Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Jivan Shah : Un Seychellois légendaire regretté par ses proches et des anonymes

Victoria, Seychelles | March 7, 2016, Monday @ 19:57 in En français » ARTS & CULTURE | By: Julia Mabrook, Betymie Bonnelame, et Severine Martin | Views: 2454
Jivan Shah : Un Seychellois légendaire regretté par ses proches et des anonymes

Portrait de Kantilal Jivan Shah, assis à son bureau dans sa boutique à Victoria, la capitale des Seychelles, en octobre 2009. (Wikimedia) Licence photo : (CC BY-SA 3.0)

(Seychelles News Agency) -  Des personnes du monde entier se rendent toujours aux Seychelles pour rechercher un des gourous de la nation insulaire, Kantilal Jivan Shah, malgré qu’il soit décédé depuis plus de cinq ans.

Décrit comme un pionnier de la conservation aux Seychelles, Kantilal, que les résidents appellent affectueusement « Kanti » était aussi un artiste, sculpteur et photographe. Il enseignait aux habitants de l’île comment cuisiner végétarien et on venait le consulter pour sa capacité à lire les lignes de la main.

Son fils unique, Nirmal Shah, a confié à la SNA que son père était fier de son travail sur les îles.

« Mon père n’était pas un homme qui était fier de ses richesses ou des nombreuses personnes importantes et riches qu'il connaissait. Il était fier de sa situation aux Seychelles, une position qui lui permettait d’aider le peuple Seychellois et de promouvoir les Seychelles », a déclaré Nirmal Shah.

Des personnes venant de l'étranger viennent encore aux Seychelles, un groupe de 115 îles dans l'océan Indien occidental, à la recherche de son père, a déclaré Nirmal. Les visiteurs rendent régulièrement hommage à Kantilal, a-t-il ajouté.

 
      Kantilal Jivan Shah était un homme aux multiples talents : un bon photographe, un homme d'affaires, numismate, historien, naturaliste, collectionneur d'art, herboriste, un cuisinier etc. (Nirmal Shah) Licence photo : CC-BY               

« C’est difficile pour nous. Ils viennent le voir à la boutique et quand ils se rendent compte qu'il n'est plus parmi nous, ils craquent et les souvenirs de lui refont surface. Cinq ans après sa mort, nous ne pouvons pas faire notre deuil parce que les gens parlent encore de lui », dit Nirmal.

Kantilal Jivan Shah est décédé en 2011 à l’âge de 88 ans.

Léon Radegonde, un Seychellois âgé d’une soixante d’année, a déclaré que Kanti l'avait encouragé à poursuivre la peinture quand il était jeune, en achetant deux de ses tableaux.

« Voilà comment nous sommes devenus amis, » a déclaré Radegonde. « Il vouait une passion aux Seychelles, qu’il avait retranscrit à travers sa collection historique et ses photographies... Il me manque mais c’est comme s'il était toujours là parce que je viens souvent dans sa boutique et je regarde cette photo de lui. »

Kantilal n’était pas seulement populaire aux Seychelles, mais c’était aussi une personnalité auprès des médias internationaux.

« Il a été cité dans des journaux en Allemagne, au Royaume-Uni et même en Amérique. Je me souviens d’un programme allemand qui l’avait présenté en train de faire un massage. Il avait de multiples talents et compétences. »

Nirmal décrit le décès de son père comme un évènement qui les a tous laissé en état de choc et qui a laissé derrière lui un précieux héritage. Encore aujourd'hui, dit-il, il reçoit toujours des lettres provenant de personnes que son père avait aidé.

 

 
    Pour ceux qui souhaitaient connaitre l'avenir, « Kanti » était souvent consulté pour sa capacité à lire les lignes de la main (Nirmal Shah) Licence photo : CC-BY                 

 

Un Seychelloisdans l’âme

Malgré le fait qu’il ne soit pas né aux Seychelles, Kantilal était un Seychellois dans l’âme et dans ses habitudes de vie. Il a grandi et étudié aux Seychelles. Il a dirigé l’entreprise familiale et a pris soin de ses deux frères quand son père est décédé. La famille Shah s’est installée aux Seychelles, en tant que commerçants, en 1890. Ils venaient de la province du Gujarat en Inde.

De nombreuses personnes décrivent Kantilal comme un homme très curieux qui a su imposer sa personnalité dans l'histoire des Seychelles, dans différents domaines tels que l'art, la culture et l'environnement.

L'historien fut la première personne à faire des calendriers de couleur pour le gouverneur des Seychelles ainsi que les premières cartes postales colorées en utilisant ses propres photographies.

Les résidents et les étrangers lui rendaient visite dans sa boutique coloniale achetée en 1925 au cœur de Victoria, pour avoir des conseils et connaître leur avenir. Le dernier étage abritait sa maison et les bibliothèques.

Homme d'affaires, Kantilal Jivan Shah, s’était également intéressée à la société seychelloise.

 
     Une vue du bâtiment à l’architecture créole traditionnelle situé au cœur de Victoria, où se tient toujours la boutique coloniale achetée en 1925 par Kantilal Jivan Shah. (Joe Laurence, Seychelles News Agency) Licence photo : CC-BY          

 

« Il ne donnait pas simplement de l'argent comme le font les hommes d'affaires modernes, mais il a consacré toute sa vie à la vie sociale des Seychelles,» a déclaré Nirmal.

Son fils Nirmal a déclaré : « je serais ravi d’exposer sa bibliothèque, ses collections de coquillages et de timbres. J'aimerais faire un musée pour présenter sa vie et sa passion des Seychelles. »

 

Un homme qui vouait une avec une passion intense aux Seychelles

Kantilal était la personne à contacter lorsque des scientifiques souhaitaient visiter les Seychelles. Les scientifiques se rendaient à son domicile et plus tard en compagnie de son fils Nirmal, ils les accompagnaient sur les différents sites de recherche.

Nirmal affirme que c'est ce qui l’a aidé à devenir la personne qu'il est aujourd'hui.

« C’est ce qui m'a donné envie d’exercer cette profession. Depuis l'âge de 5 ans j'accompagnais mon père lors de ces voyages avec les scientifiques. A l’âge de 10 ans, je connaissais la liste complète des noms scientifiques des poissons et des coquillages des Seychelles. Mon père m'a offert une enfance totalement unique. »

 

 
  Sa passion pour la cuisine, en particulier végétarienne, était aussi une chose que Kantilal Jivan Shah a partagée avec de nombreuses personnes aux Seychelles. (Nirmal Shah) Licence photo : CC-BY     

Nirmal a également partagé une autre passion de son père.

« Par exemple,  il était intéressé par les plantes médicinales. Je suis également intéressé par cela, par conséquent, c'est ce qui m'a motivé à créer ce jardin médicinal que nous avons ici chez Nature Seychelles, une organisation non gouvernementale. »

Nirmal a déclaré que pour toutes les personnes qui pensent à son père ou qui veulent venir aux Seychelles pour lui rendre visite : « souvenez-vous de lui comme un grand homme qui a touché la vie des gens. Il a inspiré de nombreuses personnes à faire des choses positives. Souvenez-vous de lui comme un homme au grand cœur, qui n’avait aucun préjugé envers quiconque. »

Arts & Culture » Be a reporter: Write and send your article
Tags: Kantilal Jivan Shah, Nirmal Shah, Leon Radegonde, Inde

More from Arts & Culture →

Related Articles

environment →

Top news


Archives

» Advanced search