Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Je mettrai tous mes efforts dans la consolidation de la paix, la sécurité, la stabilité, l’unité nationale et le développement durable » James Michel candidat présidentielle aux Seychelles.

Victoria, Seychelles | November 30, 2015, Monday @ 12:15 in En français » POLITIQUE | By: Rassin Vannier | Views: 1560
Je mettrai tous mes efforts dans la consolidation de la paix, la sécurité, la stabilité, l’unité nationale et le développement durable » James Michel candidat présidentielle aux Seychelles.

James Michel candidat du parti Lepep au pouvoir aux Seychelles ( Parti Lepep)

Photo license  

(Seychelles News Agency) - Dimanche le 29 novembre, le parti Lepep a organisé son dernier grand rassemblement à Victoria la capitale des Seychelles dans le cadre de la campagne électorale, pour les élections présidentielles du 3,4,5 décembre.

Le président James Michel, 71 ans, brigue un troisième et dernier mandat.

En 2006 il avait remporté les élections avec 53, 73% et en 2011 il avait obtenu 55,46 %.

Depuis le retour du multi parti en 1993, le parti au pouvoir a remporté, toutes les élections présidentielles dès le premier avec plus de 54%. 

Pour la première fois cette année, il y a un nombre record de 6 candidats.

Dans le cadre de la campagne électorale, la SNA vous propose une interview avec tous les candidats à l’exception de Philippe Boulle, candidat indépendant qui nous a informé qu’il n’avait pas le temps de faire une Interview, car son emploi du temps était chargé.

 

SNA: C’est votre dernière élection présidentielle comment l’appréhendez- vous?

JM: Je reste très serein. Je suis confiant et déterminé à continuer à servir mon pays du mieux que je peux. Il n'y a pas de mission plus exaltante que de servir son pays.

 

SNA: Qu’est ce que vous proposez de nouveau aux seychellois dans votre manifeste?

JM: Je me suis engagé, et nul ne peut l'ignorer ou le contester aujourd'hui, pour le progrès de mon pays, pour la démocratie et la bonne gouvernance. L'étape dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui est un signe éloquent, je dirai même rassurant, des progrès considérables faits par notre pays. J’ai été toujours clair dans mes choix pour le bien-être des Seychelles. Nous avons redressé notre économie et cela sans remettre en cause notre modèle social et je souhaite continuer dans cette voie. Je souhaite bien entendu poursuivre et accélérer les réformes engagées.  Je mettrai tous mes efforts dans la consolidation de la paix, la sécurité, la stabilité, l’unité nationale et le développement durable, gages d’un avenir serein. Chacun a sa part de responsabilité à assumer. Il faut continuer à renforcer la confiance des Seychellois en leur avenir. Voilà ce que représente notre manifeste.

 

SNA: Quel sera votre atout (en terme de proposition) dans cette élection ?

JM: Mon expérience politique et la confiance que m’accorde le peuple. Mais surtout mon bilan et nos acquis qui sont suffisamment parlants.

 

SNA: Durant la pré campagne, vous avez rencontré beaucoup de petites entreprises. Pourquoi ?

JM: La croissance de l’emploi, la responsabilisation sociale des entreprises et la promotion de l’esprit entrepreneurial seychellois vont de pair et sont au cœur de nos priorités de développement humain. A cette fin, nous entendons renforcer les possibilités d’investissement des PME en développant les facilités d'accès au micro crédit.

Dimanche le 29 novembre, le parti Lepep a organisé son dernier grand rassemblement à Victoria la capitale des Seychelles dans le cadre de la campagne électorale, pour les élections présidentielles du 3,4,5 décembre. (Rassin Vannier, Seychelles News Agency) Photo license: CC-BY

SNA: Pourquoi est-ce que vous avez décidé de vous présenter comme candidat et ne pas laisser un autre membre du parti prendre le relais ?

JM: J'estime avoir la responsabilité de continuer les réformes engagées. J’estime que le parti aussi a compris que j’ai encore cette passion, cette force, cette détermination sans compter l’expérience acquise pendant toutes ces années au service de mon pays, pour poursuivre l’œuvre mise en route. Nous avons incontestablement fait de grands pas pour le développement, la modernisation de notre économie  et la démocratie. Faut-il dresser le bilan positif de mon gouvernement? Mon parti et le peuple seychellois m'ont donné leur confiance. C'est de cette confiance dont je me réclame aujourd'hui dans l’intérêt de la nation pour poursuivre dans la voie dans laquelle nous nous sommes engagés. J’ai la conviction profonde que nous avons encore beaucoup à faire pour assurer à notre pays le rayonnement qu’il mérite.

 

SNA: L'arrivée de Pat Pillay, un ancien membre de votre gouvernement dans cette élection… est-ce que cela peut vous gêner ?

JM: Pas du tout ! Je souhaite toutefois un peuple apaisé et rassemblé, et la confiance est la clé de tout succès. Les concurrents sont mes adversaires politiques et non des ennemis. Nous avons besoin d'une opposition et d'un gouvernement forts pour consolider nos acquis mais il nous faut une opposition crédible, responsable et non pas vindicative, haineuse, revancharde et intolérante.

 

SNA: Au début de l’année vous avez dit à la presse mauricienne que l’opposition aux Seychelles était divisée et faible. Depuis il y a eu des nouveaux partis qui se sont créés et c’est la première fois qu’il y a tant de candidats. Est-ce que vous pensez que c’est toujours le cas ?  

JM: Je me bats aujourd'hui comme hier pour une vision commune, une vision axée sur le développement économique et humain, une vision axée sur la transmission aux générations futures d'un patrimoine fondé sur les notions de respect mutuel, d'humilité, de partage, d'humanisme... Ce n'est tout de même pas à moi, en qualité de candidat, de porter des jugements de valeur sur les stratégies politiques des uns et des autres. Ce sera au peuple d'en décider par les urnes, sur la base de nos programmes politiques respectifs.

« Ce qui me tient à cœur – et qui me tiendra toujours à cœur – c’est le progrès et le bien-être du peuple seychellois dans un climat de paix, » Michel (Rassin Vannier, Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY

SNA: Comment avez-vous vu le débat qui a lieu pour la première fois cette année dans les médias sociaux ?

JM: Il est toujours rassurant de voir nos concitoyens débattre et exposer leur idées, leur opinion, mais naturellement lorsqu'il s'agit de débats faits dans la tolérance et le respect des autres. Nous pouvons clamer haut et fort que la liberté d'expression est vibrante aux Seychelles, malgré le fait qu'elle dépasse souvent les limites de la civilité et du respect. Mais j'ai confiance que les choses vont s'améliorer. Pour cela il nous faut apprendre à débattre dans la tolérance et le respect mutuel. Il faut également mettre en place des relais communautaires pour le renforcement des programmes existants d'éducation civique, notamment dans les écoles.

 

SNA: Vu que cela sera votre dernier mandat, est-ce qu’il y quelque chose qui vous tient à cœur à réaliser ?

JM: Ce qui me tient à cœur – et qui me tiendra toujours à cœur – c’est le progrès et le bien-être du peuple seychellois dans un climat de paix, de stabilité, de respect mutuel et dans l’unité nationale.

 

SNA: C’est quoi vos prédictions pour cette élection ? (1er, 2e et 3e)

JM: Je n’ai aucun doute à propos de l’issue de cette élection. J’ai confiance dans la maturité et la sagesse du peuple seychellois. J’en sortirai vainqueur. Pour ce qui concerne mes adversaires, je ne voudrais pas m’aventurer dans ce genre de pronostic!

 

SNA: S’il y a un deuxième tour comme beaucoup le prétendent, avec qui le Parti Lepep va-t-il faire alliance ?

JM: Vous dites bien : « certains le prétendent »! Pour moi, la question ne se pose même pas. Parce que tout simplement, il n’y aura pas de deuxième tour. 

Politique » Be a reporter: Write and send your article
Tags: élections présidentielles, James Michel, Lepep

More from Politique →

Related Articles

general →

Top news


Archives

» Advanced search