Subscribe for free: News alert
  • Follow us:
Victoria
28°C
Go to mobile version:

Les Seychelles ouvrent un centre de biodiversité qui rapproche les gens de la nature

Grand Anse | July 17, 2014, Thursday @ 23:11 in En français » ENVIRONNEMENT | By: John Lablache et Rassin Vannier | Views: 2414
Les Seychelles ouvrent un centre de biodiversité qui  rapproche les gens de la nature

Le centre de biodiversité de Barbarons qui vient d'ouvrir ses portes aux visiteurs (Louis Toussaint, Seychelles News Agency)

Photo license  

(Seychelles News Agency) -
Une chose qui frappe les touristes en arrivant par avion au dessus de Mahé, c’est la foret verdoyant qu’il y a sur toute l’étendu de l’île.

Mais les plantes endémiques qui sont plus fragiles, et en dangers ont tendance à disparaître pres des côtes et ne sont visibles qu’en montagne loin des développements.

En 1998 les autorités seychelloises ont décide de construire une centre de biodiversité à Barbarons, sur la côte ouest de Mahé, l’île principale, ont débuté 1998.

L’idée de la création de ce nouveau jardin, c’est de préserver la diversité de plantes des Seychelles qui sont rares et menacées .

 

Le ministre Payet et sa délégation visitant le centre de biodiversité  (Louis Toussaint, Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY-NC

Ce matin le ministre de l’environnement et de l’énergie Rolf Payet a officiellement ouvert le centre de biodiversité en appelant à la préservation des plantes endémiques des Seychelles

Il a noté que la plupart des plantes se trouvent dans des zones montagneuses difficiles d’accès.

«Ce centre de biodiversité a donc permis de rapprocher les plantes rares des Seychelles plus proches d’un large public et de permettre aux gens de profiter de la nature" a dit Payet.

Dans ce centre de biodiversité, il y a un coin réservé aux palmes.

 

Les différentes espèces de palmes des Seychelles (Louis Toussaint, Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY-NC

La forêt de Palmes possédée plusieurs espèces rares, en comptant le coco de Mer qui pousse naturellement qu’aux Seychelles et dont la graine peut peser jusqu'à 20 kg, ce qui en fait la plus grosse graine au monde .

Il y a aussi le "latanier à feuilles", dont les feuilles ont été largement utilisées pour couvrir les maisons, avant que cette pratique ne se disparaisse due à l’arrivée des tôles pour couvrir les maisons.

Un autre palmier intéressant c’est le "palmiste", mieux connu sous le nom de "Salade du Millionaire" le cœur du palmier est utilisé comme salade .

La grande majorité des plantes ,qui se trouvent dans ce jardin, a été introduite en faisant pousser des graines, qui ensuite ont été introduites au centre de biodiversité dans un habitat naturel, par voie de semences ou de plants.

Parmi eux il y a « le Bois de Nat" qui était considéré comme bois précieux et utilisé pour la fabrication de meubles ainsi que des bateaux.

Il y a aussi le "Bois Sagay" qui est censé avoir des pouvoirs surnaturels. Les branches servaient de balai pour repousser les mauvais esprits.

Parmi les autres arbres rares que l’on peut trouver dans le centre de biodiversité, il y a les " Bois mare " dont le bois était si fort qu'il a été utilisé pour faire des rames de bateaux.

Le centre de la biodiversité est aussi un jardin de plantes médicinales, où l’herboriste Jamie Dogley a montré aux visiteurs le "bois Tortue" ou Morinda, une petite plante à feuilles persistantes dont les fruits mûrs sont utilisés comme un antidote préventif contre le cancer.

Un autre arbre, "Bois joli cœur" est utilisé en infusion pour soigner la toux, les douleurs abdominales, et la fièvre.

Dans ce jardin, il y a un coin réservé aux personnalités qui ont visité les Seychelles, en plantant un arbre endémique.

 

Les plantes centre biodiversité poussent dans un état naturel   (Louis Toussaint, Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY-NC

Le premier plan de Coco de Mer a été planté en juin 2012, par le président James Michel, suivi des chefs d'État ou de gouvernement de l'Île Maurice, l'Afrique du Sud, du Sri Lanka et le Cap Vert.

Il est également envisagé de planter de plantes endémiques des pays membres de la Commission de l'Océan Indien (COI), c'est-à-dire les Seychelles, Maurice, Madagascar, les Comores et la Réunion, comme une mesure de précaution si un malheur arriverait dans leurs habitats naturels.

Le Centre de biodiversité possède également sa propre pépinière destinée à produire des plantes et de fleurs pour la vente au public.

Le secrétaire général de l’environnement lors de la construction de ce centre, Maurice Lousteau-Lalanne a déclaré que ce jardin devrait attirer en moyenne 45.000 visiteurs par an.

L’entrée sera payante à 8$ par personne.

D’après Lalanne, il s’agit du double de visiteurs qui se rendent au jardin botanique à Mont Fleuri, à 1 km de Victoria.

"Nous pensons que ce chiffre est réalisable, car ce centre à Barbarons a un énorme potentiel, car c’est ce genre d'endroit où le visiteur peut passer une journée entière, et pas seulement une heure ou deux "a dit Lalanne.

Dans les plans, il est aussi prévu un restaurant, un coin pour les enfants et kiosque à souvenir.

Le coût total du projet est estimé à plus de 4 millions de dollars.

 

Environnement » Be a reporter: Write and send your article
Tags: endémiques, biodiversité, coco de mer

More from Environnement →

Related Articles

Environment →

Top news


Archives

» Advanced search