Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Le secteur privé et le gouvernement devraient travailler ensemble pour faire avancer l'économie bleue, déclare le vice-président des Seychelles

Victoria, Seychelles | | February 23, 2018, Friday @ 16:49 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Salifa Karapetyan édité par Betymie Bonnelame et traduit par Rudie Bastienne | Views: 814
Le secteur privé et le gouvernement devraient travailler ensemble pour faire avancer l'économie bleue, déclare le vice-président des Seychelles

L'objectif principal de la conférence de deux jours, co-organisée par les Seychelles et la Banque mondiale, est de faire avancer le programme de maximisation du financement pour le développement de l'économie bleue.

(Seychelles News Agency) - Le développement durable de l'économie bleue aux Seychelles peut être atteint si le secteur privé se joint au gouvernement dans ses efforts afin de s’assurer de la mise en œuvre des stratégies, a déclaré jeudi le vice-président des Seychelles.

Vincent Meriton a pris la parole lors de la conférence «Financing Sustainable and Climate-Resilient Ocean Economies in Africa» qui s'est tenue à l’hôtel Savoy Seychelles, Resort and Spa.

L'objectif principal de cette conférence de deux jours, co-organisée par les Seychelles et la Banque mondiale, est de faire avancer le programme de maximisation du financement pour le développement de l'économie bleue.

«Le gouvernement peut établir les règles pour le développement durable de notre territoire océanique et veiller à ce qu'elles soient mises en œuvre, mais le développement ne peut avoir lieu sans la forte participation du secteur privé», a déclaré M. Meriton.

La vice-présidente du développement durable du Groupe de la Banque mondiale, Laura Tuck, était d'accord avec M. Meriton, affirmant que « combiner les deux est le seul moyen d'obtenir des océans plus sains, plus productifs et plus durables».

La maximisation des financements pour le développement de l'économie bleue peut être réalisée en optimisant les ressources publiques limitées et en favorisant l'investissement privé.

La conférence est axée sur les moyens d'attirer les investissements des secteurs privé et public afin d’accroitre la résilience des économies océaniques en Afrique, en raison du changement climatique et d'autres défis. Il rassemble environ 150 représentants de pays africains, de partenaires au développement, d'organisations internationales, d'investisseurs privés, de scientifiques, de la société civile et du milieu universitaire.

Environ 150 représentants de pays africains, d'organisations et d'investisseurs privés assistent à la conférence de deux jours.  (State House) Photo License: CC-BY

Environ 150 représentants de pays africains, d'organisations et d'investisseurs privés assistent à la conférence de deux jours.

Il vise également à améliorer les connaissances et à mettre en évidence des solutions innovantes sur la façon dont l'Afrique peut maximiser les financements pour soutenir des initiatives d'économie bleue durables dans certains sous-secteurs. Ceux-ci comprennent la pêche, l'aquaculture, la gestion des déchets, la planification marine et spatiale, la résilience côtière, le tourisme, l'énergie et les transports.

"Le rôle traditionnel du secteur privé évolue. Avec la baisse du financement public pour le développement durable, de nouveaux partenaires et des solutions de financement alternatives émergent », a déclaré M. Meriton.

Il a ajouté que «de plus en plus, le secteur privé investit dans des projets et des initiatives durables, non seulement parce que c'est éthique, mais aussi parce que cela a un sens pour les affaires et est la voie de l'avenir».

Mme. Tuck a déclaré que le secteur privé peut aider à faire face aux menaces telles que la surpêche, la pollution des océans et le changement climatique auxquels les océans sont confrontés. Elle a ajouté que surmonter ces menaces est possible car il existe déjà des modèles de réussite.

Elle décrit les objectifs du cadre de l'économie bleue comme étant «de soutenir la croissance économique, l'inclusion sociale et la préservation ou l'amélioration des moyens de subsistance en même temps que nous assurons ou améliorons la durabilité environnementale des océans et des mers».

"Nous croyons qu'une approche de l'économie bleue est le seul moyen de fournir des avantages sociaux et économiques pour les générations actuelles et futures et de protéger les océans en même temps", a-t-elle ajouté.

Cette conférence fait suite à une conférence ministérielle africaine sur les économies océaniques et le changement climatique, organisée par l’île Maurice en septembre 2016. Cette plateforme rassemble des experts de pays africains, d'organisations internationales, d'investisseurs privés et de scientifiques, entre autres.

Des visites sur le terrain seront effectuées à la fin de la conférence.

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article

More from Actualités Nationales →

Environment →

Top news


Archives

» Advanced search