Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Dansons! Des danseurs régionaux ont partagé leur expertise et allié leur talent lors de la biennale de danse des Seychelles

Victoria, Seychelles | September 7, 2015, Monday @ 21:41 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Julia Malbrook, Sharon Uranie et Séverine Martin | Views: 1020
Dansons! Des danseurs régionaux ont partagé leur expertise et allié leur talent lors de la biennale de danse des Seychelles

Des danseurs des Seychelles, de la Réunion, de Madagascar et de Rodrigues se sont produits ensemble dans un spectacle de deux heures, après avoir partagé leurs expériences en matière de danse et appris de nouvelles techniques durant deux semaines.  (Patrick Joubert, Seychelles News Agency)

Photo license  

(Seychelles News Agency) - Des déhanchés, virevoltes, balancés, pas de deux et des prouesses réalisées sur des rythmes de danse classique, moderne, jazz, hip-hop, traditionnelle et contemporaine. Le tout agrémenté par un mélange de couleurs, de sons et de mouvements allongés pour raconter une histoire particulière.

Les danseurs ont offert au public un spectacle de plus de deux heures samedi dernier au Centre international de conférences de Victoria, la capitale des Seychelles.

Le spectacle a mis en scène près de 25 amateurs et passionnés de danse professionnels. Ce fut l’aboutissement à la suite de deux semaines de partage d'expériences et d'apprentissage, à l’occasion de la 8ème Biennale de danse des Seychelles.

La biennale est organisée par l'école de danse, qui relève du Conservatoire National des Arts et du Spectacle.

« Caution » ce fut l'une des trois chorégraphies présentées par la troupe de danse des Seychelles, avec un groupe de jeunes gens et de jeunes femmes habillés en ouvriers de chantier qui se déplacent au rythme des klaxons, des sons de forage, culminant sur un fond instrumental dramatique de piano. 

Les danseurs seychellois ont également présenté une danse rythmée connue sous le nom de «Sega » et la danse traditionnelle «kanmtole » [des danses traditionnelles d'origine européenne] fusionnées avec des pas de danse traditionnelle de Rodrigues. Rodrigues fait partie du territoire de l'île Maurice, une île voisine de l’Océan Indien.

La troupe de danse Seychelloise qui a participé à la Biennale de 2015. (Patrick Joubert, Seychelles News Agency) Licence photo : CC-BY

La compagnie de danse Tahala venue de Madagascar a choisi d'effectuer un mélange de ballet alliant du jazz et du hip-hop. Quant aux danseurs de Rodrigues, ils ont présenté un medley mettant en vedette plusieurs danses traditionnelles très rythmées de l'île.

« C’est la première fois que notre groupe apprend la danse classique. A Madagascar, on apprend principalement le hip-hop et d’autres danses modernes… Cela nous a été bénéfique car ça nous a permis d’apprendre d’autres techniques, » a déclaré à la SNA un représentant de la troupe de danse de Madagascar.

De son côté, l’île de la Réunion, un département Français de l’Océan Indien, a présenté un ballet de danse très physique, avec des mouvements allongés très élégants.

La Fédération régionale de danse de l’île de la Réunion présentant un ballet de danse. (Patrick Joubert, Seychelles News Agency) Licence photo : CC-BY 

Bien que ce ne fût pas salle comble, ceux qui étaient présents au spectacle ont été très impressionnés par la performance.

« Le spectacle était très intéressant et très beau comme d’habitude. J’adore danser donc j’ai aimé toutes les prestations. Je suis une fervente supportrice des Biennales. J’ai assisté à tous les spectacles depuis le début, » a confié à la SNA, une femme d’une quarantaine d’années.

Curieusement, les ressortissants des îles participantes résidant en ce moment aux Seychelles sont également venus soutenir les danseurs de leurs pays d’origine.

« Le spectacle donne envie aux gens de danser, même à ceux qui ne savent pas danser. J’ai vu que la danse contemporaine est à un niveau élevé. Je fais partie d’un groupe de danse malgache aux Seychelles, et juste en regardant le spectacle j’ai appris de nouvelles techniques. »

La représentation de Madagascar était un mélange de jazz et de hip-hop. (Patrick Joubert, Seychelles News Agency) Licence photo: CC-BY

Le spectacle a atteint son apogée avec une pièce mise en scène par la chorégraphe britannique Charlotte Pook, qui a proposé une combinaison des différentes techniques que les danseurs avaient appris durant les deux dernières semaines.

« Ce fut une expérience incroyable… Ils [les danseurs] étaient très disponibles, engagés et passionnés. Cela a rendu facile l’apprentissage des techniques et ça leur a permis d’apporter leur style à leur travail, » a déclaré Pook à la fin du spectacle.

La chorégraphe professionnelle est convaincue que chaque île a apporté des éléments différents qui se complètent les uns avec les autres.

« Les Seychelles ont une vision claire de leur travail, ils font preuve de discipline et sont très conscients de leur positionnement dans l’espace. Beaucoup de passion et des énergies multiples sont apportées par Madagascar. L’île de la Réunion est très technique et ils sont très bons sur les mouvements allongés. Il y a beaucoup de plaisir dans les danses de l’île de Rodrigues. C’est pourquoi, voir les quatre îles participer a rendu mon travail avec les différents groupes génial. »

Pook avait demandé à venir en tant que chorégraphe internationale invitée pour la biennale de cette année. Elle a affirmé qu’elle s’était à la fois concentrée sur ce qu’elle pourrait apporter aux danseurs et sur ce qu’ils pourraient lui donner.

« Il y a de vrais talents. Une des choses que j’ai apprise aux Seychelles, c’est que les gens sont demandeurs et qu’ils ne veulent pas juste être payés pour ça. Ils sont clairement ici pour profiter des plaisirs de la danse. Ils progressent et quand vient le moment de réaliser la performance ils l’élèvent à un autre niveau. Certains peuvent définitivement devenir professionnels. »

Pook est titulaire d’un diplôme de danse et de théâtre mais aussi d’un Master en représentation de danse de Trinity Laban, le Conservatoire de Musique et de Danse contemporaine de Greenwich, à Londres.

Rodrigues a proposé davantage des danses traditionnelles. ( Patrick Joubert, Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY 

Produite pour la première fois en 1997, la biennale de danse des Seychelles, comme son nom l’indique, a lieu tous les deux ans dans l’archipel de l’Océan Indien. Elle sert de plateforme d’échanges culturels pour tous les passionnés de danse que ce soit au niveau local, régional et même international, permettant ainsi aux participants de découvrir et partager un variété de types de danses et de techniques.

« Son objectif est aussi d’attirer davantage de personnes à apprécier la danse et à recruter de nouveaux passionnés de danse, » a déclaré lors d’une interview accordée à la SNA, Ruth Barbe, une chorégraphe travaillant à l’école de danse des Seychelles et qui est également membre du comité organisateur.

Les deux semaines de participation à la biennale de danse furent une expérience enrichissante pour tous les danseurs.

« Chez nous, nous apprenons des danses traditionnelles de Rodrigues, nous apprenons le Sega moderne, les danses traditionnelles et le hip-hop. Au début, c’était un peu plus difficile pour la danse contemporaine, mais maintenant nous nous y sommes habitués. Nous avons également été initiés aux danses traditionnelles des Seychelles, qui sont très similaires aux nôtres et très rythmées. Cela n’a pas été trop difficile pour nous de les apprendre, » a déclaré Francine Lalanne de Rodrigues.

Denis Rose, le danseur et professeur Seychellois, a beaucoup apprécié le fait que bien qu’ils soient très jeunes, le groupe de danseurs était très compétent.

« Ces sessions sont idéales pour moi car je veux me spécialiser en danse contemporaine. Par le passé, j’ai eu la chance de découvrir la danse contemporaine de Madagascar et un peu celle de la Réunion. Donc je profite pleinement de la venue de la chorégraphe invitée. Le style est intéressant ; c’est très nouveau pour moi, c’est un mélange de classique et de contemporain abstrait. C’est un véritable défi, mais je préfère profiter de l’expérience. »

Charlotte Payet de l’île de la Réunion a décrit la formation comme une opportunité de s’enrichir et d’apprendre comment la danse peut élargir ses horizons personnels.

« Cette année l’île de la Réunion a organisé une Biennale mais ce n’était pas la même chose qu’aux Seychelles. C’est plus un spectacle pour réunir toutes les écoles de danse. Néanmoins, nous avons le même objectif ; c’est apprendre de chacun un style de danse unique. »

D’après Charlotte, il y a peu d’opportunité pour un danseur à la Réunion de progresser suffisamment pour devenir professionnel comparé aux danseurs qu’elle a vus aux Seychelles qui ont étudié à des niveaux universitaires.

Par exemple, le chorégraphe Seychellois Ruth Barbe, a une licence de danse de l’Académie d’Arts scéniques de l’université Edith Cowan. Quant à Joël Rose, il a étudié au Conservatoire de Musique et de danse de Greenwich à Londres.

La chorégraphe britannique Charlotte Pook (au centre) dansant aux côtés des chorégraphes Seychellois Ruth Barbe (à droite) et Joël Rose (à gauche). ( Patrick Joubert, Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY 

Depuis 1997, une seule biennale n’a pas eu lieu et l’année qui suit chaque biennale permet de mettre à disposition des danseurs locaux avec une expérience similaire dans un pays étranger.

En dehors de l’île Maurice, de Madagascar et de la Réunion, la Biennale de danse des Seychelles a vu depuis plus de dix-huit ans la participation de danseurs venant de Chine et de Singapour et a accueilli des chorégraphes d’Afrique du Sud, de France, Singapour et Madagascar.

 

La SNA présente une collection de photos prise lors de la Biennale de danse des Seychelles qui a lieu samedi dernier. (Patrick Joubert, Seychelles News Agency) Licence photo : CC-BY 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: biennale, Rodrigues, danseur, danse

More from Actualités Nationales →

Related Articles

general →

Top news


Archives

» Advanced search