Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Les Seychelles veulent augmenter la limite de capture du thon

Victoria, Seychelles | | May 23, 2018, Wednesday @ 21:14 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Salifa Karapetyan édité par Betymie Bonnelame et traduit par Rudie Bastienne | Views: 717
Les Seychelles veulent augmenter la limite de capture du thon

Nirmal Shah a déclaré que la plupart des États côtiers, y compris les Seychelles, n'ont jamais eu de captures historiques parce qu'ils n'avaient pas de flottille locale attrapant du thon. (Seychelles Fishing Authority)

Photo license  

(Seychelles News Agency) - Photo : Nirmal Shah a déclaré que la plupart des États côtiers, y compris les Seychelles, n'ont jamais eu de captures historiques parce qu'ils n'avaient pas de flottille locale attrapant du thon.

Les Seychelles se joignent à neuf autres pays membres pour présenter une proposition sur la répartition des possibilités de pêche pour les espèces de la Commission des thons de l'océan Indien (CTOI) à la 22ème session se tenant à Bangkok, en Thaïlande du 21 au 25 mai.

La commission, responsable de la gestion des thonidés dans l'océan Indien, déclare que tous les pays devraient avoir une part équitable de ces espèces.

Dans un entretien avec le chef de la délégation des Seychelles, Nirmal Jivan Shah, il a été souligné que la question résidait dans la manière dont les quotas sont attribués à chaque pays.

"Le principe majeur est de se baser sur les captures historiques dans la zone économique exclusive (ZEE) d'un pays. Le problème est que la plupart des États côtiers, y compris les Seychelles, n'ont jamais eu de captures historiques parce que nous n'avions pas de flottille locale capturant du thon », a déclaré M. Shah, également président de l'Autorité de pêche des Seychelles.

Il a ajouté que "les pays pratiquant la pêche en haute mer veulent que 90% de ce qu'ils ont capturé restent leurs et que les pays côtiers obtiennent 10%". M. Shah a indiqué que cela laisserait les Etats côtiers avec de faibles allocations.

"Cela désavantage non seulement le pays mais également les générations présentes et futures des Seychelles, qui voudraient probablement que les pêcheries de thon soient durables afin que nous continuions à faire de l'argent et peut-être qu'elles s'y aventureront car les opportunités et les technologies changeront, " il a déclaré.

Les Seychelles, un archipel de l'ouest de l'océan Indien, possède une zone économique exclusive de 1,37 million de kilomètres carrés et la pêche est le deuxième contributeur à son économie.

La proposition K à l'ordre du jour stipule que «toutes les captures historiques effectuées dans une ZEE d'un pays, quel qu'en soit le détenteur, seront attribuées à l'État côtier et que toutes les captures historiques en haute mer, à l'état de capture».

Un communiqué fourni par M. Shah indique que la proposition prévoit des transferts temporaires des captures, pouvant être pris n'importe où, dans une ZEE ou en haute mer et est très bénéfique pour les États côtiers puisqu'ils peuvent échanger leur allocation excédentaire vers les nations de pêche lointaine. Cela permettra aux pays pratiquant la pêche hauturière de poursuivre leurs opérations en haute mer et dans la ZEE des États côtiers où ils ont accès, permettant à ces pays de poursuivre l'Accord de partenariat dans le secteur de la pêche avec les pays pratiquant la pêche hauturière.

La proposition est coparrainée par les Maldives, l'Afrique du Sud, l'Australie, l'Indonésie, le Kenya, le Mozambique, le Pakistan, les Seychelles, le Sri Lanka et la Tanzanie.

Une autre proposition que les Seychelles soumettent à la réunion porte sur une étude exploratoire de l'indicateur socio-économique des pêcheries de la CTOI. Cette proposition révisée demande à la commission de réaliser une étude pour examiner l'impact des décisions de la commission sur les pays, les communautés et les entreprises.

"Notre proposition révisée est basée sur les commentaires formulés lors de la dernière réunion, pour que la CTOI examine le type de données pouvant être collectées pour évaluer les impacts socio-économiques. C'est important pour nous car la pêche au thon est primordial pour les Seychelles ", a déclaré M. Shah.

Cette proposition est coparrainée par les Comores, le Kenya, Maurice, Sri Lanka et la Tanzanie.

Les Seychelles, avec les Maldives, coparrainent une troisième proposition sur la conservation des mobula et des raies manta capturées en association avec les pêcheries dans le domaine de compétence de la Commission.

La proposition demande aux parties non contractantes coopérantes d'interdire à leurs navires battant pavillon d'installer une senne coulissante sur un banc de thons associée à des raies manta et des mobula dans la zone de convention de la CTOI si l'animal est aperçu avant que les filets ne soient fixés.

"Ceci est important pour les Maldives car elles ont un énorme programme d'écotourisme autour de la raie manta et d'autres types de raies", a déclaré M. Shah.

Au total, il y a 14 propositions à discuter lors de la réunion.

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: thon, CTOI, Nirmal Jivan Shah

More from Actualités Nationales →

Related Articles

arts&culture →

Top news


Archives

» Advanced search