Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Les Seychelles parmi les 5 États insulaires qui œuvrent contre l’extinction de ses espèces endémiques

Seychelles | December 27, 2014, Saturday @ 16:52 in En français » ENVIRONNEMENT | By: Hajira Amla et Rassin Vannier | Views: 3288
Les Seychelles parmi les 5 États insulaires qui œuvrent contre l’extinction de ses espèces endémiques

la petite fauvette des Seychelles, avec une population de seulement 26 oiseaux, a réussir à grandir pour atteindre un millier. (Christian Hauzar/Wikimedia) Photo License:(CC BY-SA 3.0)

Photo license  

(Seychelles News Agency) - Les petits États insulaires en développement ont montré de bien meilleurs résultats dans la lutte contre les menaces d'extinction de leurs espèces vertébrées endémiques que certains pays les plus riches au monde.

Selon une étude récente menée par des scientifiques de conservation du Centre d'écologie Fonctionnelle et évolutive (CEFE), l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), et BirdLife International.

Cinq petits états insulaires en développement (PEID) ont été les seuls pays à avoir réalisé des améliorations concrètes dans la conservation des vertébrés.

"Ces pays : les Îles Cook, Fidji, Maurice, les Seychelles et Tonga, ont mis en place des mesures efficaces comme l'éradication des espèces envahissantes, la biosécurité, la gestion des aires protégées, et la restauration de l'écosystème ", a déclaré le coauteur du rapport Simon Stuart de l'Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) dans un communiqué publié par le groupe.

 Aux Seychelles, les oiseaux endémiques en danger ont été les grands gagnants. Les ONG qui s’occupent de la protection de l’environnement telle que Nature Seychelles, un partenaire de Birdlife International, ont contribué à augmenter la population des oiseaux comme la pie et la fauvette des Seychelles, au bord de l'extinction.

Avec une population de seulement 12 oiseaux dans une seule île, les pies ont maintenant atteint une population d'environ 280, répartis dans cinq îles, et la petite fauvette des Seychelles, avec une population de seulement 26 oiseaux, a réussir à grandir pour atteindre un millier.

 

 
 Avec une population de seulement 12 oiseaux dans une seule île, les pies ont maintenant atteint une population d'environ 280, répartis dans cinq îles (Nature Seychelles) Photo License: All Rights Reserved

L'archipel des Seychelles qui se situe dans l'Océan Indien est composé de 115 îles. Le pays a décidé de protéger 52 pour cent de son territoire en instaurant des réserves naturelles, ce qui en fait le pays le plus à la pointe dans la conservation au monde. La Nouvelle-Zélande avec 30 pour cent de son territoire protégé se classe au deuxième rang mondial.

 

Les mesures de conservation pas liée au PIB

Les che
rcheurs ont été surpris de constater que de nombreux pays développés comme les États-Unis et l'Australie étaient parmi les pires à protéger les animaux vivants dans leurs frontières. L'étude est la première véritable évaluation des performances des nations envers leurs responsabilités à l'égard de la biodiversité mondiale.

L'étude a conclu que le produit intérieur brut (PIB) n’est pas lié à la performance des nations dans la conservation de leurs propres espèces menacées. En effet, certains des pays les plus pauvres au monde, comme Madagascar, la République démocratique du Congo et la Tanzanie, ont été parmi les plus performants au monde en matière de conservation.

 Les conclusions du rapport ont montré que huit pays - Australie, Chine, Colombie, Équateur, Indonésie, Malaisie, Mexique et États-Unis - sont ensemble responsables de plus de la moitié de la détérioration globale de l'état de conservation des espèces de vertébrés.

Mis à part, les cinq PEID, presque toutes les régions et les pays, ont été reconnus pour avoir contribué négativement à l'évolution de la biodiversité mondiale pour les oiseaux, les mammifères et les amphibiens, répertoriés sur la Liste rouge de l'UICN.

L'étude a également révélé que les raisons des menaces pour les espèces d'invertébrés variaient entre les différentes régions du monde. En Asie, la surexploitation des animaux et leur habitat naturel pour la nourriture et la médecine traditionnelle, notamment en Chine et en Indonésie, ont eu un impact négatif sur la biodiversité.

En Asie du Sud-est l’agriculture non durable et l'exploitation forestière ont été les principaux coupables, tandis que les espèces envahissantes sont devenues la plus grande menace pour la biodiversité aux États-Unis et en Australie.

Dans le Sud et l'Amérique centrale, de nouvelles souches de champignons sont la principale cause de déclin des amphibiens.

Rencontrer de nouvelles cibles de la biodiversité

Après avoir échoué à atteindre l'objectif 2010 pour la biodiversité en réduisant significativement le rythme actuel de la perte de la biodiversité, les nations du monde ont convenu d'un nouveau plan stratégique, connues sous le nom d'Aichi Cible 12, qui vise à prévenir l'extinction des espèces menacées d'ici 2020.

"Chaque pays doit investir davantage dans la conservation des espèces pour lesquelles il est seul ou en grande partie responsable, en se concentrant sur les sites les plus importants pour la biodiversité » a déclaré le co-auteur Stuart Butchart, Chef des sciences de BirdLife International."

Les chercheurs de l'étude ont montré la facilité de financement mis en place par l'ONU mondial Envrionnement (FEM) comme mécanisme de financement efficace pour que les pays puissent atteindre leurs objectifs de conservation.

"L'affectation des ressources à travers le FEM intègre aussi des récompenses pour des performances élevées.

 

Environnement » Be a reporter: Write and send your article
Tags: PEID, conservation, UICN, Birdlife International

More from Environnement →

Related Articles

environment →

Top news


Archives

» Advanced search