Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Victoria
26°C
Go to mobile version:

Les Seychelles revoient leur législation sur les aires protégées ; de nouveaux sites à désigner

Victoria, Seychelles | | June 16, 2017, Friday @ 16:10 in En français » ENVIRONNEMENT | By: Daniel Laurence, Betymie Bonnelame et Olivier Bodere | Views: 1573
Les Seychelles revoient leur législation sur les aires protégées ; de nouveaux sites à désigner

Près de 60 pourcent de la surface terrestre des Seychelles sont protégés par la loi. (Gerard Larose, Seychelles Tourism Board)

Photo license  

(Seychelles News Agency) - Les Seychelles révisent les lois sur la désignation, la classification et la gestion de ses aires protégées, toutes les parties prenantes impliquées dans le processus ont donné leurs points de vue à la présentation faite mercredi, sur le projet de loi.

Lors de la présentation, le secrétaire général à l’environnement, Alain de Commarmond a déclaré, « l’idée est de fournir une première version qui reflétera les normes internationales et qui satisfasse tout le monde. »

De Commarmond a annoncé que de nouveaux prérequis et de nouvelles directives ont été ajoutés au cadre législatif afin d’améliorer la communication et la collaboration entre les autorités gouvernementales et les agences en charge de gérer ces aires protégées.

Des modifications ont été apportées au Droit des Parcs Nationaux et de la Conservation qui a été promulguée pour la première fois, en 1969. Seront inclus dans la révision : la mise en place d’un comité consultatif national qui assurera un bon suivi et une bonne gestion des sites et de leurs écosystèmes.

« Le comité conseillera les ministères concernés sur les sujets relatifs aux aires protégées. Les membres seront nommés par les autorités et comprendront des experts des activités et de la conservation liés à l’environnement. » a expliqué A. De Commarmond.

Près de 60 pourcent de la surface terrestre des Seychelles, un archipel de l’Ouest de l’Océan Indien, sont protégés par la loi. Avec un grand nombre d’espèces endémiques et d’éléments géologiques, l’État insulaire fait partie du -mondialement reconnu- hotspot de biodiversité de Madagascar et de la Région Océan Indien,

Les nouvelles régulations dans la législation en cours de révision donneront aux autorités le pouvoir de prendre des actions dès qu’une loi sur l’environnement est enfreinte.

Nirmal Shah, le président du conseil d’administration de l’autorité des Pêches aux Seychelles (la Seychelles Fishing Authority, SFA) a déclaré à la SNA que le processus législatif est un processus compliqué « parce qu’il prend en compte les points de vue du gouvernement et des parties prenantes impliquées dans la conservation ».

N. Shah a expliqué qu’il était important de revoir les lois qui sont en vigueur, car elles remontent à l’époque où les Seychelles étaient une colonie britannique, où tout était dirigé par le gouvernement.

« Toutefois, si l’on regarde le nouveau document de travail qui a été présenté aujourd’hui, il reste toujours anti-démocratique et ne s’aligne pas avec les développements actuels qui ont cours aux Seychelles », a-t-il ajouté. «  Plutôt que d’avoir un comité nommé par le gouvernement, il devrait y avoir un comité comprenant toutes les parties prenantes et les agences gérant ces sites nationaux. »

Lors de la conférence, l’emphase a été mise sur l’importance que les Seychelles remplissent ses obligations vis-à-vis de l’Article 11 de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB). Ceci est vital pour assurer la conservation de la diversité biologique de l’archipel, pour le bien-être des générations de Seychellois du présent et du futur ainsi que celui des visiteurs.

Avec la nouvelle législation, de nouveaux sites seront désignés comme sites protégés, parmi ceux-ci  Grand Police à l’Ouest de Mahé, l’île principale, et deux autres sur la deuxième et la troisième île en terme du nombre d’habitant : Ravins de Fond Ferdinand sur Praslin, et Anse Source d’Argent sur La Digue.

Ces nouvelles aires protégées obtiendront une protection légale pour répondre aux critères de considération des réserves spéciales de l’Union internationale pour la conservation de la nature UICN, critères basés sur la richesse en terme de biodiversité et la provision d’habitats durables pour les espèces, marines et terrestres, de la faune et de la flore, en danger.

Le Premier secrétaire a déclaré que « la loi autorise la co-gestion, c’est à dire une gestion partagée des sites par le secteur public et les organisations non-gouvernementales. »

Pour les infractions à la loi, De Commarmond a annoncé que la nouvelle réglementation sera préparée  en fonction de chaque cas de figure. « Pour les sites strictement protégés tel qu’ Aldabra, distante de 1.100 km de Mahé, les peines seront plus sévères. »

 À la suite de l’atelier, le document provisoire sera présenté au cabinet des ministres pour approbation, et sera suivi d'un « livre blanc » qui donnera lieu à une évaluation participative avec le public. Il sera ensuite soumis à la délibération de l’Assemblée Nationale.

 

 

 

 

Environnement » Be a reporter: Write and send your article
Tags: aires protégées, autorité des Pêches aux Seychelles, Grand Police, Aldabra

More from Environnement →

Related Articles

Environment →

Top news


Archives

» Advanced search