernard Georges, représentant le parti Linyon Demokratik Seselwa (LDS), a déclaré que le discours sur l'état de la nation "est un rapport sur ce que nous avons accompli au cours de l'année écoulée, les défis auxquels notre pays a dû faire face et en regardant à ce qui s'en vient cette année.

Il a déclaré que le message principal du président est que les Seychelles ont une démocratie dynamique, avec une économie solide et un gouvernement engagé et que c'est la recette du succès.

« Notre pays a bénéficié d'une économie solide, malgré les défis nationaux et internationaux auxquels nous sommes en train et devrons encore faire face. [...] Malgré les défis, le travail avance dans tous les coins de notre île, de nouveaux projets tout en réparant et en améliorant ceux qui sont cassés. Le Président a donné une longue liste de projets que son administration entreprendra cette année.

Concernant le rapport de la Commission Vérité, Réconciliation et Unité Nationale (TRNUC) pour l'indemnisation des victimes, M. Georges "a proposé que tous les auteurs de crimes, où qu'ils se trouvent aujourd'hui, versent toute indemnisation nécessaire pour payer les victimes de la TRNUC. Il n'est pas acceptable qu’on demande aux contribuables, qui sont également les victimes de payer leur propre réparation. »

Il a déclaré que les Seychelles ont encore des défis et que tout ne s'est pas bien passé au cours des trois dernières années et qu'il y a encore des secteurs qui doivent s'améliorer.

"La facilité de faire des affaires reste un défi pour plusieurs raisons. Le manque de capacité dans certains bureaux ralentit les procédures. Un exemple est le bureau d'enregistrement qui prend trop de temps pour enregistrer les documents nécessaires. Il faut trouver des financements et des capacités pour aider ce département afin qu’il améliore ses services", propose M. Georges.

Concernant le logement, a-t-il déclaré, malgré les efforts du ministre et de son équipe, il y a encore place à l'amélioration et a suggéré qu'il y ait davantage d'engagement du secteur privé pour la construction de maisons.

M. George a salué l'annonce du président sur le 11ème amendement proposé à la Constitution des Seychelles.

"Cela vise à garantir qu'un président ne puisse pas organiser d'élections lorsqu'il souhaite rendre service à son vice-président mais doit respecter le mandat de 5 ans que le peuple lui a donné", a-t-il déclaré, ajoutant que "l'immunité présidentielle qui existe disparaîtra désormais complètement."

M. Georges a accueilli les deux nouvelles députées proportionnelles à l'Assemblée nationale, Anne Bistoquet pour LDS et Rachel Spiro pour US, le principal parti d'opposition.

"Je suis convaincu que les deux femmes apporteront une contribution importante à notre Assemblée et aideront ceux qui sont déjà présents à élever le niveau de nos débats et à faire de notre Assemblée l'institution que nous souhaitons qu'elle devienne", a-t-il ajouté.

Il a parlé de l'unité, qui, selon lui, est la clé et que cela ne signifie pas que tout le monde doit être d'accord sur tout.

"Les Seychelles sont pour nous tous et ensemble, unis en tant que peuple doté d'une pensée positive, personne ne peut nous arrêter", a déclaré M. Georges.

Il a terminé en disant "Un petit pays peut être une grande nation. Nous sommes déjà un petit pays, sous l'administration LDS, nous pouvons devenir une grande nation."

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article

More from Actualités Nationales →

Business →

Top news


Archives

» Advanced search