Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Go to mobile version:

Les allégations que les Seychelles ont aidé le Sri Lanka à transférer des fonds dans les banques suisses sont "fausses" dit le ministre Adam

Seychelles | July 15, 2014, Tuesday @ 23:31 in En français » ACTUALITÉS NATIONALES | By: Rassin Vannier | Views: 1556
Les allégations que les Seychelles ont aidé le Sri Lanka à transférer des fonds dans les banques suisses sont "fausses" dit le ministre Adam

Le ministre des Affaires étrangères des Seychelles Jean Paul Adam (Seychelles Nation)

Photo license  

(Seychelles News Agency) - Le ministre des Affaires étrangères des Seychelles Jean Paul Adam a décrit comme «faux», les allégations que les Seychelles ont aidé le Sri Lanka à transférer des fonds dans les banques suisses.

Adam répondait à une question de David Pierre chef de l'opposition à l'Assemblée nationale, qui souhaitait avoir des éclaircissements sur ces allégations.

Selon des rapports parus dans les médias sri-lankais, un membre du « United National Party » au Parlement du Sri Lanka a dit que les fonds , provenait d'argent escroqué, ont été déposés dans des banques suisses par les Seychelles."

L'un des articles a cité le parlementaire UNP et économiste bien connu Harsha de Silva qui a déclaré que parce que les lois strictes, adoptées par la Suisse, le montant des fonds déposés dans les banques suisses sous adresses sri-lankaises avait diminué au cours des dernières années alors que les dépôts à travers les Seychelles avaient considérablement augmenté.

"La population des Seychelles est un peu plus de 90 000 habitants, mais les dépôts aux adresses de ce pays ont représenté une valeur d'environ 3000 millions de francs suisses l'an dernier, ce qui sont plus élevés que les dépôts accumulés au titre des adresses sri-lankaises», dit de Silva dans l'article.

Adam a dit que ces allégations sont "une fausse compréhension de la perception des structures du secteur des services financiers."

"Les Seychelles ont lancé un processus (.....) pour enregistrer les sociétés pas seulement du Sri Lanka, ces entreprises peuvent avoir des actifs dans les banques à travers le monde, il pourrait être dans les banques suisses ainsi que dans d’autres banques, ailleurs qu’aux Seychelles ..... le transfert d'argent en soi n'est pas un crime. Pour dire, il y a eu un crime…une fraude ou du blanchiment d'argent, il doit y avoir une preuve que l'entreprise est impliquée dans des activités illégales ", a déclaré Adam.
"Je pense que la principale accusation qui est sans fondement concerne le renforcement des restrictions en Suisse qui serait la raison pour que l'argent transite par les Seychelles. 

Mais ces restrictions s'appliquent à tous les pays, si vous passez par les Seychelles où un autre pays cela n'a pas d'importance, l'essentiel est de savoir s'il y a des entreprises impliquées dans des activités illégales. Je pense qu'il est important que nous allions en fonction des faits et non pas selon des allégations. "

Depuis le lancement du secteur financier des Seychelles en 1996, 140.000 compagnies sont enregistrées dans le pays.

L'année dernière, l'Organisation de la coopération et du développement l'OCDE a classé les Seychelles sur la liste des pays «non-conforme» en matière de taxe et ses règles de transparence.

Adam a noté que depuis ce qui s'est passé les Seychelles ont pris des mesures pour imposer une réglementation plus stricte du secteur financier pour éviter de devenir un havre pour le blanchiment d'argent et d'autres activités financières illégales.

"Nous avons tous les mécanismes en place, ce qui signifie s'il y a des transactions suspectes, nous avons le mécanisme ainsi que la coopération avec d'autres pays, pour enquêter.
Nous avons le service de renseignements financier (FIU) qui est intervenu lors de plusieurs cas où l'argent a été transféré ici illégalement et saisis dans certains cas ".

Le ministre des Affaires étrangères des Seychelles a décrit l'archipel comme s'étant un centre d'investissement qui permet aux entreprises de plusieurs pays d'Europe, d'Asie et même en d’ Amérique de faire des affaires non seulement aux Seychelles, mais dans d'autres pays de la région.

Face à ces allégations rapportées dans la presse sri-lankaise Adam dit que la meilleure chose que les Seychelles peuvent faire, c’est de montrer que le pays à tous les éléments nécessaires en place pour décourager les pratiques illégales à travers son secteur offshore.

"Cela ne signifie pas, je veux être clair, qu'il n'y a pas des gens qui abusent des structures qui sont en place, il y a des gens qui, malheureusement, sont toujours en train de trouver des moyens de passer par la porte de derrière au lieu de passer par le canal juridique, mais de plus en plus, nous pouvons voir que les structures que nous avons mises en place, minimes les chances de réussite de ceux qui ont de mauvaises intentions " a-t-il conclu.

La SNA a contacté le service de renseignements financier (FIU) qui a dit qu'ils savent allégations rapportées par la presse sri-lankaise.

Actualités Nationales » Be a reporter: Write and send your article
Tags: Jean Paul Adam, Harsha de Silva, l'OCDE, FIU

More from Actualités Nationales →

Related Articles

Business →

Top news


Archives

» Advanced search