Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Moins de pétrole, les Seychelles veulent produire de l'électricité au gaz naturel

Victoria, Seychelles | | June 22, 2018, Friday @ 21:29 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Salifa Karapetyan édité par Betymie Bonnelame et traduit par Rudie Bastienne | Views: 429
Moins de pétrole, les Seychelles veulent produire de l'électricité au gaz naturel

La centrale de ranquinty est une centrale de 640 mégawatts alimentée au gaz naturel située en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie. Australia, (Bidgee, Wikipedia)  CC BY-SA 3.0

(Seychelles News Agency) - La construction d'une centrale électrique au gaz naturel liquéfié (GNL) pour la production d'électricité aux Seychelles a été approuvée par le Conseil des ministres lors de sa réunion de mercredi.

Le conseiller économique du président, Bertrand Belle, a déclaré que la raison principale pour laquelle le gouvernement a décidé d'aller vers une telle centrale est que le gaz naturel liquéfié est plus viable que le pétrole, compte tenu de la consommation croissante d'électricité dans le pays. Cela a été souligné lors d'une conférence de presse du conseil tenue jeudi à State House Annex, Victoria.

"Il sera plus économique d'utiliser le GNL plutôt que le mazout lourd dans la production d'électricité. La durée de vie économique des générateurs utilisés aujourd'hui, expirera à la fin de l’année 2020. Cela ne veut pas dire qu'ils vont arrêter de fonctionner, mais, il coûtera plus cher à la Public Utilities Corporation (PUC) de les garder opérationnels en termes d'entretien et en consommation de carburant », a déclaré M. Belle.

Avec le besoin croissant de plus d'électricité "le gouvernement a vu comme un moment idéal pour passer au GNL à la place", at-il ajouté.

M. Belle a déclaré à la presse que selon une étude réalisée par la société, il a été estimé que le projet coûtera plus de 200 millions de dollars.

«Même si le coût est élevé, une fois installé et produisant de l'électricité, il reviendra moins cher à long terme», a déclaré le conseiller économique.

Le président a demandé que l'argent pour le projet ne sorte pas du budget national. Le gouvernement appelle au secteur privé à envisager la possibilité de financer le projet. Il envisage également de contracter des prêts.

La centrale au gaz naturel est l'un des quatre projets approuvés par le Conseil des ministres. Les trois autres sont la construction d'un barrage dans le district ouest de Grand Anse Mahe, un tunnel entre Cascade et Grand Anse Mahe, et la remise en état de cinq zones autour de Mahé et de Praslin.

On s'attend à ce que ces projets débutent en 2019 ou en 2020, dépendant de plusieurs facteurs, tel que si une étude de faisabilité a été réalisée ou non, et à quel point il est facile d'obtenir du financement.

"Pour le projet GNL, nous voudrions impliquer une section de la Banque mondiale appelée International Finance Corporation (IFC). Un accord d'achat d'énergie doit être mis en place, où le secteur privé négocie avec le gouvernement les coûts et la spécificité du projet. C'est ici qu'intervient IFC », a déclaré M. Belle.

En conclusion, il a déclaré que bien que les sources d'énergie renouvelables aient leur place aux Seychelles - un archipel de 115 îles dans l'océan Indien occidental - "nous aurons besoin d'une charge de base générée par les combustibles fossiles".

 

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: Public Utilities Corporation, gaz naturel liquéfié

More from Actualités Nationales →

Related Articles

general →

Top news


Archives

» Advanced search