Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Rouvrir de vieilles blessures: Les Chagossiens des Seychelles racontent leur récent voyage sur leurs îles natales.

Victoria, Seychelles | May 30, 2015, Saturday @ 20:53 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Hajira Amla, John Lablache et Séverine Martin | Views: 2054
Rouvrir de vieilles blessures: Les Chagossiens des Seychelles racontent leur récent voyage sur leurs îles natales.

La grande case maison des planteurs , autrefois le coeur d'une industrie florissante de noix de coco,  (Alvin Tirant) 

Photo license  Purchase photo

(Seychelles News Agency) - Un petit groupe de six Chagossiens des Seychelles est récemment rentré d'un séjour d'une semaine dans leur pays natal, revivant ainsi la tragédie vécue il y a six décennies ; lorsque des centaines d'insulaires avaient été forcés de quitter leur domicile, pour faire place à une base militaire américaine.

Ils ont rejoint des groupes similaires de Chagossiens vivant à Maurice et au Royaume-Uni pour une visite spéciale de l'archipel des Chagos début mai.

Le petit groupe venant des Seychelles est parti pour les îles Chagos en passant par Dubaï et Bahreïn. Delà ils ont pris un avion de transport militaire américain pour se rendre à Diego Garcia.

 Les frais de voyage ont été pris en charge par le gouvernement britannique.

 après avoir été expulsé de leur pays natal, cinq Chagossiens installés aux Seychelles ont été autorisés à participer au récent voyage organisé et parrainé par le gouvernement britannique(Alvin Tirant) Photo license: All Rights Reserved

Pour Christianne Camille, 59 ans, le voyage a été empreint d’une certaine nostalgie. Elle avait neuf ans quand elle et son père, Christophe Tamatave, un maçon de métier ainsi que sa mère Jessy Jasmin ont été contraints de quitter l'île sur laquelle ils avaient vécu pendant 13 ans et qu’ils considéraient comme leur foyer.

Lors de leur séjour ils se sont rendus au cimetière de Diego Garcia pour se recueillir sur la tombe de sa sœur ainé, Astride, décédée avant sa naissance.

Christianne Camille, âgée de 59 ans, et le reste de son groupe ont visité les divers cimetières Chagossiens qui parsèment les principales îles de Diego Garcia, Peros Banhos et Salomon. La sœur aînée de Christianne a été enterrée sur l’île de Diego Garcia.(Alvin Tirant) Photo license: All Rights Reserved

Elle se souvient encore de son premier voyage vers Mahe ; un voyage de deux jours à bord d’une goélette baptisée « île de Farquhar », appartenant à Mouline & Company, une société qui avait jusque-là géré les plantations de noix de coco dans les îles Chagos.

«  Nous sommes montés à bord de la goélette avec juste une grande valise et deux matelas, puis nous sommes descendus au Port de Victoria Long Pier, » a-t-elle déclaré dans une interview accordée  à la SNA.

Christianne a déclaré que sa famille alors démunie avait été hébergée par un oncle résidant à Mont Buxton, une banlieue de Victoria, jusqu'à ce qu'ils puissent se permettre de prendre leur propre logement.

On estime que près de 1.500 Chagossiens ont été déplacés de force vers Maurice et 500 aux Seychelles entre 1967 et 1973.

 

 

Des eaux cristallines remplies de poissons et de tortues : telle est la manière dont le groupe a  décrit l'environnement naturel de l'archipel, qui fait partie du territoire britannique de l’Océan Indien, une des plus grandes réserves marines au monde où la pêche est interdite.(Alvin Tirant) Photo license: All Rights Reserved

Pour Alvin Tirant, un autre membre du groupe, c’était son second voyage vers les îles Chagos. Il avait déjà fait partie du premier groupe autorisé à se rendre là-bas en 2006, lorsqu’il avait remplacé sa mère, Josianne Vel (originaire). Cette dernière est maintenant âgée de 60 ans.

Lors de ce deuxième voyage, Alvin, qui est un descendant de première génération, a assisté et escorté le groupe de Chagossiens. 

Chagos est constitué de sept atolls qui regroupent plus de 60 îles au total. Sa superficie totale est de 56 kilomètres carrés. Diego Garcia est l’île principale.

Les Chagossiens assistent à un service religieux donné par un aumônier militaire américain dans l'église principale de Diego Garcia, qui a été relativement bien entretenue malgré quelques signes de dégradations extérieures. (Alvin Tirant) Photo license: All Rights Reserved

Le groupe a également visité les îles auparavant inhabitées de Peros Banhos et Salomon.

« Je suis impressionné par la beauté immaculée de toutes ces îles. Même sur Diego, il n’y avait pas de signe apparent de pollution sur les sites qu'ils nous ont permis de visiter sous escorte, a déclaré Alvin à la SNA.

Le groupe a ramené des photographies du grand lagon, regorgeant de poissons, tortues et autres animaux marins.

Les autres bâtiments du passé de l'archipel, en particulier ceux sur Perhos Banhos et Salomon, étaient totalement en ruine. (Alvin Tirant) Photo license: All Rights Reserved

Bien qu’Andrew Bruckner, le scientifique en chef de la « Fondation Khaled bin Sultan Living Oceans », ait récemment rapporté la preuve du blanchissement des coraux en raison de la hausse des températures de l'océan, les îles du territoire britannique de l’Océan Indien sont connues pour avoir l'un des plus sains systèmes de récifs au monde,

Les Chagossiens ont également visité la maison de la principale plantation appelée «Grann Kaz », des cimetières et une chapelle bien entretenue.

Christianne et Alvin ont tous les deux confiés à la SNA que bien qu’il y ait eu un effort de fait pour réhabiliter certaines structures de Diego Garcia, les bâtiments sur Peros Banhos sont totalement abandonnés et délabrés.

L'île est complètement envahie par la végétation et après avoir voyagé en canot pour visiter la «Grann Kaz », qui est elle-même en état de délabrement, ils ont découvert qu'il était impossible de poursuivre la visite à l'intérieur des terres. Le groupe a dû se rendre à l'autre côté de l'île en canot pour se rendre au cimetière.

Cependant sur l’île Salomon, les Chagossiens ont été surpris de voir cinq yachts ancrés au large. Il y avait même un filet de volley-ball tendu sur la plage.

 

Les Chagossiens ont été consternés et blessés de constater que des déchets non-biodégradables avait été jetés sur l'île Salomon par des plaisanciers, indifférents au panneau indiquant aux visiteurs de prendre leurs déchets avec eux quand ils partent. Toute personne ayant un yacht et souhaitant  jeter l'ancre au large de la côte Salomon doit demander l'autorisation de l'Administration du territoire britannique de l’Océan Indien, qui réclame ensuite une petite commission journalière.  (Alvin Tirant) Photo license: All Rights Reserved

 Alvin a déclaré avoir demandé si les non-Chagossiens sont autorisés à venir sur l'île, étant donné que les natifs Chagossiens sont toujours interdit de visite à l’exception des séjours strictement contrôlés comme celui-ci.                                                                                                      

« Le service d’escorte nous a dit que les plaisanciers étrangers demandent fréquemment des autorisations à l'administration du territoire britannique de l’Océan Indien et les obtiennent sous condition de payer une cotisation. Ils sont alors autorisés à rester pendant une certaine durée », a déclaré Alvin à la SNA.

Ce qui expliquerait pourquoi Salomon semblait si bien entretenu comparé à Peros Banhos, avec des sentiers sillonnant l'île.

Les Chagossiens ont toutefois été consternés lorsqu’ils sont passés sur un tas d'ordures non biodégradables juste sous un panneau invitant les visiteurs à récupérer leurs déchets.

« Pour nous cela paraissait évident que la situation n’était pas bien surveillée », a déclaré Alvin.

Cependant les Chagossiens ont tous été unanime que si l’opportunité leur était donnée de retourner sur leurs îles, ils accepteraient volontiers à condition que les infrastructures, comme les routes, l'approvisionnement en eau et en électricité soient mises en place.

 « Je pense qu'il y a un énorme potentiel, en particulier pour le tourisme », a déclaré Alvin.

Un nombre non négligeable de la population exilée a décidé d’aller au Royaume-Uni après avoir reçu la possibilité d’obtenir la citoyenneté britannique en 2001. Ce qui est le cas d’environ 1 400 personnes.

Les Chagossiens qui ont été envoyés aux Seychelles ont seulement reçu une indemnité de départ équivalant à leur durée de contrat résiduel. Ceux qui ont été envoyés à l'île Maurice ont finalement reçu un petit règlement en espèces du gouvernement britannique.

En 1979, un procès a été ouvert pour négocier plus de compensation. Suite à cela, le gouvernement britannique a offert 4.000.000  de livres sterling (6 M $) pour les Chagossiens survivants, mais seulement à condition que l'affaire soit annulée et que tous les Chagossiens signent un document  stipulant qu’ils renoncent « complètement et définitivement » à tout droit à revenir sur l’île.

 

l'île principale de Diego Garcia abrite actuellement la plus grande base militaire américaine en dehors du territoire américain. Les canons massifs qui sont en place sur Diego depuis l’attaque japonaise de 1944 pour protéger les contingents de la Royal Navy et la Royal Air Force témoignent de la présence importante de la forte présence militaire américaine sur le sol de Diego Garcia depuis la seconde Guerre mondiale.(Alvin Tirant) Photo license: All Rights Reserved

Cependant, les Chagossiens n’ont jamais renoncé à revenir un jour sur les îles paradisiaques qui furent autrefois leur « foyer ».

 

 

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: Chagos, Maurice

More from Actualités Nationales →

Related Articles

general →

Top news


Archives

» Advanced search