Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Les débris des coraux aux Seychelles aident les scientifiques à prédire le futur.

Victoria, Seychelles | January 25, 2015, Sunday @ 11:46 in En français » ENVIRONNEMENT | By: Sharon Meriton Jean, Hajira Amla, et Séverine Martin | Views: 2226
Les débris des coraux aux Seychelles aident les scientifiques à prédire le futur.

Andrea Dutton, géochimiste de l'Université de Floride et son de l'équipe regardent des fossiles de corail entre des blocs de granit  (Andrea Dutton, University of Florida)

(Seychelles News Agency) - En effet, ces îles granitiques sont considérées comme les plus anciennes îles océaniques au monde et les miettes laissées par la fragmentation continentale de ce qui était autrefois le supercontinent du Gondwana avant que le sous-continent indien ne soit repoussé du plateau  des Mascareignes par le plancher océanique il y a 66 millions d’années.

A Port Launay au nord-ouest de Mahé, l’île principale de l’archipel, la formation rocheuse, similaire à une volée de marches ascendantes, est connue par les habitants sous le nom de « ros lescalye » (l’escalier de pierre). L’esprit indolent pourrait se demander si elle n’a pas été dessinée par mère Nature pour amener l’observateur distrait directement dans les abysses de l’océan.

Un gigantesque et majestueux bloc de granit situé à l’Union Estate, sur La Digue, la troisième île la plus peuplée de l’archipel figure aussi parmi les formations granitiques les plus fascinantes des Seychelles.

S’étant formés il y a des millions d’années, ces blocs de granites sont des édifices qui portent les stigmates d’une succession d’événements géologiques comme par exemple, selon un géochimiste de l’Université de Floride aux Etats-Unis, la dernière période interglaciaire que la Terre a connue.

Les recherches d’Andrea Dutton ont fait grand bruit dans la communauté scientifique et les medias lorsqu’elle a apporté une preuve suggérant qu’il y a 125000 ans le niveau des mers a connu une élévation massive de 7,5 mètres après qu’une plaque de l’inlandsis de l’Antarctique se soit décrochée. Et elle avertit que l’histoire pourrait se répéter plus tôt qu’on ne croit.

 

  L’étude de l’université de Floride s’est concentrée sur les coraux fossiles constituant les affleurements calcaires trouvés dans les surplombs des blocs granitiques des Seychelles. (Andrea Dutton, University of Florida) Photo license: CC-BY

 « Actuellement, nos données suggèrent qu’à ce moment, la mer s’est élevée d’un niveau légèrement inférieur au niveau actuel à plus de 6 mètres au-dessus de celui-ci en moins de 1000 ans, puis s’est élevé à son point culminant à 7,5 mètres en plusieurs milliers d’années supplémentaires. » confie A. Dutton à la SNA dans un courrier électronique.

Andrea Dutton est arrivée à cette conclusion après avoir étudié des coraux fossiles ou des affleurements blancs de calcaire qu’on trouve dans les surplombs protégés des blocs granitiques situés entre 0 et 9 mètres au-dessus du niveau actuel de la mer. S’ils ne sont pas recouverts d’algues, les coraux fossiles sont facilement reconnaissables à leur couleur blanche.

« Les Seychelles sont l’un des meilleures endroits de la planète pour conduire de telles études car le changement du niveau de la mer aux Seychelles est pratiquement le même que celui de la moyenne globale du niveau de la mer, ce que nous essayons de reconstituer. » déclare A. Dutton.

« La plupart des gens ne réalisent pas que le changement du niveau de la mer, aujourd’hui comme hier, varie géographiquement. Cela signifie que si la moyenne globale du niveau de la mer s’élève, à certains endroits le niveau va s’élever plus vite que dans d’autres alors qu’ailleurs il va même s’abaisser, nous avons donc besoin de choisir précautionneusement un site qui nous donnera un enregistrement du niveau de la mer qui est très proche de la moyenne globale de celui-ci. »

Utiliser le passé pour prédire le futur

Les découvertes dans le domaine de la recherche publiées dans la Quaternary Science Reviews devraient faire la lumière sur ce qui peut être attendu si les calottes glaciaires prisonnières en Antarctique et au Groenland venaient à fondre, ce qui survient habituellement selon des cycles réguliers tous les 10000 ans entre les ères glaciaires.

La dernière fois que cela s’est produit, la température aux pôles était à peine plus chaude qu’actuellement.

Alors de combien devrait s’élever la température avant qu’il ne soit probable qu’une importante plaque glaciaire ne s’effondre ?

Une femme sur une plage tenant des instruments (Andrea Dutton, University of Florida) Photo license: CC-BY 

« Nous ne savons pas actuellement si cette élévation du niveau de la mer a été soudaine ou graduelle. » a répondu le chercheur, ajoutant que quoi qu’il en soit elle s’attendrait à un « délai de réaction des plaques. »

Il est prédit qu’un effet domino se produirait dans le cas d’une fonte glaciaire avec une élévation du niveau de la mer entrainant par la suite la submersion des zones de terres basses.

Selon le rapport d’évaluation de 2014 du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), le niveau des mers du globe devrait s’élever de 30 à 90 centimètres d’ici 2100.

Dans le cas des Seychelles, si les mers s’élevaient à nouveau à ces niveaux, une perte de 70% de la masse terrestre pourrait en résulter, en particulier dans les zones côtières où beaucoup des 90 000 habitants de l’archipel résident et dans les îles coralliennes qui s’élèvent rarement à plus d’un mètre ou deux au-dessus de la mer.

Souvent pris à tort durant leurs recherches pour des chercheurs de trésors, A. Dutton et son équipe rampent dans les interstices entre d’énormes rochers pour trouver des fragments de fossiles. Utilisant des échantillons prélevés dans l’archipel ensoleillé, leurs recherches déterminent la vitesse à laquelle les littoraux ont été submergés lors du précédent incident de fonte glaciaire.

« Nous analysons des preuves, incluant une combinaison d’espèces coralliennes et d’autres fossiles pour déterminer la profondeur à laquelle ils se sont développés, ainsi que les ciments de carbonate qui remplissent les espaces interstitiels dans les récifs calcaires mais nous utilisons aussi une technique de datation de la croissance des coraux. Cette technique de datation nous permet de « lire l’heure » dans le passé. » a expliqué A. Dutton.

Mais la chercheuse américaine ne s’est pas seulement délecter du superbe paysage.

« La meilleure chose durant ce séjour a été de rencontrer tous ces gens si accueillants et désireux de nous aider dans notre expédition et aussi impatients d’apprendre au sujet de ces merveilleux coraux fossiles qui peuvent tant nous dire au sujet de la manière dont la Terre a réagi aux changements climatiques à travers les âges. » dit-elle, adressant un remerciement tout particulier à PetroSeychelles, à l’Autorité des Parcs Nationaux des Seychelles, au Ministre de l’Environnement et de l’Energie et au Bureau des Normes des Seychelles pour avoir facilité le travail de terrain.

Nous aimerions revenir et faire plus de recherché ici. Notre travail nous a apporté beaucoup de nouvelles questions que nous aimerions étudier et auxquelles nous voudrions un jour apporter des réponses. » a-t-elle conclu. 

 

Environnement » Be a reporter: Write and send your article
Tags: corail, le niveau des mers

More from Environnement →

Related Articles

national →

Top news


Archives

» Advanced search