Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Victoria
25°C
Go to mobile version:

La Cour suprême des Seychelles donne aux procureurs une date limite pour soumettre les preuves dans l’affaire de la mort du marin espagnol.

Victoria, Seychelles | | July 19, 2017, Wednesday @ 22:40 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Daniel Laurence Édité par: Betymie Bonnelame et Traduit par: Olivier Bodere | Views: 1016
La Cour suprême des Seychelles donne aux procureurs une date limite pour soumettre les preuves dans l’affaire de la mort du marin espagnol.

Le Palais de Justice des Seychelles à l’Île du Port où siège également la Cour suprême. (Seychelles News Agency) 

 

(Seychelles News Agency) - La Cour suprême des Seychelles a donné aux procureurs deux semaines pour soumettre toutes les preuves contre les deux accusés qui auraient une relation avec la mort d’un membre d’équipage d’un bateau de pêche espagnol. 

Le juge Melchior Vidot a rappelé que toutes les preuves devaient être présentées à l’avocat de la défense, pour examen, avant que l’accusé puisse plaider coupable ou innocent. Il a ajouté que cela devait être fait afin de pouvoir fixer une date au procès.

Les accusés – un homme âgé de 35 ans, Nigel Arrisol, et une femme âgée de 35 ans, Florence François – ont été présentés Mardi, pour la première fois, devant la Cour suprême, avant d’être libérés sous caution.

François est accusée d’homicide involontaire, alors qu’ Arrisol est inculpé pour complicité pour avoir assisté le suspect après la mort de l’espagnol.

Le corps de Aitor Valtiera – un espagnol âgé de 47 ans – a été retrouvé mort, en début du mois dernier, à l’Île du Port, une île artificielle près du port de Victoria aux Seychelles. L’enquête de police avait révélé que Valtiera était mort des suites d’un œdème pulmonaire et d’une crise cardiaque, provoqués par la consommation de substances illicites, avait déclaré la police.

Le procureur représentant le bureau du Procureur général, Khalyaan Karunakaran, a annoncé que son bureau travaille en étroite collaboration avec la police pour rassembler toutes les preuves pour les présenter à la Cour.

« Nous avons quelques photographies et des séquences de caméras de surveillance, qui sont encore entre les mains de la police et qui doivent être présentées à la Cour pour donner plus de poids à l’accusation », a déclaré Karanukaran.

Il a ajouté, « nous sommes très confiant pour cette affaire, car nous avons des preuves pertinentes et solides à présenter. »

L’avocat de la défense, Nicole Gabriel, a déclaré à la SNA que selon lui l’affaire présente des faiblesses du fait que François est accusée à tort.

Un rapport présenté à la Cour des Magistrats (où commencent les affaires pénales) par l’inspecteur Timothy Hoareau, mentionne que des caméras de surveillance et des témoins oculaires avaient vu l’accusée, Francois, quitter la boîte de nuit Barrel à Victoria, avec la victime, au petit matin du 2 juin.

Dans un rapport soumis à la Cour des Magistrats, la police indique que l’incident a été rapporté vers 11h15, le vendredi 2 juin, par Christopher Mutombo, qui a informé la police qu’il avait vue le matin même, sur son chemin vers la capitale, un homme qui semblait immobile, au sol, parmi les filaos.

L’affaire a été reprise par la Cour suprême le 31 juillet.

 

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: cour suprême

More from Actualités Nationales →

Related Articles

national →

Top news


Archives

» Advanced search