Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Victoria
27°C
Go to mobile version:

Les Seychelles cherchent à mettre la danse 'Tinge' qui est en voie de disparition sur la liste de l'UNESCO

Victoria Seychelles | May 26, 2016, Thursday @ 15:30 in En français » ARTS & CULTURE | By: Patsy Athanase, Sharon Uranie et Rassin Vannier | Views: 1780
Les Seychelles cherchent à mettre la danse 'Tinge' qui est en voie de disparition sur la liste de l'UNESCO

 Landry a maintenant décidé d'enseigner à ses deux jeunes fils, Leandro et Darrel, qui ont pris goût à la Tinge. (Joena Bonnelame, Seychelles News Agency)

(Seychelles News Agency) - Un document publié récemment met en avant, la nécessité de préserver la Tinge - une danse traditionnelle qui est en train de disparaître de l'héritage culturel des Seychelles.

La publication - «Le rôle du folklore et de la musique dans la promotion et la préservation de la culture - Un accent particulier sur le Tinge," a été lancée mercredi dans le cadre de «Fet Afrik -, une célébration annuelle d'une semaine rendant hommage à l'héritage africain.

Cindy Moka de l'Institut Créole International a dit à la SNA que le document peut maintenant être utilisé pour aider les Seychelles dans sa quête pour obtenir une reconnaissance internationale pour la préservation de cette danse.

"C’a été difficile pour la Tinge d’obtenir une reconnaissance comme le Moutia (une danse populaire traditionnelle), parce que contrairement au moutia, il n'est pas populaire et donc pas pratiqué," a dit Moka à la SNA.

Moka a coordonné un forum sur les danses  traditionnelles des Seychelles, en octobre 2014, lors du Festival créole, et la Tinge était le point principal.

Le document préparé par l'Institut créole International  et l'Université des Seychelles a pris en considération les discussions qui ont eu lieu sur l'histoire de la danse, la façon dont elle a été  pratiquée et des recommandations sur la façon de promouvoir auprès des jeunes générations, pour assurer sa survie.

Les Seychelles cherchent à constituer un dossier demandant à UNESCO, d’inscrire la Tinge sur sa liste des danses à préserver.

Gaetan Landry (à gauche) avec les représentants de l'Institut créole international et de l'Université des Seychelles - les deux institutions qui ont contribué à la préparation du document   (Joena Bonnelame, Seychelles News Agency) Licence photo : CC-BY                   

"Ce document va maintenant aider les Seychelles à préparer un dossier et espérons qu'elle [Tinge] soit reconnue comme menacée d'où l'importance de sa préservation», a déclaré Moka, ajoutant que la tâche a été confiée à la section recherche et protection du patrimoine national.

Le Seychellois Gaetan Landry, originaire de Silhouette, la quatrième île, la plus peuplée des Seychelles a été le principal contributeur du contenu ,car il est considéré comme étant un maître de cette danse. 

«Je suis heureux que la Tinge reçoive enfin l'attention qu'elle mérite", a déclaré Landry à la SNA mercredi.   

Il est parmi un des rares insulaires qui pratiquent encore cette danse, qui est un mélange de mouvements ludiques et de combat, caractérisé principalement par des applaudissements et sans aucun instrument de musique.  

La Tinge est originaire d'Afrique, elle se danse à deux face à face, et l’un doit essayer de piétiner sur le pied de l’autre.  

Cela se fait alors que les autres participants applaudissent et chantent.

Landry a expliqué que les chants de Tinge sont en créole, l'une des trois langues nationales de l'archipel de 115 îles dans l'Océan Indien, cependant la Tinge était généralement chantée dans une langue qui est indéchiffrable - censée provenir d'Afrique.  

Les tentatives de Landry pour enseigner cette danse se sont révélées infructueuses, en raison d'un manque d'intérêt.

«Je ne rencontre plus des gens qui sont intéressés par l'apprentissage et l'enseignement de cette danse", a-t-il dit à la SNA.

Néanmoins, il est tout à fait heureux qu'il soit en mesure de transmettre ses connaissances à des gens d'autres cultures.

«J'ai enseigné la danse aux membres de la Boite Millenium Choir lors d'un de mes voyages en Australie l'année dernière et ils étaient désireux d'apprendre et c’est dommage que ce ne soit pas le cas aux Seychelles, où nos ancêtres ont pratiqué cette danse," a-t-il dit à la SNA.

Landry est membre du groupe de musique traditionnelle australienne - La Boite Millenium Choir - bien que n’habite pas en Australie - un pays qu'il visite au moins deux fois par an.

Localement, en dépit de la réticence de la population, Landry a maintenant décidé d'enseigner à ses deux jeunes fils, Leandro et Darrel, qui ont pris goût à la Tinge.

Arts & Culture » Be a reporter: Write and send your article
Tags: Institut creole internationale, tinge, danse, moutia

More from Arts & Culture →

Related Articles

Environment →

Top news


Archives

» Advanced search