Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Les sites du patrimoine mondial de l'UNESCO aux Seychelles reconnus comme des modèles pour lier le patrimoine culturel et la nature.

Seychelles | November 1, 2015, Sunday @ 22:20 in En français » ARTS & CULTURE | By: Sharon Meriton Jean, Betymie Bonnelame et Rassin Vannier | Views: 3019
Les sites du patrimoine mondial de l'UNESCO aux Seychelles reconnus  comme des modèles pour lier le patrimoine culturel et la nature.

La Vallée de Mai, à Praslin, là où pousse le Coco de Mer, la plus grosse graine au monde, endémiques des Seychelles(Gerard Larose, STB) 

(Seychelles News Agency) - La gestion des deux sites du patrimoine mondial de l'UNESCO aux Seychelles pourrait être utilisée comme un modèle dans le monde, sur la façon de lier la culture et le patrimoine.

Ce fut une déclaration faite par Sue Millar, le président du Comité international de tourisme culturel (CTIC) du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), lors d'une visite de travail dans l’archipel.

" non seulement vous avez une très bonne gestion des visiteurs, une très bonne gestion de la conservation, mais vous êtes dans l'avant-garde ici à la Vallée de Mai, à Praslin, sur la façon de lier la culture et le patrimoine, vous nous permettez d’élargir notre compréhension du monde ... pas d'un côté la nature et de l'autre la culture, mais, comment ils peuvent corréler ", a dit Millar. 

 
Sue Millar, le président du Comité international de tourisme culturel (CTIC) du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), lors d'une visite de travail dans l’archipel ( Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY

L'archipel des Seychelles de 93.000 personnes a deux sites naturels répertoriés au patrimoine mondial de l'UNESCO; la réserve naturelle de la Vallée de Mai et l'atoll d'Aldabra. Distante de près d'un millier miles l’un de l'autre, les membres du comité se sont rendus dans la Vallée de Mai, à Praslin, là où pousse le Coco de Mer, la plus grosse graine au monde, endémiques des Seychelles.

Millar a également félicité la Fondation des Îles Seychelles (SIF), qui gère les deux sites, pour leur «continue» et «réussite» en fusionnant le tourisme avec un site naturel.

La directrice générale de la Fondation, Frauke Fleischer-Dogley a dit à la SNA; «Nous sommes fiers au SIF que des organisations comme celles-ci soient impressionnées par notre travail et nous demandent si nous pouvons leur être utilisés comme modèles."

Elle a ajouté que ce n'est pas la première fois qu'ils ont été félicités pour le travail efficace qu'ils ont fait. Ils ont également été salués par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et classé très efficace pour gérer et protéger les deux sites du patrimoine mondial en décembre de l'année dernière.

Le comité de l'ICOMOS qui comprenait également des spécialistes en archéologie était également aux Seychelles pour évaluer la possibilité que «les ruines de Mission » pourraient devenir un troisième site du patrimoine mondial de l’UNESCO. 

 
 "Les ruines de Mission avec une vue panoramique sur les montagnes de sans souci  (Patrick Joubert, Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY

Le ministère de la Culture des Seychelles a présenté la candidature des «ruines de la mission,« située dans les montagnes de Sans Souci dans le district de Port Glaud, en février 2013.

Cette nomination a reçu le soutien de la Fondation du patrimoine des Seychelles qui gère le site.

Patrick Nanty, le directeur général de la Fondation du patrimoine et également membre de la commission internationale du tourisme culturel de l'ICOMOS.

Nanty a déclaré que son double rôle, en tant que chef de la fondation et membre du comité international, a contribué à faire venir les spécialistes pour effectuer l'évaluation.

«Ils apportent leur expertise en allant sur le terrain et font leurs études, ce sont des experts dans le domaine, comme l'archéologie, certains sont des historiens afin qu'ils puissent aider un pays faire un meilleur projet», a expliqué Nanty.

Bien que réticent à parler du site de Mission, Millar a dit que les membres présenteront leurs conclusions à l'UNESCO bientôt.

"Nous sommes très favorables ... nous pensons qu'il y a beaucoup de possibilités .... Mais nous attendons encore les détails. Nous ne sommes pas ici pour faire des commentaires. Nous sommes ici en tant que comité chargé d'examiner les possibilités et c’est ce que nous faisons. "

Pour les Seychelles, « Misson » a une valeur historique et culturelle importante lors de la colonisation des îles. C’est arrivé, en 1875 lorsque les esclaves africains amenés dans l'archipel ont été libertés

Avoir un autre site du patrimoine mondial, aux Seychelles, peut apporter des avantages directs, juste le nom du patrimoine est assez pour élever l'image du pays, a dit Nanty.

« Les gens qui sont intéressés par ce genre de choses, voudront le visiter... cela attire aussi des gens qui font de la recherche ", a-t-il ajouté.

Pour un petit État insulaire en développement, comme les Seychelles, qui dépendent en grande partie sur le tourisme, ce sera un atout supplémentaire.

 
Le site qui comprend des ruines et un cimetière, où les enfants des esclaves libérés ont été enterrés, est devenu un monument national, en 1984.   (Patrick Joubert, Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY

Le site qui comprend des ruines et un cimetière, où les enfants des esclaves libérés ont été enterrés, est devenu un monument national, en 1984.

La visite de la délégation aux Seychelles a également coïncidé avec le 50e anniversaire de l'ICOMOS.

ICOMOS est une organisation internationale non gouvernementale créée en 1965 pour la protection et la conservation des monuments et sites à travers le monde.

Arts & Culture » Be a reporter: Write and send your article
Tags: ICOMOS, coco de mer, Vallee de Mai, Mission, Aldabra, SIF, heritage

More from Arts & Culture →

Related Articles

environment →

Top news


Archives

» Advanced search