Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Victoria
26°C
Go to mobile version:

Redonner vie à la végétation de Praslin, île des Seychelles

Praslin, Seychelles | January 26, 2015, Monday @ 14:48 in En français » ENVIRONNEMENT | By: Sharon Meriton Jean, Hajira Amla et Séverine Martin | Views: 2436
Redonner vie à la végétation de Praslin, île des Seychelles

La colline désertique de la montagne de la Hauteur, Baie Ste Anne DISTRICT ( Romano Laurence, Seychelles News Agency)

Photo license  

(Seychelles News Agency) - En 1744, lorsque l'explorateur français Lazare Picault découvrit Praslin, la deuxième plus grande île de l'archipel des Seychelles, il  fut tellement surpris par la profusion de végétation sauvage qu’il y trouva qu’il nomma cette île «Ile des Palmes».

Parmi les arbres abondants, il y avait des cocotiers et plusieurs autres variétés de palmiers y compris les palmiers à coco-de-mer (Lodoicea maldivica), avec ses noix à forme suggestives pesant plus de 17 kg, les plus grandes de tout le royaume des plantes.

Avec ses formes érotiques, le coco-de-mer a contribué à la théorie selon laquelle l'île, qui a été rebaptisée sous le nom de Praslin dans les années 1880, était en fait l'original "jardin d'Eden".

Cependant, deux siècles et demi plus tard, les forêts luxuriantes de palmiers indigènes qui faisaient d’elle autrefois une île verdoyante, ont été réduites à quelques endroits de l'île.

Après l’introduction par les colons d’espèces de plantes et d'animaux invasives, l'île meurtrie par des années de feux de forêts et d'érosion des sols devient progressivement stérile.

 « Près de 40 pour cent [plus de 1 500 hectares] de terres, en particulier sur les collines de Praslin, ont été mises à nue. On peut observer de loin des plaques de sol rouge et plusieurs d'entre elles existent depuis plus de 30 ans », a déclaré le Dr Henriette Elvina, consultante de la biodiversité seychelloise et membre affiliée de la TRASS (Société d’Action de Restauration Terrestre des Seychelles).

Un gros plan des versants de la montagne de la Hauteur. Depuis plus de 30 ans, le site s’est caractérisé par ses crevasses, ses terres arides et ses rochers. Les seules plantes qui peuvent se développer dans un environnement aussi aride sont des petits arbustes rabougris. (Romano Laurence, Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY

Suite à une étude réalisée en 2009, qui a évalué l'ampleur de la dégradation des sols et qui a indiqué certaines des zones les plus touchées, la TRASS a été créée. C’est la seule organisation non-gouvernementale (ONG) à Praslin.

Se salir les mains

L'ONG rassemble une cohorte de volontaires provenant des îles avec l'intention de transformer les sommets des collines en forêts verdoyantes en utilisant des plantes endémiques et indigènes.

« Certains travaux de réhabilitation ont déjà été réalisés dans le passé, en particulier sur des terres gouvernementales et des parcs nationaux, mais nous avions besoin de concentrer nos efforts sur des terres privées, » a déclaré Henriette à la SNA.

La plupart de ces projets sont entrepris pendant la période de la mousson du nord-est, qui est aussi la saison la plus humide de l'archipel. La pluie et la couverture nuageuse fraîche offrent des conditions idéales pour aider les jeunes plants et boutures à établir des racines solides dans le sol rouge.

L'ONG a commencé à travailler sur des petites parcelles de terre pour tester différentes plantes et différentes techniques. Le financement de ce projet provient principalement de petites subventions accordées par le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM), soutenu par le Programme de développement des Nations Unies.

Suite aux projets d'essai, deux zones ont été réhabilitées, dont une colline morcelée surplombant la Consolation qui avait souffert de plusieurs épisodes de feux de forêt et un terrain privé à la Pointe Chevalier qui surplombe la célèbre plage d’Anse Lazio.

« Au cours de ces essais, nous avons constaté que nos plantes poussaient en dépit de graves périodes de sécheresses, » a déclaré Henriette.

En raison de leurs succès, cette année la TRASS est plus ambitieuse.

Ils réhabilitent un terrain d’une superficie de 20 hectares sur la colline de la Hauteur, qui surplombe le quartier de la Baie Ste Anne, île habitée par plus de six mille personnes.

Des agents de police se portent volontaires pour faire reverdir la montagne de la Hauteur. Au total, deux mille plantes endémiques seront plantées dans la région avant la fin de la saison des pluies. (Romano Laurence, Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY

Cette opération, qui a commencé fin novembre, a été effectuée à l'aide de groupes et de bénévoles locaux qui ont contribué à porter les plantes et ont fourni la main-d'œuvre pour creuser des trous et aider à planter les arbres.

Un total de deux mille plantes, principalement des espèces endémiques comme le bwadnat ou le Mimusopssechallarumsont plantés.

Selon la TRASS, et bien que le bwadnat soit classé comme espèce «quasi menacée» sur la liste de l'Union internationale pour la conservation de la nature (l'UICN), il serait idéal pour les zones érodées.

Un projetpour la communautéet le pays

«C’est une manière d'aider l'environnement et notre île. Je suis fier de travailler dans ces collines arides et de revenir pour voir nos arbres qui poussent de plus en plus, » a déclaré la bénévole Christelle Marie à la SNA.

Marie est bénévole à la TRASS depuis de nombreuses années et pour chaque opération elle emmène souvent avec elle de nouvelles recrues.

Un des nouvelles bénévoles, Mariette Dine, âgée de 30 ans, a dit qu'elle était « impressionnée par le travail acharné réalisé par ces hommes et ces femmes. »

« Lorsque nous travaillons dans une zone, nous continuons à surveiller la croissance des plantes pendant des mois», dit Henriette, ajoutant fièrement que seul un faible pourcentage d'arbres plantés sont morts durant d'autres expériences qu'ils ont mené dans le passé.

Ce projet est également utilisé pour sensibiliser sur les dangers et les conséquences des feux de forêt et de la déforestation.

« Tous nos bénévoles sont des gens ordinaires, certains sont agriculteurs, employés de bureau, etc., qui estiment que c’est une situation préoccupante dans laquelle ils souhaitent s’engager», dit Henriette ajoutant que leurs 50 membres sont encouragés à partager les connaissances qu'ils ont acquises avec la communauté locale.

« Ce que nous faisons n’est pas pour la TRASS, c’est quelque chose que nous faisons pour la communauté, pour l'île et pour le pays, » a ajouté Henriette.

Un triste spectacle - La montagne, surplombant le district de Baie Ste Annearbore des parcelles rouges désertiques depuis près de trente ans suite aux incendies de forêt et à l'érosion des sols. (Romano Laurence, Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY

Selon l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le sol doit être géré de manière durable car le sol est ce que l'organisation a appelé un «partenaire silencieux». Il joue un rôle majeur dans la production des aliments, la croissance de la végétation et le bien-être général d'un pays.

La FAO a déclaré 2015 comme l'année internationale de sol.

 

Environnement » Be a reporter: Write and send your article
Tags: coco de mer, érosion, TRASS

More from Environnement →

Related Articles

Environment →

Top news


Archives

» Advanced search