Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Ex-espion empoisonné: Moscou dénonce le "numéro de cirque" et une "provocation" de May

Grande Bretagne | March 13, 2018, Tuesday @ 10:28 in En français » MONDE | By: AFP | Views: 589
Ex-espion empoisonné: Moscou dénonce le "numéro de cirque" et une "provocation" de May

Ex-espion empoisonné: Moscou dénonce le "numéro de cirque" et une "provocation" de May (AFP)

(AFP) - La Russie a rejeté lundi les accusations de la Première ministre britannique Theresa May sur la responsabilité "très probable" de Moscou dans l'empoisonnement de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal, dénonçant un "numéro de cirque" et une "provocation".

"C'est un numéro de cirque devant le Parlement britannique", a affirmé la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova, citée par des agences de presse russes.

L'allocution Mme May devant les députés britanniques constitue une nouvelle "campagne politique fondée sur la provocation", a-t-elle ajouté.

Pour la Première ministre britannique, il est "très probable que la Russie soit responsable" de l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille, une attaque qu'elle a qualifiée d'"aveugle et imprudente contre le Royaume-Uni". La substance utilisée était selon elle un "agent innervant de qualité militaire d'un type produit par la Russie".

"Plutôt que d'inventer de nouveaux contes de fée, peut-être quelqu'un dans le royaume pourrait-il expliquer comment les précédents se sont terminés -Litvinenko, Berezovski, Perepilitchni et de nombreux autres qui sont morts mystérieusement sur le sol britannique", a ajouté la porte-parole.

Plusieurs personnalités russes sont décédées dans des circonstances suspectes ces dernières années au Royaume-Uni, notamment le transfuge du FSB Alexandre Litvinenko (empoisonné au polonium-210) l'ex-oligarque Boris Berezovski (officiellement mort d'une pathologie cardiaque) ou encore d'affaires Alexandre Perepilitchni (mort naturelle selon la police).

La mort de Litvinenko en 2006 avait provoqué une crise diplomatique entre le Royaume-Uni et la Russie. Un juge britannique a conclu que le président russe Vladimir Poutine avait vraisemblablement approuvé son assassinat, Moscou rejetant toute responsabilité.

Sur sa page Facebook, le ministère russe des Affaires étrangères a affirmé que les accusations britanniques avaient pour but de "discréditer la Russie" à l'approche de la Coupe du monde de football qui doit s'y disputer en juin.

"Nous avons averti à plusieurs reprises qu'avant le début de la Coupe du monde de la FIFA en Russie, les médias occidentaux allaient lancer une campagne de grande ampleur dans le but de discréditer la Russie et miner la confiance dans le pays-hôte de cet événement sportif", indique-t-il.

"Comme nous le supposions, les Anglais ont été particulièrement actifs, incapables de pardonner à la Russie de ne pas avoir été choisis dans une compétition honnête pour accueillir le tournoi 2018".

Theresa May a expliqué devant les députés avoir donné jusqu'à mardi soir à Moscou pour fournir des explications à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

L'un des principaux suspects de l'empoisonnement de Litvinenko, Andreï Lougovoï, ex-agent du KGB aujourd'hui député d'un parti nationaliste, a pour sa part qualifié d'"irresponsables" les accusations "hâtives" de Mme May.

Pour le général du FSB Vladimir Dzhabarov, lui aussi parlementaire, l'empoisonnement de Skripal pourrait avoir été commis par le Royaume-Uni ou un pays tiers dans le but de "blâmer et noircir la Russie". 

"Il n'y a pas de preuve, mais il est commode d'accuser la Russie de tout", a de son côté ironisé, le président de la commission des Affaires étrangères à la Douma, Léonid Sloutski.

tm/mra/fjb

Monde » Be a reporter: Write and send your article

More from Monde →

buisness →

Top news


Archives

» Advanced search